Minimas 10 km, semi-marathon, marathon : observation et réflexion.

Depuis le 1er novembre, le changement de catégorie est effectif. Et qui dit catégorie, dit minimas qui vont avec. Les chronos sont à réaliser lors des compétitions officielles à label. Avec le nouveau découpage des catégories, de 5 ans en 5 ans, il fallait bien de nouveaux minimas qui collent avec la tranche d’âge. Pour commencer, voici ces catégories qui désormais feront foi. Elles sont calquées sur ce qui se fait à l’international depuis longtemps.

Catégorie FFA 2019--2020

Les coureurs nés en 1985 sont les plus « jeunes » masters (M0). Ensuite, c’est toutes les 5 années.  Ça fera sans doute drôle à ceux-ci de se retrouver master alors qu’ils pensaient avoir encore 5 ans devant eux. Tant pis ! A d’autres, qui se trouvaient sur le point de changer de catégorie, ça fait un saut de deux d’un coup. Et des masters 3 qui deviennent master 6 avec le découpage… Bref !

Même si les plus motivés / les plus entraînés chassent quelques performances et podiums, on court avant tout pour soi. On est d’accord là dessus (peut-être). Mais avec le nouveau découpage, lié à de nouvelles qualif’, durcit pour certains le chrono, et pour d’autre le facilite. Regardons de plus près !

P1090533 (1024x768).jpg


 

10 km
Minimas 10 km 2019
Anciens minimas 2019

minimas 10 km

Il faut rappeler qu’il y a 4 ou 5 ans, les minimas sur 10 km et semi avaient Lire la suite « Minimas 10 km, semi-marathon, marathon : observation et réflexion. »

France de 10 km à Canet : les jeunes montrent les crocs

Les championnats de France se sont déroulés ce dimanche 6 octobre à Canet-en-Roussillon (66). Un parcours plat sous forme de deux boucles, qui longeait le bord de mer. La météo était bonne puisque le vent est resté plutôt très léger alors que ça souffle plutôt fort ici d’habitude. La température était bonne, entre 13 et 17°C, même s’il a commencé à faire plus chaud vers 11h, départ de la course sénior hommes. Voilà pour le décor, avec les Pyrénées qui se jettent dans la mer à quelques kilomètres de là !

 

Cadet, juniors et masters
P1100993 - Copie.jpg
Pierre Bordeau et James Theuri à la lutte

On savait les juniors ou cadets capables de réaliser de bonnes performances, mais là ils ont épatés ! Dès le premier tour, ils sont quatre à se détacher. Que des jeunes aux côtés de James Theuri (41 ans, Sco Ste Margeurite Marseille). D’ailleurs, Pierre Bordeau (Bordeaux athlé) aura le dernier mot au sprint face à lui, réalisant un sacré chrono de Lire la suite « France de 10 km à Canet : les jeunes montrent les crocs »

Pyrénées Personal Training : trois athlètes de Paul Boussemart témoignent

Nous vous avions présenté Paul Boussemart et son activité de coaching il y a à peu près un an. Depuis d’ailleurs, Paul est devenu un des partenaires de Run in Pyrénées ! Je l’ai croisé à plusieurs reprises et voit régulièrement ses athlètes.

Remise en forme, préparation pour des objectifs personnels, à visée de performance, découverte : quel que soit son public, il s’adapte au coureur. Quoi de mieux que de demander aux coureurs comment ça se passe en collaborant avec lui ? Deux femmes, un homme, voici donc le témoignage et le ressenti de chacun d’entre eux : Emeline Oudet, Renaud Doby, Céline Pocq-Talrich.


• Comment avez vous connu / découvert Paul ?

Emeline

Nous nous sommes rencontrés en 2014, lors de mon arrivée à Pau. J’ai alors intégré le « team Kayakinpy », un groupe d’athlètes kayakistes de haut niveau dont il était le préparateur physique depuis quelques années. Il s’est donc occupé de ma préparation physique lors des saisons de kayak jusqu’en 2017. J’ai basculé sur une pratique plus intensive du trail depuis 2 ans. Fin d’année dernière, après avoir été coachée à distance par Jérôme Vaglio (Alpha Training), j’avais besoin d’un encadrement sur place. Il m’a paru naturel de solliciter Paul, qui me connaissait depuis quelques années.

P1100446 - Copie
Emeline remporte le 29 km du Montan’Aspe

Renaud

Paul a accompagné certains athlètes de l’équipe de France en préparation physique et moi je suis un ancien kayakiste des équipes de France U23. Je l’ai donc rencontré dans Lire la suite « Pyrénées Personal Training : trois athlètes de Paul Boussemart témoignent »

Une SkyRhune 2019 particulière

La SkyRhune 2019 a été belle, intense, toujours aussi folle, sinon plus.

Deux jours avant, pourtant, un drame s’est produit. Un bénévole investi est mort d’une crise cardiaque en balisant le parcours. Les copains autour n’ont rien pu faire. Choqués, il a d’abord fallu retrouvé ses esprits et statuer sur la suite. SkyRhune, pas SkyRhune ? Le meilleur moyen de surpasser cet événement était de la maintenir, et de faire qu’elle soit plus belle, pour Jacques. Il avait 68 ans… Paix à lui et pensées pour sa famille.

On sentait bien sûr l’émotion pour le briefing d’avant course, mais la Lemur Team s’est serrée les coudes et s’est concentrée sur la course. Blandine Lhirondel, Thibaut Baronian, Davide Magnini, Amandine Ferrato… Quel plateau de folie encore ! On sent qu’on va se régaler.

20190920_200414

Pour commencer la matinée : Coupe du Monde de rugby sur grand écran ! France – Argentine. D’un souffle, on s’en sort, et on peut se préparer pour la course l’esprit un peu plus léger. Les bénévoles s’affairent, Gillen et l’équipe technique sont prêts. Je les rejoint pour m’occuper du live : animer la page Facebook de la SkyRhune, gérer les vidéos, images, commentaires de 13h à 19h. Les gars qui sont sur le terrain, comme Yann ou Sam, envoient leurs vidéos. Mes remerciements à « Niko », chef d’orchestre, pour m’avoir confié ces responsabilités !


 

D’abord, les jeunes !

Place à la course ! Et tout d’abord, place aux jeunes de la Ttiki. 10 km / 600 m+ à envoyer du bois comme on dit ! Sylvain Cachard l’emporte en 46’26 ! L’international français n’a pas chômé, car derrière Lire la suite « Une SkyRhune 2019 particulière »

Trail Bagnères-Lourdes : deux doublés et Maxime Cazajous pour une première

La journée fut belle samedi 14 septembre pour aller courir sur le piémont entre Bagnères et Lourdes, et même un peu plus haut. Il a fait assez chaud à partir de 11h – 12h, et l’orage de fin de journée n’a pas duré. Autrement, les parcours ont pu apprécié la beauté du parcours, et goûter à sa difficulté. Oh, vous trouverez bien « pire » que ces 45 km / 3000 m+, mais la technicité n’était pas évidente : chemins de vaches, sentiers étroits ou pas de sentiers du tout, quelques pentes ou descentes cassantes… Bref ! En tout cas, la course fut belle, et les Die Jolin Stones à l’organisation auront été ravis de pouvoir récolter des fonds qui iront tous pour les associations caritatives !

71024684_757358774724058_5305357433260998656_n.jpg


 

Maxime Cazajous sur un gros rythme

70878538_355014102069079_4841549923625205760_n.jpgNotre pyrénéen du Team Hoka est en préparation pour le Grand Raid de la Réunion en octobre, objectif majeur d’une saison, voir plus… Il en veut toujours plus, après sa 3è place l’an dernier. Parti discrètement à l’intérieur du peloton, il compte 6 min d’avance à Germs sur Baptiste Cazaux, autre pyrénéen attachant et talentueux. Mathieu Joubert est 3è, un peu plus loin, après l’abandon de Lire la suite « Trail Bagnères-Lourdes : deux doublés et Maxime Cazajous pour une première »