Se fixer des buts : pour bien réussir ses compétitions et se motiver à l’entraînement

On peut réussir une compétition en se fixant des buts motivants et réalistes. A l’inverse, malgré de bons entraînements récents, on peut aussi les manquer…

C’est pourquoi il faut se préparer mentalement à la performance, en se fixant des buts réalisables, qui vont booster votre motivation. Mais il faut aussi avoir toujours des options de secours pour se « protéger », et ne pas paniquer si on passe un peu à côté pour diverses raisons. Globalement, si on fait les choses bien avec une bonne anticipation de sa course, on ne doit pas en ressortir déçu. En tout cas, il faut faire les choses pour ne pas en ressortir déçu. Quand il y a un écart entre ce que l’on produit comme performance et ce qu’on a anticipé comme résultat, c’est là que ça coince au niveau déception…!

Rassurez-vous, rien de sorcier : être réaliste, faire jouer son expérience et bien se connaître, voilà de quoi s’en sortir !

Bien réfléchir pour prendre la bonne direction…
Dès l’entraînement : savoir ce que l’on veut faire / ce que l’on peut faire

Il faut être cohérent, tout simplement. On ne peut pas se réveiller du jour au lendemain et vouloir faire moins de 30 min au 10 km dans 3 mois. Quels que soient vos objectifs, il faut d’abord savoir s’ils viennent vraiment d’une envie profonde. En général, on se projette à long terme dessus. Du coup, on a le temps de voir si c’est réalisable en terme de mise en place et d’investissement au quotidien. On a une vue sur plusieurs mois, voir plusieurs années. Si l’objectif est moindre, vous êtes prêts à faire des efforts pour le réaliser, mais si ça ne marche pas, vous savez aussi que ce n’est pas primordial et donc qu’une éventuelle déception ne sera pas elle non plus très marquante.


Lire la suite « Se fixer des buts : pour bien réussir ses compétitions et se motiver à l’entraînement »

Pyrénées Personal Training : ITW du coach Paul Boussemart en temps de crise

On ne peut pas dire que le période soit facile pour le sport : contraintes spatiales, horaires, salles fermées, suivi à distance, pas de compétitions, démotivation… Alors, comme tout le monde, il faut savoir s’adapter. Depuis mars 2020, le coach de Pyrénées Personal Training, Paul Boussemart, a usé de toutes les possibilité pour assurer son travail du coach le mieux possible.

Photos de l’article : Florian Galindo

Pour ceux qui ne le connaissent pas encore, on vous l’avait présenté (ICI), et on avait sollicité les avis de trois athlètes (ICI). Cette fois-ci, on a été voir comment ça se passait pour lui, son travail et ses athlètes. L’actualité n’est pas très réjouissante pour l’heure, et pourtant, l’activité se poursuit plus que jamais !


Paul, tu es coach, mais aussi compétiteur dès que en as l’occasion : comment tu vis ça en ce moment ?

Salut Run In Pyrénées, content de vous retrouver pour une nouvelle saison (une vraie bonne saison, pour bientôt souhaitons-le). En ce qui me concerne, j’avais une belle liste de challenges en off au programme, et c’est ce qui m’a permis de tenir pour 2020 et ce début de 2021. J’ai aussi été plutôt chanceux car j’ai pu accrocher quelques dossards 100% plaisir en fin d’été/début d’automne dernier, entre deux vagues de virus. Maintenant comme nombre d’entre nous, je dois faire preuve d’un peu de patience pour 2021. Ça frémit, et je teste des nouveautés à l’entraînement, méthodes, matériel etc…

Justement, le coaching, comment ça se passe en ce moment avec la situation sanitaire ? Dans quelles conditions se passent tes séances d’entraînement et de suivi ?

Lire la suite « Pyrénées Personal Training : ITW du coach Paul Boussemart en temps de crise »

La compétition : le moment de vérité

La compétition, c’est LE moment où il faut briller. Tout le travail cumulé à l’entraînement doit s’exprimer sur une date définie, le jour J, à ce moment précis. Tous ces efforts faits l’un après l’autre s’additionnent pour obtenir un résultat. Mais il faut tenter de l’obtenir sur un « one-shot », sur UN rendez-vous unique. C’est ce qui donne à la compétition toute sa saveur. Aux extrêmes, l’extase ou le drame personnel.

Photo Yann Ilhardoy
Courses d’entraînement : pas vraiment la même chose

Quand la compétition manque, on est tenté de tester sa forme pour voir si l’entraînement a fonctionné et pour ne pas « gâcher », en quelque sorte, tous ses efforts. Bien sûr, cela donne une bonne indication du potentiel actuel, mais il faut aussi replacer la chose dans son contexte. Rappelez-vous le caractère exceptionnel de la compétition :

Lire la suite « La compétition : le moment de vérité »

Strava, bien ou pas ?

L’essor de l’application ces dernières années

Crée en 2009 en Californie, Strava© veut dire en suédois « s’efforcer à faire quelque chose sans relâche ». Cette application répertorie les activités sportives enregistrées via l’application des GPS. Depuis environ 3 ans, l’essor est considérable, profitant à la fois de la pratique en hausse du running et du cyclisme, et donc de la possession de montres GPS et de smartphones, sur lesquels, en dehors de l’ordinateur, on peut visionner le résultat de ses activités.

Même si les fabricants de montres GPS (Suunto, Garmin, Polar…) ont aussi un réseau social dans lequel on peut transférer et lire ses données, l’avantage de Strava, c’est qu’il les regroupe tous, permettant de connecter les coureurs entre eux.

Ces trois dernières années notamment, les partages des bilans sur Facebook ont inondé les « murs » de tout le monde. En graphiques ou en chiffres, le nombre total de kilomètres, de dénivelé cumulé, la moyenne, le nombre de jours actifs, etc, TOUT était exposé aux amis.

De là est né un questionnement : simple partage ou attente d’approbations / de félicitations ? Outil pratique ou exposition d’égo ? En postant l’image ci-dessous sur les réseaux sociaux, on a voulu voir ce que vous, les coureurs, pensiez vraiment…

[ l’image qui vous a fait réagir ! ]

Analyse du cas Strava et des différents avis !

Lire la suite « Strava, bien ou pas ? »

Courir : les dernières les autorisations (mis à jour) et cross à venir

Vous commencez à entrevoir certainement la lumière !

Courir : ce qui est possible Aujourd’hui


20 km de rayon et 3h devant soi, c’est désormais fini. Plus d’attestations nécessaires et plus de limites d’espace ou de durée. Sauf de 20h à 6h, les règles du couvre-feu s’appliquent jusqu’au 20 janvier, pour le moment.


> Dans l’espace public : pas de limites de temps ou d’espace, mais interdiction de rassemblements.
> En club : « Pour les personnes majeures, la pratique d’une activité sportive redevient possible dans les équipements de plein air (stade, terrains extérieurs…) de manière INDIVDUELLE OU ENCADRÉE par un club ou une association dans le respect de protocoles sanitaires renforcés (VOICI LES REGLES) Et toujours dans le strict respect de la distanciation et avec une attestation de déplacement dérogatoire. »

Lire la suite « Courir : les dernières les autorisations (mis à jour) et cross à venir »