Kilian Jornet est allé en haut de l’Everest

Kilian Jornet est allé en haut de l’Everest.
Un bonhomme qui a grandi et construit ses qualités physiques dans nos Pyrénées.
L’info a fait des remous car pour certains les médias en auraient trop fait. Les gros titres, c’est vrai que c’est pratique à poser sur le dos d’un garçon comme lui. Mais rien n’impose aux gens de subir le verdict du clic. Se faire sa propre idée, sans l’imposer aux autres, c’est bien aussi.
 
Un exploit ? Oui et non, sans doutes. Des centaines de personnes l’ont fait cet Everest. Des grands alpinistes y sont restés. Une indienne vient de le faire deux fois en une semaine. C’est l’exception.
Kilian Jornet fait-il partie de l’exception ? Sans doute un peu. Faut-il minimiser son acte par réaction allergique aux médias encenseurs ? Sans doute pas. Clairement, de nombreuses personnes ne recherchent pas la lumière alors qu’ils la mériteraient aussi, ou plus, nettement plus. Peut-être, oui.
DSC00673 - Copie - Copie.JPG
Ce qu’a fait ce bonhomme en partant le plus léger possible, en arrivant de nuit et en 26h, ce n’est pas rien, non. En parler ? On peut légitimement en parler. Il est une partie de l’année comme nous, sur les sentiers. On peut le croiser. On peut lui parler, prendre des photos avec lui. Salomon, son équipementier, entre autres, est là pour la logistique et l’image. De nature solitaire, il accepte ce qu’il se passe autour de lui. Grâce à eux, il peut se lancer dans ce genre de projets, un peu fou. En échange, les médias et les marques ont le droit de s’appuyer sur sa personne pour faire « leur beurre »… c’est le jeu ! Une fois que ceci est compris, quoi dire de plus ?

 
Oui il y a des personnes qui en font trop, qui l’adorent, qui l’adulent. C’est trop, ce n’est pas rationnel. Mais il y en a d’autres qui l’ont croisé, qui ont lu ses livres, vu des reportages, qui courent comme lui et qui font la part des choses. Ça n’empêche pas de lui porter de l’intérêt, de l’admiration, de la sympathie. Ce qu’il fait, ce n’est pas banal non plus. Un jour, il y restera peut-être dans ses montagnes. Ce sera la fatalité… Peut-être, et on lui souhaite, qu’il pourra vivre ses rêves jusqu’au bout d’une longue vie. Ce sera tant mieux.
Ce passionné de montagne est aussi un coureur, il est normal d’en parler dans le monde de la course à pied. Le défaut vient du relais des médias généraux, qui manquent de s’intéresser le reste du temps sur les nombreux exploits d’autres personnes, possiblement plus méritantes. Mais Kilian Jornet est médiatisé, ça le sert. Il l’accepte, même si sa nature profonde est différente. Le reste ne dépend pas de lui-même directement.
Bravo à toi, Kilian, pour cet acte accompli sur le plus haut sommet du monde. Il y en a eu d’autres, tu es l’un deux. Mais tu es aussi l’un de nous, coureurs plus ou moins expérimentés, et nous saluons la performance physique. Tes rêves n’appartiennent qu’à toi. Aux personnes d’y trouver ce qu’ils veulent. Certaines abuseront de relatifs, d’autres n’y trouveront rien de bien particulier. C’est ainsi. A chacun d’y mettre de la perspective et de ne pas se laisser happer par ce qui entoure chacune de tes actions.

 

 

Mathieu, Run in Pyrénées

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s