Running Abroad : Martin Casse nous parle de son projet sportif et linguistique dans les Pyrénées !

MARTIN CASSE est un athlète de haut niveau de la région toulousaine, qui a déjà porté le maillot de l’équipe de France. Vous l’avez peut-être déjà croisé sur un cross, un 10 km, sur la piste lors des interclubs par exemple ou bien en stage à Font-Romeu dans nos belles Pyrénées, en Cerdagne.

Nous l’avons interviewé et il se présente à vous, pour faire plus ample connaissance et vous situer sa carrière sportive, mais aussi sa carrière professionnelle qu’il mène en parallèle, entre la France et les États-Unis. Le concept de RUNNING ABROAD devrait en intéresser plus d’un chez les jeunes coureurs ! Il nous en dit plus… Bonne lecture !

 

– Bonjour Martin ! Tout d’abord, peux-tu te présenter pour le public qui ne suis pas de près l’athlé, le cross ou la route ?

26239725_561160204232859_1426775813053548426_nSalut Mathieu, moi c’est Martin Casse, 28 ans, originaire de Toulouse. Je pratique l’athlétisme, et plus particulièrement le 1500 m. Sur cette distance, ma meilleure performance est 3’39″27 (record Occitanie toutes catégories). J’ai eu la chance de porter le maillot tricolore 4 fois chez les seniors entre 2017 et 2018 avec notamment une 4ème place lors des Jeux de la Francophonie 2017 à Abidjan. Je pratique également le cross-country avec ma plus belle performance dans cette discipline, une 5ème place par équipe aux championnats d’Europe de cross 2017 en Slovaquie sur le relais mixte. Je cours généralement aussi sur route en début de saison, pour préparer les cross. Ma meilleure perf est 30’13 sur 10 km.

 

– Tu étais le 5 mai dernier sur le 3000 m steeple, au premier tour des Interclubs à Toulouse (compétition où les meilleurs clubs d’Occitanie se rencontrent). Ce n’est pas ta discipline favorite malgré tes grandes qualités 😉 Comment ça s’est passé ?

Effectivement, les interclubs est une compétition que j’adore et ne loupe qu’en cas de force majeure. Je n’ai pas prévu de courir sur piste cet été, en raison d’obligations professionnelles. N’étant pas au meilleur de ma forme, j’ai quand même proposé à mon club du CA Balma Athlétisme de courir un 3000 m steeple au premier tour des interclubs, sans pression. Cela s’est très bien passé et j’ai pris beaucoup de plaisir à courir sur une distance nouvelle. J’ai trouvé que les tours passent beaucoup plus vite avec les barrières ! Malheureusement, je ne pourrai être présent avec mon club au second tour, puisque je suis actuellement aux Etats-Unis. (NDLR : il a remporté le 3000 m steeple en 9’17″80).

 

– Tu as donc une carrière d’athlète de haut niveau : quel est ton parcours professionnel, parallèlement, jusqu’à aujourd’hui ?

La course à pied, passion qui a commencé en classe de première, m’a permis de Lire la suite « Running Abroad : Martin Casse nous parle de son projet sportif et linguistique dans les Pyrénées ! »

Camping Soleil du Pibeste : sport, bien-être, famille et tourisme durable. A découvrir !

Le Camping Soleil du Pibeste se situe à Agos Vidalos (65), 16 avenue du Lavedan. Juste après Lourdes et un petit bout de voie rapide, le village est au calme, au pied du massif du Pibeste. Cette montagne borde la plaine des Hautes et la vallée de Batsurguère, et s’ouvre sur la vallée d’Argelès, large, baignée de soleil, où il fait souvent beau.

Luc Dusserm nous a contacté pour faire connaître son camping, ses installations, sa philosophie, et tous les atouts qui pourraient concerner notamment les traileurs. Le mieux était de venir découvrir ce camping et son propriétaire. Visite !

P1100208 - Copie.JPG


 

Le camping, lieu de vie agréable par excellence. Quoi de mieux, pour les amateurs de nature et de sport « outdoor » que d’être entourés de montagne ?

La visite se fait tranquillement à pied, tantôt le regard sur les installation, tantôt vers les sommets.

 

Sa situation est son premier atout 

Au pied du Pibeste, les traileurs et promeneurs accèdent à leur terrain de jeu sans déplacer de véhicules. Ce massif est bien connu dans les Hautes Pyrénées, dominant Lourdes et la vallée d’Argelès, notamment parcouru lors du Trail des Gypaètes. Il permet de basculer vers la vallée de Batsurguère au nord, où se déroule la Nocturne du Béout (autre sommet) et le pic du Jer pas loin. Vers le Sud, on peut aller en direction du val d’Azun, du côté de Couraduque, du col des Spandelles, vers le mont de Gez… Bref, à pied (ou en VTT), les possibilités sont multiples ! A quelques minutes, le col du Hautacam et tout son site et son terrain de jeu en altitude, ses lacs (Isaby, Bassias, Lac Bleu plus loin…). Sinon, direction Luz st Sauveur et Gavarnie, ou bien Cauterets, Arrens-Marsous et le lac du Tech, Estaing, les Gabizos… Bien sûr, on peut aussi faire des balades faciles sur le piémont ou en campagne, partir en vélo, faire du roller sur la coulée verte…

 

Des services rares pour les coureurs

P1100210 - Copie.JPGL’accueil à l’entrée du camping fait aussi office de boutique. Les produits Beez’Nergy, produits pour l’effort venant de la ruche, sains et naturels, sont à disposition. Il y a également Lire la suite « Camping Soleil du Pibeste : sport, bien-être, famille et tourisme durable. A découvrir ! »

Trail des Fleurs, 13 juillet 2019 : interview des Biches&Run et informations !

Le 13 juillet prochain, au départ de Barèges (65), le Trail des Fleurs en sera à sa 2è édition.

> Site Internet Trail des Fleurs

> INSCRIPTIONS

C’est donc un « nouveau-né » dans le trail et dans les Pyrénées, avec un ton à part donné à l’atmosphère. Les courses (solides !) font ensuite place à un repas champêtre, une ambiance festive et musicale.

logo-trail-des-fleurs-e1525086355918

A quoi va ressembler cet événement ? Qui est derrière tout ça ? Justement, on essaie d’en savoir plus avec l’équipe des Biches&Run et le témoignage d’un coureur !

 

– Bonjour Biches & Run ! Qui êtes-vous, d’où venez-vous…bref, qui sont ces biches ??

36064820_2220028461612836_7930113034196877312_o

Bonjour Run in Pyrénées ! Nous sommes 4 amies, de différents horizons mais vivant actuellement sur Bordeaux. Nous nous sommes rencontrées sur la piste du stade Stéhelin lors de la préparation de notre première course il y a 5 ans : le semi-marathon de Bordeaux. Au sein de notre groupe de coureurs on nous a très vite surnommé les biches… allez savoir pourquoi… C’est resté, aujourd’hui même nos familles nous appellent les biches !

 

– Vous organisez le 13 juillet prochain la 2è édition du Trail des Fleurs à Barèges. Racontez-nous un peu comment cette épreuve est née : vos envies, pourquoi à Barèges, pourquoi ce nom…?

Nous avons décidé d’organiser le Trail des Fleurs lors Lire la suite « Trail des Fleurs, 13 juillet 2019 : interview des Biches&Run et informations ! »

Trail des Gypaètes : Clément Barret et Cathy Gastellu brillants sur cette belle 13è édition

Une belle année pour ce Trail des Gypaètes, qui en était à sa 13è édition : 383 coureurs ont franchi la ligne d’arrivée et la compétition a encore été très belle ! L’organisation de Festovalies en Bigorre tente année après année de s’entourer et de proposer quelque chose pour rendre cet événement intéressant, qui, en lui-même, attire déjà les passionnés grâce à son format et son beau parcours.

Aujourd’hui, la météo était parfaite : ciel couvert, temps frais la majeure partie de la journée. Les coureurs sont partis à 9h à l’assaut du pic du Jer, la première difficulté.

P1100145 - Copie.JPG

 

Une course de très bon niveau

Laurent Béziat était le premier à lancer les débats, lui qui était 4è l’an passé. Nicolas Tabarant, Nicolas Alicot et Clément Barret le suivent. Laurence Nogué chez les femmes creuse déjà un petit écart sur Cathy Gastellu et un peu plus loin Marie Vinet.

 

P1100147 - Copie.JPG
Le futur podium à la poursuite de Laurent Béziat

Sur le Béout, Clément Barret, qui était au Team Oxitis-Odlo l’an dernier, teste ses Lire la suite « Trail des Gypaètes : Clément Barret et Cathy Gastellu brillants sur cette belle 13è édition »

Entraînement : savoir s’adapter

S’adapter, c’est quelque part tout l’art de l’entraînement, toute l’intelligence dont doit faire preuve (pour lui) le coureur.

Qu’il soit coureur de haut niveau ou amateur, l’athlète doit aussi bien adapter son entraînement à son quotidien et ses contraintes, que l’entraînement doit être adapté au coureur et ses caractéristiques. Si le même schéma devait être donné à tous les coureurs et devait faire fi des toutes ces variantes, on irait vite dans le mur.

 

40474657_864544723738781_8207514036858781696_n

 

Plan d’entraînement : oui, avec de la souplesse

Il ne s’agit pas de devenir une danseuse étoile. Mais dans le cadre nécessaire d’un plan d’entraînement, il faut que ce qui est prévu puisse être modifiable. En cas de progrès, bien sûr, dans ce cas on ré-adapte qualité et quantité.
En cas de fatigue ou de maladie, le coureur prend du retard, et en fonction de la durée ou de la gravité, il peut même régresser. Il est hors de question de continuer sur la même voie. On révise son plan, et en aucun cas il faut reprendre où il s’est arrêté. Même s’il a l’impression d’être guéri ou de se sentir bien. Un coureur non expérimenté peut se tromper là-dessus, et un habitué peut vouloir se bluffer… ça ne marche pas !

Même quand tout va bien, il y a les imprévus du quotidien. Une séance peut sauter, on fait moins de qualité et de volume que ce qui était prévu dans la semaine. Attention là aussi à ne pas Lire la suite « Entraînement : savoir s’adapter »