Alain Mimoun, champion éternel

4 ans déjà qu’Alain Mimoun nous a quitté, le 28 juin 2013. Ses exploits et sa personnalité m’avait inspiré ces quelques lignes, que je partage à nouveau avec vous.

 

193209_10151150488417066_600133422_oAprès tant de foulées, tant de sols foulés et de foules à tes pieds,
Tu es parti rejoindre Emil ton camarade sur la ligne d’arrivée.
Désormais il manque quelqu’un dans le domaine de la course à pied,
Et de tels exploits de nos jours ne sont pas prêts d’arriver.

On ne t’as rien donné, et pourtant tu as franchi les obstacles de la vie,
Des champs de bataille aux champs de boue, l’histoire t’as suivie,
Sur la piste et sur la route, avec grand succès ton chemin tu as poursuivi,
Puis jusqu’à la fin tu as continué… tu as toujours couru, c’était ainsi !

De tes chevauchées fantastiques nous gardons les images en tête,
De tes conseils prodigués nous n’en perdions pas une miette,
Faisons que tout cela ne tombe pas aux oubliettes !
Alain Mimoun, nous n’oublierons jamais ta silhouette …

 

alain-mimoun-et-emil-zatopek_

Vous ne connaissez pas Alain Mimoun ? Ce fut le plus grand champion français en ce qui concerne les courses de fond :

– 8 fois champion de France du 5000 m entre 1947 et 1956.
– 9 fois champion de France du 10 000 m entre 1947 et 1956.
– 6 fois champion de France du marathon entre 1958 et 1966 (record).
– 6 fois champion de France de cross entre 1950 et 1959.

Il fut aussi 4 fois vainqueur du Cross des Nations, considéré à l’époque comme les championnats du monde de la discipline. Mais ce magnifique palmarès est embelli de 4 médailles olympiques qui le fit entrer dans la légende de son sport, notamment grâce aux batailles homériques qui l’opposa, non pas à un adversaire, mais à un véritable ami, le Tchèque Emil Zatopek.

Sa première récompense olympique vint à Londres en 1948. Auparavant, il avait servi pour l’armée française durant la 2nde Guerre Mondiale en Tunisie et en Italie, où il évita de justesse l’amputation à cause d’un éclat d’obus. C’est dans l’armée qu’il se fit repérer, et alors qu’il était quasiment inconnu, il arriva 2nd du 10 000 aux JO de Londres derrière un certain Emil Zatopek.

Par la suite, ce fut une bataille d’environ 10 années qui les opposa. Le beauté du sport voulu que ces deux-là s’appréciaient autant qu’ils se combattaient avec respect. En 1952 à Helsinki, Alain Mimoun se présentait à la fois sur le 5000 m et le 10 000 m. Sur le 10 000, il est le seul à ne pas décrocher du train infernal de Zatopek, sauf à 2 km de la fin. Il remportait sa 2è médaille olympique. Trois jours après, c’est le 5000 m. « Le plus grand 5000 m de l’histoire » selon lui.

Quatre ans plus tard en 1956 à Melbourne, Alain Mimoun se présente sur marathon, son premier. Personne ne savait qu’il le ferait, même pas sa femme ! La chaleur, la difficulté… Cette course était pour lui. Il était devenu enfin champion olympique sur la plus belle des épreuves.

Il avait ramené 4 médailles olympiques, sa plus grande fierté… Lui qui vécut longtemps dans une chambre de bonne, avec peu de moyens pour exprimer son talent mais avec la foi en Dieu, l’amour pour sa nation.

 

44746_10151150626847066_554345511_n

Il est bon de se rappeler qui fut Alain Mimoun, et de faire connaître aux plus jeunes ce champion du sport français. On retrouve des morceaux savoureux de ses récits sur Youtube. Il court peut-être encore là où il est…

 

Mathieu, Run in Pyrénées

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s