Avis de lecture : Athlète Master – S’entraîner et performer à 40 ans, 50 ans et plus – Romuald Lepers

Je remercie Outdoor Editions et Frédéric Bousseau qui m’ont permis de faire cette lecture pour pouvoir vous présenter ce livre et donner mon ressenti.

DISPONIBLE ICI !

Outdoor Editions, c’est Trails Endurance Mag, ce sont les premiers livre de Kilian Jornet, ou encore celui de Dawa Sherpa, des lectures que j’ai faite avec plaisir.

Cette dernière oeuvre sur l’entraînement de l’athlète Master m’intéressait beaucoup, comme je pense elle intéresse beaucoup de monde. Pourquoi ? D’abord parce que les masters sont les plus nombreux sur les courses. Savoir comment s’entraîner à cet âge où l’on décline physiquement et physiologiquement paraît encore plus important que pendant nos meilleures années. On imagine qu’il faut faire encore plus attention, qu’il faut avoir une force intérieure pour continuer à s’entraîner.

Les masters, on les admire, mais on ne sait pas forcément comment ils fonctionnent, ou comment il faudrait qu’ils fonctionnent. J’attendais donc une bonne mise au point là dessus, avec les savoirs à jour. Eux-mêmes sont sans doute intéressés par ces connaissances, car même si un bon nombre s’entraîne au feeling, ils sont de plus en plus compétitifs et désireux de pousser les choses jusqu’au bout.

Description, mise en page, clarté

Le format est de 24 cm / 16,5 cm, ce qui le rend facile à emporter. Il reste fin, même s’il y a 165 pages tout de même. La couverture et les pages sont souples, et se manipule sans contraintes.

Le sommaire indique une division en 6 chapitres :

Introduction 

1 : L’athlète master : un exemple du bien vieillir

2 : Les athlètes masters repoussent les limites de la performance

3 : L’entraînement de l’athlète master

4 : La nutrition de l’athlète master

5 : La psychologie de l’athlète master

6 : L’athlète master féminine

Entre ces chapitres, quelques témoignages d’athlètes masters de haut niveau, avec les mêmes questions, qu’ils soient coureurs, nageurs, cyclistes ou triathlètes.

Également, une page « ce qu’il faut retenir » en fin de chapitres.

La lecture est donc assez claire et bien découpée : il y a peu d’énormes « pavés ». Le texte est compartimenté par des sous-titres, schémas, photos, ce qui fait du bien pour se poser et permettre d’enregistrer l’information ou de stopper la lecture.

L’auteur : Romulad Lepers

Romuald LEPERS est professeur de physiologie à l’Université de Bourgogne (Dijon). Ses travaux de recherche concernent les adaptations nerveuses et musculaires à l’exercice. Il est l’auteur de plus de 200 articles scientifiques dont une quarantaine sur les athlètes masters. Il pratique depuis 30 ans le triathlon avec plus de 300 épreuves à son actif. Il a participé 4 fois à l’Ironman d’Hawaii, 4 fois à l’Embrunman (7ème en 2004), 9 fois à l’Inferno triathlon en Suisse et a terminé 2ème du Norseman en 2007. Il écrit régulièrement des articles pour les magazines TRIMAG et VO2 RUN.

RÉSUMÉ, Avis de lecture

L’auteur pose tout d’abord quelques constats chiffrés sur le déclin des capacités physiques et physiologiques avec l’âge, notamment les capacités aérobie. Tel pourcentage de baisse, sur telle durée. Avec l’explication du pourquoi. Il semble y avoir deux paliers principaux, à l’âge de 40 ans où on peut constater le début de moindres performances, et à l’âge de 80 ans, où c’est plus marqué. Entre, c’est plutôt régulier, et c’est bien sûr retardé par la pratique régulière. Outre un déclin physique retardé, il n’oublie pas d’aborder de lier la pratique sportive et l’aspect cognitif.

Il passe ensuite sur les performances des athlètes masters : sachez que sur ce livre, on évoque aussi bien les coureurs, que les cyclistes et les nageurs, ainsi que les triathlètes. Ce n’est pas exclusivement un propos destiné aux coureurs, comme certains pouvaient s’y attendre. Cela dit, je trouve intéressant de traiter ces trois sports très pratiqués, à l’entraînement croisé, qui de toute façon sont trois sports d’endurance. D’ailleurs, on n’oublie pas de parler de renforcement musculaire, qui va avoir une importance majeure en interaction avec le reste.

Le chapitre sur l’entraînement est intéressant, et souligne le soucis majeur de l’athlète master : la récupération, et la blessure. Elles vont être plus longues, elles vont demander beaucoup de précaution, alors qu’en parallèle il indique bien que maintenir la régularité et l’intensité ne pose pas de soucis?

La nutrition change elle aussi avec des besoins qui évoluent avec l’âge et les besoins. Les précisions apportées, toujours étayées au niveau scientifique, sont démontrées et chiffrées.

L’aspect psychologique, ce qui motive les masters à pratiquer, est évoqué via des témoignages et des constats d’observation. Outre le fait qu’on puisse être en capacité de se projeter comme futur master, et donc bien imaginer ce qui va nous pousser encore à pratiquer à un âge avancé, j’ai trouvé ce chapitre moins approfondi (c’est un avis) ou du moins répétitif. Peut-être parce que cela dépasse l’aspect scientifique de la chose, qui lorgne plutôt vers le voyage intérieur et la philosophie…?

On termine de façon bienvenue sans oublier l’athlète féminine et ses particularités physiques et physiologiques.

Bilan

Je trouve ce thème de lecture bienvenue, car si ce n’est via des témoignages ou des biographies, on a peu de lecture scientifique à ce sujet, il me semble.

Car oui, ça reste une lecture scientifique : c’est chiffré, on avance des faits. Et c’est bien pour la véracité des propos. Bon, les références citées, la plupart des lecteurs n’iront pas vérifier, si ce ne sont pas des spécialistes du sujet qui voudraient pousser leurs recherches plus loin. On fait donc confiance à l’auteur. Cependant, et je ne sais pas si on n’a pas plus récent comme études, j’ai trouvé que quelques références à ces études dataient un peu (2008, 2001, 1997…) sans savoir, je dois dire, si elles font « référence » en la matière, ou si ce sont les dernières en date. Il y a de toute manière un gros travail sur ce point là.

La lecture est quelques fois fluide, et doit être ralentie par moments pour bien enregistrer les informations. Un gros point positif avec « ce qu’il faut retenir » à chaque fin de chapitre !

Je dirai donc que le livre s’adresse aussi bien aux masters qu’aux futurs masters, à ceux qui veulent continuer de pousser vers l’aspect performance malgré l’âge. Elle ne rebutera pas les lecteurs sportifs « loisirs », pour peu qu’ils aient quelques connaissances sur tout ce qui tourne autour de l’entraînement.

165 pages, 25 €, je ne peux que conseiller cet ouvrage, qui trouve sa place auprès de nombreux autres. Ce thème ci, sous cet aspect scientifico-explicatif, manquait me semble-t-il !

DISPONIBLE ICI !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s