Test produits nutrition Myprotein : chlorelle, graines de chia et protéine

Aucun a priori ni aucun test sur cette marque avant. C’est donc une découverte. Merci à l’Agence Epic pour le test Myprotein.

La chlorelle, les graines de chia ou la protéine sont des compléments alimentaires. Ils ne sont pas là pour rattraper un équilibre nutritionnel défaillant, mais peuvent avoir leur utilité pour le « compléter », concernant notamment l’activité physique régulière et de compétition, qui demandent des besoins plus importants. Comme je m’entraîne 5 fois par semaine et que je suis en période compétition, ça pouvait coller.

> Pour vous donner des informations en supplément des fiches produits (bien détaillées), j’ai sollicité l’avis d’une naturopathe.

La marque Myprotein vient d’Angleterre, fondée en 2004, et leader en Europe dans son secteur. L’entreprise produit tout elle-même et teste ses produits. Le choix est très large… En savoir plus.

 

Chlorelle (Vegan et naturel)

11147236-5078921076583889La chlorelle est une voisine de la spiruline, qui est plus connue. Ce sont des « super-aliments » qui contiennent beaucoup de vitamines et de minéraux, les rendant très riches. Habitué de la spiruline en période d’entraînement soutenu, voici ce que je peux en dire.

Le format tablette est bien sûr très pratique, par rapport à la poudre. Un verre d’eau au moment des repas, et hop. Le format de sachet fraîcheur refermable est un bon point. La quantité de 250 gr est suffisante pour faire une cure sur un/deux mois. Pour ma part, une tablette ou comprimé au moment des repas (3/jour) me suffit. La taille du comprimé est le même que celui de ma spiruline habituelle.

En terme d’effet, Lire la suite « Test produits nutrition Myprotein : chlorelle, graines de chia et protéine »

Run in Pyrénées : infos et anecdotes

Pour tous ceux qui sont curieux, qui aiment les anecdotes diverses et variées, qui aiment la transparence et savoir comment ça se passe un peu en « coulisse », voici un petit article pour vous parler de tout ça. J’aime (Mathieu) rester proche des coureurs et j’essaie régulièrement de me mettre à la place des gens. Alors pour ceux qui suivent de près, ou qui regardent tout ce qui se passe autour de Run in Pyrénées de loin, ce qui vient est aussi pour vous !

 

Anecdotes sur les courses et coureurs

P1090027 (768x1024) - CopieLa première qui me vient en tête, c’est lors de cette SkyRhune 2018 surchauffée. Je suis derrière la ligne d’arrivée, je prend les photos et recueille les sentiments des coureurs. Nicolas Martin l’emporte et se met vite à l’ombre. Le jeune Julien Michelon crée la surprise, il termine second. Je vais le voir, le félicite et… il me demande combien il a terminé ! Je lui répond 2è… Il me demande si j’en étais sûr. Oui, Nicolas Martin vient de gagner, il était bien second. Le jeune homme était passé en tête au sommet, fait presque toute la descente devant, termine second, mais ne s’en était pas rendu compte ! Il pensait qu’il était dans les 10… L’effort et la chaleur l’avaient quelque peu perturbé !

Championnats de France de 10 km en octobre à Canet-en-Roussillon. Je termine à 7h l’animation (nuit comprise) du 100 Miles Sud de France. Les France de 10 km sont à 20 km. J’étais fatigué, mais pas grave, je vais jeter un coup d’oeil aux France ! Je me place d’un côté sur le passage du 1er tour, d’un autre sur le rond point précédent l’arrivée. Et j’ai bien fait ! Car Lire la suite « Run in Pyrénées : infos et anecdotes »

Test soutien-gorge Anita Active Momentum

Nous avons confié ce test Anita Active Momentum à une coureuse suite à un jeu Facebook où le produit a été tiré au sort. Merci à Laurianne qui a très bien poursuivi sur les essais par la suite, en rapportant son avis.  C’est synthétisé, mais ça vient d’elle ! Coureuse assidue, entraînement et compétition (route, cross, athlé).
Merci à l’Agence Epic que nous avons contacté et qui nous a répondu favorablement pour ce test, et deux autres à suivre.


 

Soutien-gorge de sport, et pas brassière

Les brassières resserrent la poitrine (et peut la comprimer si par cas ça ne va pas). Même si ce sous-vêtement est à placer dans la catégorie d’une fort maintien (la course à pied est un sport à « impact », c’est bien un soutien-gorge, chaque sein est séparé et l’anatomie respectée.

S

« J’ai aimé cette Lire la suite « Test soutien-gorge Anita Active Momentum »

Quand et comment s’entraîner selon le moment de la journée et la période de l’année

Comme la plupart des coureurs, on s’entraîne… quand on peut ! Travail, famille… L’impondérable restera les horaires de travail. Les plus motivés / organisés ne verront pas de barrière dans l’univers familial, mais si celui-ci est dédié à sa cause, c’est tout de même plus simple.

Bref, quand vous avez le temps de vous entraîner, il y a des moments propices pour effectuer certaines séances.

 

Les sorties courtes et le fractionné pour le soir, l’endurance pour le matin

Si vous aviez entendu l’inverse, c’est faux. Le corps est plus apte à produire un effort intense en fin de journée. D’une part, d’expérience, vous pouvez sentir que le corps est plus chaud et plus en éveil à 17h qu’à 9h. Les performances réalisées pendant les séances en témoignent : elles sont plus élevées le soir. Pourquoi ? Parce que le corps suit des cycles sur l’alternance jour/nuit. La température du corps, les hormones et la fréquence cardiaque (+ 10 puls en fin de journée) favorisent les séances du soir.

P1030724

Ceci vaut pour les séances courtes type fractionné. Le matin, l’organisme est encore en phase d’éveil. Il faut du temps pour se mettre en route car le sang n’a pas encore irrigué tous nos muscles et tendons, ils ne peuvent donc pas produire des contractions rapides. La température tarde à monter et ne favorise pas encore au mieux l’effort soutenu. L’endurance, à faible intensité donc, ne va pas mettre à mal le corps. De plus, le Lire la suite « Quand et comment s’entraîner selon le moment de la journée et la période de l’année »

Les blessures liées à l’usure : comprendre, prévenir et guérir

La course à pied est un sport répétitif, où l’entraînement consiste à bien doser le volume et la quantité. Personne n’est à l’abris de blessures liées à l’usure, et il n’y a pas d’égalité entre les coureurs. Nous allons essayer de comprendre quelles blessures sont liées à l’usure, comment elles apparaissent, et comment réagir en fonction. Il est important de bien réfléchir sa pratique, à une époque où on sait beaucoup de choses mais où on court également beaucoup. Les réponses de notre kiné / coureuse Emeline Oudet !

 

  • Quels types de blessures sont liées à l’usure ?

Ces blessures sont dites « micro-traumatiques », elles sont l’effet donc de micro traumatismes répétées. La course à pied est un sport en charge, où les impacts, quelle que soit la technique de course, sont bien réels. L’enchaînement de foulée créer des petits traumatismes sur les articulations mais aussi les structures « molles » : les tendons, muscles…

Voici une liste non exhaustive car les citer toutes seraient vraiment trop long :

L’arthrose : c’est une dégénérescence du cartilage.
Le cartilage a le rôle d’amortisseur entre les os dans les articulations. Lors de traumatismes répétés, le cartilage peut s’user et ainsi « dégénérer »… Chez le coureur, l’arthrose se situe principalement sur les genoux, les hanches et les articulations du pied et de la cheville.
Il existe cependant différents stades d’arthrose, avant d’avoir de réelles douleurs liées à celle-ci, il faut parfois attendre d’être à un stade avancé. Pour évaluer la gravité, il vous faudra consulter un médecin afin qu’il vous prescrive une radiographie.

Les tendinites ou « tendinopathies » : C’est l’inflammation des tendons. Le tendon est l’attache du muscle sur l’os.
Une tendinite peut être dite aiguë ou chronique. Lorsqu’une douleur est ressentie depuis au moins 3 mois, la tendinite est classée comme chronique. En dessous, elle est aiguë.
Il existe des échelles afin d’évaluer la gravité d’une tendinite, l’échelle de Blazina est très utilisée :
Stade 1 : Douleur après l’effort
Stade 2 : Douleur au début et à la fin de l’effort
Stade 3 : Douleur tout au long de l’effort
Stade 4 : Rupture du tendon (on dépasse alors la simple tendinopathie…)

 

DSC05343 (1024x768)

 

Une fois encore comme pour l’arthrose, chez le coureur, les tendinites peuvent se situer sur tous les tendons du membre inférieur. Cependant, selon les récentes études, Lire la suite « Les blessures liées à l’usure : comprendre, prévenir et guérir »