Trail Bagnères-Lourdes : deux doublés et Maxime Cazajous pour une première

La journée fut belle samedi 14 septembre pour aller courir sur le piémont entre Bagnères et Lourdes, et même un peu plus haut. Il a fait assez chaud à partir de 11h – 12h, et l’orage de fin de journée n’a pas duré. Autrement, les parcours ont pu apprécié la beauté du parcours, et goûter à sa difficulté. Oh, vous trouverez bien « pire » que ces 45 km / 3000 m+, mais la technicité n’était pas évidente : chemins de vaches, sentiers étroits ou pas de sentiers du tout, quelques pentes ou descentes cassantes… Bref ! En tout cas, la course fut belle, et les Die Jolin Stones à l’organisation auront été ravis de pouvoir récolter des fonds qui iront tous pour les associations caritatives !

71024684_757358774724058_5305357433260998656_n.jpg


 

Maxime Cazajous sur un gros rythme

70878538_355014102069079_4841549923625205760_n.jpgNotre pyrénéen du Team Hoka est en préparation pour le Grand Raid de la Réunion en octobre, objectif majeur d’une saison, voir plus… Il en veut toujours plus, après sa 3è place l’an dernier. Parti discrètement à l’intérieur du peloton, il compte 6 min d’avance à Germs sur Baptiste Cazaux, autre pyrénéen attachant et talentueux. Mathieu Joubert est 3è, un peu plus loin, après l’abandon de Lire la suite « Trail Bagnères-Lourdes : deux doublés et Maxime Cazajous pour une première »

Trail Bagnères-Lourdes : changement de sens pour la 4è édition !

Du côté de l’organisation, on avait envie de changer, de surprendre les coureurs. On voulait aussi inverser les rôles au niveau des villes d’accueil et d’arrivée. Après trois éditions de Lourdes-Bagnères, ce sera donc Bagnères-Lourdes pour cette 4è édition !

=> INSCRIPTIONS INTERNET !


 

P1060408 - Copie - Copie.JPG

Après une longue trêve hivernale, les « Die Jolins Stones » repartent à l’organisation de la nouvelle édition de Lourdes-Bagnères trail !  Cette année, Bagnères-Lourdes

Le trail aura lieu le samedi 14 septembre 2019.
Le parcours reste inchangé 45km et 3000m de dénivelé à réaliser en solo ou en relais.

Le parcours (45 km / 3000 m+)

Changement de sens, voici donc les lieux de passage :

  • Bagnères de Bigorre (Départ 8 H) – Vierge du Bédat – Le Tucou – Le Monné – Plaines d’Esquiou… Parking du Couret – Croix de Béliou – Pic de l’Oussouet – Cuq Crémail – Couret de Gaille… [ 1ère partie ]
  • Village de Germ’s sur l’Oussouet – Pic de la Clique – Auberge de Castelloubon – Le Tucoulet -Lieu-dit Léret – Pic du Jer – Gare d’arrivée du Pic du Jer – Col des 3 Croix – Gare de départ du Pic du Jer – Lourdes, Square Charles de Gaulle [ 2è partie, arrivée] .

Le circuit pour les relais est Lire la suite « Trail Bagnères-Lourdes : changement de sens pour la 4è édition ! »

Le coureur, tel un phénix ?

Dans la tête du coureur, des kilomètres d’aller-retour émotionnels, qui usent autant que le corps se déplume, au fur et à mesure… J’arrête, j’arrête pas, je passe à autre chose, j’ai besoin de pause…

Courir léger, aérien, avec cette sensation de voler et de ne plus pouvoir s’arrêter, ça n’arrive pas si souvent qu’on le croit. Quand on y pense, sur toutes ces heures à courir, combien nous emmènent à cet état d’extase ? Très peu. Bien sûr, il y a d’autres satisfactions, plus immédiates, comme suer un bon coup et expulser toutes ces petites choses négatives qui nous envahissent. Entretenir son physique, sortir prendre l’air. Mais on ne court pas pour que la souffrance nous tienne en et s’impose à nous. On sait qu’il faut pouvoir se bagarrer, la surpasser et essayer de la maîtriser dans un but de progression. Ça ne s’obtient dans la facilité et l’immédiateté. Mais courir simplement pour souffrir, dans la contrainte, non.

PHOENIX

Courir c’est se libérer, se sentir puissant et léger, être maître de ses capacités. On court pour aller chercher ces sensations là. Et c’est pour ça qu’on y retourne. L’espoir fait courir. On est prêt à échanger des heures beaucoup moins positives pour un peu de ce bonheur-là.

Pourtant, Lire la suite « Le coureur, tel un phénix ? »

Trail les Gabizos : une 5è arrosée et des champions épatants!

Dans la semaine précédent la course, c’était canicule. Des journées à 38°C, un « four » dès qu’on allait dehors. Quasi impossible de s’entraîner, si ce n’est le matin avant 10h. Dans les maisons, il fait 25 à 29°C… difficile à supporter ! Usant. Les traceurs des Esclops, notamment Daniel et Clément, étaient sur le massif des Gabizos en short / t-shirt. Et puis…

Le jeudi, on se rend bien compte que le temps est en train de changer. Les orages arrivent. De gros orages. Daniel prend la décision de modifier totalement le parcours. Ils vont aller du côté de Couraduque, du Pic de Bazès, et reprendre ensuite le tracé de la Tuque. Bien trop risqué de laisser des coureurs grimper à 2400 m par ce temps. La course est samedi. En si peu de temps, il faut tout réorganiser, parcours et équipes. Il faut que l’information passe. Pas de problème, c’est validé. La veille, c’est le déluge sur la route d’Arrens-Marsous ! Mais il est temps… Prêts pour un 5è Gabizos bien humide, mais passionnant !


 

Samedi matin, crachin. Quelques fois, ça s’arrête, avant de reprendre. Les coureurs savent ce qui les attend : une météo humide, et un terrain gras. Les 28,5 km / 1900 m+, qui semblent moins durs que la Gabizos Skyrace, ne vont pas être si simples. Certaines portions sont cassantes, les descentes glissantes, et si ce n’est en début de course et le passage entre les deux boucles, ça ne va pas être de la tarte.

 

67241576_10156262943216835_2587913045053276160_o - Copie.jpg

 

Avant le départ, je prend le temps de citer Yann Mondot, local de l’étape, deux fois vainqueur, Robin Juillaguet en invité, dans les meilleurs sur le territoire dans cet exercice, et puis bien entendu Blandine Lhirondel, « notre » championne du monde de trail, que l’on fait s’avancer car bien discrètement positionnée à l’intérieur du peloton. C’est parti !

Ensuite, place à la Tuque. Didier Zago, Lire la suite « Trail les Gabizos : une 5è arrosée et des champions épatants! »

Gabizos 2019 : prêts pour passer la 5è ?

Les Gabizos, 5 ans à fêter en votre compagnie !

L’organisation des Esclops d’Azun attend ce moment, en espérant que vous aussi. Les ingrédients qui marchent sont de retour : l’accueil, le soucis du bien-être des coureurs, le sérieux, l’ambiance, le repas d’après course tant apprécié, le parcours qui vous fait découvrir le massif des Gabizos et le val d’Azun… Vous le savez, ici il y a de quoi s’en mettre plein les jambes et plein les yeux !

Run in Pyrénées partenaire communication, et à partir de cette année, à l’animation !

 

Avis personnel 

Après 3 ans passé sur le bord du terrain à vous encourager et vous prendre en photo, c’est un grand plaisir et une belle motivation d’animer au micro cet événement. Avoir une vision d’ensemble sur l’organisation, sur les coureurs, les bénévoles et le parcours, c’est toujours plus pratique pour vous accompagner.

 

 

Le Val d’Azun, c’est beau, c’est accueillant, c’est rural, c’est une terre de sportif et de passionnés ! Après avoir couru plusieurs fois là-bas (notamment les Crêtes du Val d’Azun, manche de Coupe de France de course en montagne et course de qualification), je peux vous dire qu’on aime le sport et les sportifs. L’année dernière, en plus des Gabizos un mois et demi avant, ils étaient à l’organisation des France de Montagne (où j’étais co-speaker) et les coureurs venus des Alpes et d’ailleurs en reparlent encore. Peut être bientôt de retour ici… Bref ! Ils aiment le travail bien fait mais il faut que ça soit fait dans une ambiance de fête sportive ! Des passionnés, je vous dis. Lire la suite « Gabizos 2019 : prêts pour passer la 5è ? »