10 km La Méridienne et Semi-Marathon Lourdes-Tarbes : les classiques de novembre !

Les 10 km de la Méridienne à IBOS (65) à côté de Tarbes et le semi-marathon Lourdes-Tarbes (65) ont plus de 20 et plus de 30 ans d’existence. De vrais piliers historiques de la course à pied dans tout le sud ouest ! Organisés par le club de Tarbes Pyrénées Athlétisme.

Présentation de ces deux rendez-vous qu’il ne faut pas manquer pour aller chercher le chrono et pour retrouver goût aux compétitions sur route !

Un parcours à chrono devant les Pyrénées ! 10 km Méridienne
10 km FFA la Méridienne à IBOS, championnat Occitanie | dimanche 7 novembre

Pourquoi la « Méridienne » ? Parce que Ibos se situe sur le méridien de Greenwich ! C’est la ligne qui divise les hémisphères Est et Ouest et dont le point de longitude est 0. Autrement dit, c’est la référence sur laquelle se basent toutes les coordonnées.

Lire la suite « 10 km La Méridienne et Semi-Marathon Lourdes-Tarbes : les classiques de novembre ! »

Records sur une Skyrhune 2021 de toute beauté !

Les retrouvailles étaient magnifiques ! Et les Golden Trail Series ont amplifié le spectacle en terme sportif. Du coup, la Skyrhune 2021 a été comme d’habitude une réussite, et si ça ne se savait pas encore, le monde du trail tout entier est désormais au courant : spectacle, niveau parcours, fête, c’est l’éclate totale !

La Tikki pour lancer les hostilités

En fait, réellement, c’est la randonnée qui démarre en premier en fin de matinée. Ils vont se percher du côté de Miramar, entre autre, pour encourager les coureurs.

Chez les jeunes, pas de détails ! Ça part à fond… vous connaissez la suite. Noé Rogier du Team Matryx ne fait pas de détails. Au dernier pointage, il est même en avance sur le temps de Sylvain Cachard (vainqueur 2019). Ce ne sera pas battu, mais il boucle tout de même le parcours en 47’28 ! Presque 4 min d’avance sur l’Esclops Edgar Dumas. Louis Fourgassié 3è. Chez les filles, Justine Lanne (3 fois vainqueur) est battue par la basque Lola Briol (2è en 2019). Celle-ci explose son temps de 2019 : 1h03’51 contre 1h11’17 !

Jan Margarit à la lutte, Nienke Brinkman sur une autre planète

Bien malin qui pouvait prédire le classement dans l’ordre, et même les deux premiers de chaque course. Même si la hollandaise Nienke Brinkman était la mieux classée (6è) dans le Golden Trail Series, et restait sur une victoire sur le Chiemgau Trail Run.

Lire la suite « Records sur une Skyrhune 2021 de toute beauté ! »

Se fixer des buts : pour bien réussir ses compétitions et se motiver à l’entraînement

On peut réussir une compétition en se fixant des buts motivants et réalistes. A l’inverse, malgré de bons entraînements récents, on peut aussi les manquer…

C’est pourquoi il faut se préparer mentalement à la performance, en se fixant des buts réalisables, qui vont booster votre motivation. Mais il faut aussi avoir toujours des options de secours pour se « protéger », et ne pas paniquer si on passe un peu à côté pour diverses raisons. Globalement, si on fait les choses bien avec une bonne anticipation de sa course, on ne doit pas en ressortir déçu. En tout cas, il faut faire les choses pour ne pas en ressortir déçu. Quand il y a un écart entre ce que l’on produit comme performance et ce qu’on a anticipé comme résultat, c’est là que ça coince au niveau déception…!

Rassurez-vous, rien de sorcier : être réaliste, faire jouer son expérience et bien se connaître, voilà de quoi s’en sortir !

Bien réfléchir pour prendre la bonne direction…
Dès l’entraînement : savoir ce que l’on veut faire / ce que l’on peut faire

Il faut être cohérent, tout simplement. On ne peut pas se réveiller du jour au lendemain et vouloir faire moins de 30 min au 10 km dans 3 mois. Quels que soient vos objectifs, il faut d’abord savoir s’ils viennent vraiment d’une envie profonde. En général, on se projette à long terme dessus. Du coup, on a le temps de voir si c’est réalisable en terme de mise en place et d’investissement au quotidien. On a une vue sur plusieurs mois, voir plusieurs années. Si l’objectif est moindre, vous êtes prêts à faire des efforts pour le réaliser, mais si ça ne marche pas, vous savez aussi que ce n’est pas primordial et donc qu’une éventuelle déception ne sera pas elle non plus très marquante.


Lire la suite « Se fixer des buts : pour bien réussir ses compétitions et se motiver à l’entraînement »

Test Saucony Kinvara 12

SAUCONY KINVARA 12

Comme vous l’avez remarqué à chaque test, je ne suis pas là pour vous vendre du rêve sur une paire de chaussure : les paillettes dans les yeux et tout ça, très peu pour moi. On va donc rester factuel et analyser le produit précisément pour que vous puissiez vous rendre compte des possibilités et des limites de cette Saucony Kinvara 12, et ensuite voir si elle peut être fait pour vous, et pour quoi.

Je vais pouvoir analyser l’évolution de cette chaussure route, 12è version, ayant eu la 11è. Et pour le coup, après avoir jeté un oeil sur internet aux tests déjà parus, je ne suis pas toujours d’accord avec ce qui est dit. Comme quoi vous voyez, ça vaut peut-être le coup de lire celui-ci.

Présentation du produit, premiers commentaires

La Kinvara 12 est annoncée à 213 gr (en 42) chez l’homme, 184 gr (en 38) chez la femme, avec un drop de 4 mm (28,4 / 24,4 mm).

Vous pouvez noter que le poids est bien contenu, et que la hauteur de semelle reste importante. 28,4 mm, c’est haut, et c’est dans la tendance globale des derniers modèles running sortis. Je ne pense pas que ce soit une bonne idée, quitte à être à contre-courant, car on a du coup beaucoup de matière, et souvent beaucoup de « moelleux », alors qu’on n’en a pas concrètement besoin. Si la matière est de la bonne densité, on peut se rapprocher du sol sans soucis. Je trouve dommage qu’on nous « vende » ça actuellement.

Ce qui va dans le bon sens, c’est que les mousses du chaussant (languette, autour de la malléole, tendon d’Achille) sont réduites. C’est plus fin que le modèle précédent, ça allège, et c’est plus respirant. D’autant qu’en chaussant celle-ci, le pied est parfaitement accueilli, bien tenu, sans rusticité non plus quant au contact avec la chaussure. La languette colle parfaitement à la morphologie du coup de pied, comme l’ensemble du chaussant, ce qui permet une meilleure « union » entre le pied et le produit.

Lire la suite « Test Saucony Kinvara 12 »

Des vainqueurs « A Bloc » sur la 6è édition des Gabizos !

Il vaut mieux écrire quelques fois à tête reposée.

Cette 6è édition s’annonçait exceptionnelle ; elle aurait pu être amputée avec les événements Covid. Finalement, exceptionnelle, elle l’a été. Si on considère que les mesures gouvernementales imposées 4 jours avant (!) ont à peine entamé la volonté des coureurs de venir (10% de défection seulement !), si on considère qu’on approche quasiment les 800 « finishers », si on ajoute que le niveau n’a jamais été aussi élevé… Et si, enfin, on a retrouvé tout le charme de ce qui fait le succès des Gabizos, à savoir des parcours aux petits oignons et une après course au ton « local » et festif… Alors oui, cette édition 2021 a été exceptionnelle !

DDM- Photo – JEAN PATRICK LAPEYRADE

Loïc Robert et Mathilde Sagnes exceptionnels sur la Skyrace
L’Avenir est en marche !

On vous disait que le plateau était exceptionnel. On peut dire que c’était le plus relevé de toutes les éditions. Avec l’organisation, on a eu du mal à détacher des favoris (10 hommes et 10 femmes, et on aurait pu continuer). La volonté du président Philippe Lanne était de bien les accueillir. La veille au retrait des dossards, une présentation a été faite avec quelques-uns d’entre eux.

Le matin, la bruine tombe et on se doute que le terrain deviendra lourd. On annonce tout de même aux coureurs la mer de nuages aux alentours des 1800 m. Le Sanctus frôlant les 2500 m, les premiers ont eu au moins une bonne demie-heure de régalade, là-haut. Autrement, le temps est resté calme. Humide, mais calme.

Au barrage du Tech (km 6), ils sont 9 en 40s. C’est groupé, mais c’est parti vite. Derrière, des écarts se font déjà. Imaginez un Benoît Cori qui passe 18è ! Jan Margarit, Hugo Deck, Benoît Galand, Loïc Robert, Mathieu Delpeuch, Louis Dumas, Yann Mondot, Niels Oger, voilà la troupe en ordre de marche chez les hommes.

DDM- Photo – JEAN PATRICK LAPEYRADE

Chez les femmes, Mathilde Sagnes prend les devants, comme souvent. Elle pointe avec 2 minutes d’avance sur Christelle Lazard et Marie Perrier, l’Esclops Olivia Magnone est pas mal, Anna SanktJohanser, Perrine Abadie, Mélanie Tricaud, Mélanie Finas, ça va être rude !

Lire la suite « Des vainqueurs « A Bloc » sur la 6è édition des Gabizos ! »