Test chaussettes Sierra Reflect & Run Recycled, de La Chaussette de France

La Chaussette de France,

Comme son nom l’indique, est conçue et fabriquée en France, et plus précisément à Troyes dans l’Aube, depuis quasiment 60 ans. J’ai découvert avec vous cette marque en début d’année, avec un test qui a été possible grâce à l’AGENCE EPIC, que je remercie !

Fabriqué en France, on ne peut qu’y être sensible, mais encore faut-il que ça soit validé par un test terrain : qualité technique, efficacité promise, durée de vie… En tout cas, les produits du premier test sont toujours en état et continuent de tourner parmi les nombreux entraînements faits depuis. Il est à préciser que je cours une moyenne de 5 entraînements par semaine, quel que soit le terrain. Et il y a de quoi bien varier ici, entre la route, les chemins de campagnes, les sous-bois, et la montagne pas loin.

Voici donc les modèles SIERRA REFLECT, et RUN RECYCLED. D’autres gammes comprennent aussi le trek, la rando, et plus largement les sport d’hiver, ville, etc…

Taille : tout d’abord, dire que sur ces deux modèles, la pointure 44 convient dans leur échelle pour la taille 44/46. On peut avoir l’habitude de prendre un cran en dessous, car les produits s’étirent, mais là, c’est tout bon, pas de matière en plus en bout de pied. L’échelle de taille La Chaussette de France à utiliser est juste


SIERRA REFLECT

Composition : 48% polyamide, 31% coton, 13% lyocell, 4% élasthanne, 2% fil réfléchissant, 1% résine, 1% polyester. (à voir selon la fiche du site)

La Sierra Reflect est annoncée comme un modèle « performance », donc avec matière plutôt fine et légèreté. Avec sur ce modèle, en plus, cet atout (?) réfléchissant. Ok. Comme à chaque modèle, ce que l’on peut remarquer, c’est le détail des empiècements sur toutes les zones du pied.

Lire la suite « Test chaussettes Sierra Reflect & Run Recycled, de La Chaussette de France »

Nadège Servant : à bloc avec les Esclops !

Les Esclops d’Azun, c’est une famille qui porte fièrement ses couleurs sur de très grands événements sur le territoire. Si de nombreux coureurs d’excellent niveau revêtissent le maillot vert, ce n’est pas pour rien.

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est img_20200517_105627_21-copie.jpg

L’état d’esprit, l’émulation, la passion, voici quelques unes des raisons pour laquelle Nadège SERVANT a rejoint le club il y a un peu plus d’un an. Ces dernières saisons, la traileuse d’origine ariégeoise a performé jusqu’à faire partie des meilleurs françaises en course en montagne et trail court, jusqu’au format marathon. En témoignent sa 6è place aux derniers France de montagne, sa 5è place sur le Trail Ubaye Salomon, sa 3è place sur la Skyrhune 2019 ou encore la 7è aux France de trail court…

Zoom sur cette athlète souriante et performante, qui nous en dit plus sur son parcours, ses performances et son évolution au sein des Esclops.

Bonjour Nadège ! Début octobre, tu es allée avec les Esclops dans le Dévoluy pour les France de Montagne. L’équipe féminine ramène l’argent, toi aussi en M0, et une 6è place au général. On imagine quel week-end ça a du être pour toi et les filles ! Tu peux nous raconter ?

Un week-end « plaisir » qui a permis de se retrouver pour une compétition (et puis laquelle, enfin un championnat maintenu, merci à l’organisation !) où le club et les coureurs (coureuses) avaient un objectif commun. Objectif qui nous a permis de passer cette période de confinement loin des uns et des autres, où aller s’entraîner n’était pas si simple !

Nous étions logés non loin de la station de Superdévoluy, ce qui nous a permis de jongler avec la météo. Lors de la reconnaissance du samedi, nous avons pu profiter d’une éclaircie pour prendre des informations et emmagasiner de l’énergie en courant dans la neige, de voir des superbes paysages, de partager des moments ensemble à rigoler (j’adore ça) : du plaisir ! Envie de courir le lendemain ! Plus de questions dans la tête, de doute, de peur… Puis s’ensuit, un repas ensemble sur la station et un après-midi « relax » à discuter ensemble, marcher dans le petit village, lire, s’étirer…

Le jour de la course…une question cruciale se pose chez les « Esclops Girls » : short ou pas short ?? Il fait frais (de la gelée est présente), soleil pour l’instant (des nuages arrivent). Cette question nous a hanté jusqu’à 15 minutes avant le départ pour quelques-unes d’entre nous. Je décide de mettre le short (le corps se réchauffe et je commence à me connaître), quelques filles font du coup le même choix, nous mettons de l’huile sur nos jambes (mon petit rituel) et c’est parti pour le départ après quelques dernières accélérations.

Lire la suite « Nadège Servant : à bloc avec les Esclops ! »

Notre sport dans le dur…

Le sport en général est dans le dur. Et la course à pied avec. Les événements sont limités, les protocoles dans les manifestations sont sévères (et décourageants), les salles de sports ferment, les clubs perdent les licenciés et sont fragilisés.

Les choix politiques face au virus sont tels, que le sport, qui pourrait être le premier rempart face à la maladie, est relégué en seconde ou troisième division. Le ministère est faiblement considéré. Il y a plus de 30% de pertes de licenciés dans certains clubs. On apprend aussi que les enfants ont perdu 25% de leurs capacités physiques en 40 ans. Les championnats de France d’athlétisme cadets-juniors (qui auraient du avoir lieu dans l’Essonne, où le virus circule activement selon le gouvernement) sont annulés… Malgré le protocole strict appliqué, et avec un des publics les moins à risques.

Lire la suite « Notre sport dans le dur… »

Fractionner sur piste : un travail de qualité

Pour commencer, la piste ne concerne pas que les pistards ! Et on a déjà évoqué les atouts d’un changement de lieu, d’entraînements et de surfaces. Varier : vous avez tout à y gagner !

Côté pratique : tout le monde n’a pas accès tout près de la maison à une belle piste en tartan. Quand c’est possible, il faut pouvoir le faire, quitte à programmer autre chose avec le fait de rejoindre une ville où elle se trouve. Certaines pistes en cendrée sont bien entretenues, d’autres non. Il faut bien sûr considérer qu’à l’appui il y ait un léger dérapage, et donc adapter le chrono sur les séances. Quelques fois, c’est une histoire de 2s par 400 m, jusqu’à 5s par 1000 m. D’autres fois, si vous disposez d’une route ou bande bitumée bien plate et marquée au sol, ça peut faire l’affaire (même si la surface n’est pas la même, et que les virages ne vous donneront pas la même impression). Bref ! On va considérer que vous vivez dans un monde idéal.

Fractionner sur la piste, c’est effectuer un travail de qualité, et ce à plusieurs niveaux. Les séances ne sont pas à réserver aux coureurs de 1500 m ou à ceux qui préparent du 10 bornes. Les traileurs, les marathoniens ou les triathlètes y trouveront aussi de nombreuses façons d’effectuer des séances utiles ET efficaces. Voyons ça de plus près !

Apprentissage des allures

La piste comporte de nombreux marquages, qui servent aux départs des courses, au placement des haies et des barrières, aux zones de transmission des relais. Mais vous avez surtout besoin de savoir qu’elle fait 400 m, et que des lignes continues blanches sont aux 100 m, 200 m, 300 m et donc l’arrivée. A partir de ces 4 points tous les 100 m, vous allez pouvoir contrôler avec votre montre les allures, les temps de passage d’une séance, la valeur de la vitesse (en km/h) qui correspond au temps de passage à chaque section.

Lire la suite « Fractionner sur piste : un travail de qualité »

Les dernières recommandations sanitaires de la FFA pour l’organisation des courses

Les temps sont durs pour les organisateurs et tous ceux qui travaillent autour des courses et des événements. On n’oublie pas également l’impact sur le tourisme et l’économie locale qu’ils contribuent à faire marcher.

Mais il faut savoir s’adapter. Tout d’abord, il faut le pouvoir matériellement et humainement. La logistique et la configuration de chaque course sont différentes de l’une à l’autre. Quand on le peut et qu’on le veut, l’organisation doit faire face à l’administration et aux contraintes sanitaires.

La FFA a publié il y a peu le « GUIDE DE RECOMMANDATIONS SANITAIRES POUR L’ORGANISATION DES COURSES ET LA LUTTE CONTRE LA PROPAGATION DU VIRUS COVID-19 »

 

ffa

 

D’une manière générale

Gestes barrières, distanciation physique, sens de circulation, signalétique, marquage, désinfection… tout le monde aura compris ces principes que l’on voit partout dans les différentes configurations du quotidien.

Notez que les inscriptions et la présentation des documents doivent se faire par internet, pas sur place. Il faudra être vigilent sur le sens de circulation et files d’attente. Des bénévoles seront vigilants sur la gestion du flux des coureurs. (ps :n’arrivez pas au dernier moment…)

 

Pour ce qui est de la course

Lire la suite « Les dernières recommandations sanitaires de la FFA pour l’organisation des courses »