Running Abroad : Martin Casse nous parle de son projet sportif et linguistique dans les Pyrénées !

MARTIN CASSE est un athlète de haut niveau de la région toulousaine, qui a déjà porté le maillot de l’équipe de France. Vous l’avez peut-être déjà croisé sur un cross, un 10 km, sur la piste lors des interclubs par exemple ou bien en stage à Font-Romeu dans nos belles Pyrénées, en Cerdagne.

Nous l’avons interviewé et il se présente à vous, pour faire plus ample connaissance et vous situer sa carrière sportive, mais aussi sa carrière professionnelle qu’il mène en parallèle, entre la France et les États-Unis. Le concept de RUNNING ABROAD devrait en intéresser plus d’un chez les jeunes coureurs ! Il nous en dit plus… Bonne lecture !

 

– Bonjour Martin ! Tout d’abord, peux-tu te présenter pour le public qui ne suis pas de près l’athlé, le cross ou la route ?

26239725_561160204232859_1426775813053548426_nSalut Mathieu, moi c’est Martin Casse, 28 ans, originaire de Toulouse. Je pratique l’athlétisme, et plus particulièrement le 1500 m. Sur cette distance, ma meilleure performance est 3’39″27 (record Occitanie toutes catégories). J’ai eu la chance de porter le maillot tricolore 4 fois chez les seniors entre 2017 et 2018 avec notamment une 4ème place lors des Jeux de la Francophonie 2017 à Abidjan. Je pratique également le cross-country avec ma plus belle performance dans cette discipline, une 5ème place par équipe aux championnats d’Europe de cross 2017 en Slovaquie sur le relais mixte. Je cours généralement aussi sur route en début de saison, pour préparer les cross. Ma meilleure perf est 30’13 sur 10 km.

 

– Tu étais le 5 mai dernier sur le 3000 m steeple, au premier tour des Interclubs à Toulouse (compétition où les meilleurs clubs d’Occitanie se rencontrent). Ce n’est pas ta discipline favorite malgré tes grandes qualités 😉 Comment ça s’est passé ?

Effectivement, les interclubs est une compétition que j’adore et ne loupe qu’en cas de force majeure. Je n’ai pas prévu de courir sur piste cet été, en raison d’obligations professionnelles. N’étant pas au meilleur de ma forme, j’ai quand même proposé à mon club du CA Balma Athlétisme de courir un 3000 m steeple au premier tour des interclubs, sans pression. Cela s’est très bien passé et j’ai pris beaucoup de plaisir à courir sur une distance nouvelle. J’ai trouvé que les tours passent beaucoup plus vite avec les barrières ! Malheureusement, je ne pourrai être présent avec mon club au second tour, puisque je suis actuellement aux Etats-Unis. (NDLR : il a remporté le 3000 m steeple en 9’17″80).

 

– Tu as donc une carrière d’athlète de haut niveau : quel est ton parcours professionnel, parallèlement, jusqu’à aujourd’hui ?

La course à pied, passion qui a commencé en classe de première, m’a permis de Lire la suite « Running Abroad : Martin Casse nous parle de son projet sportif et linguistique dans les Pyrénées ! »

Entraînement : savoir s’adapter

S’adapter, c’est quelque part tout l’art de l’entraînement, toute l’intelligence dont doit faire preuve (pour lui) le coureur.

Qu’il soit coureur de haut niveau ou amateur, l’athlète doit aussi bien adapter son entraînement à son quotidien et ses contraintes, que l’entraînement doit être adapté au coureur et ses caractéristiques. Si le même schéma devait être donné à tous les coureurs et devait faire fi des toutes ces variantes, on irait vite dans le mur.

 

40474657_864544723738781_8207514036858781696_n

 

Plan d’entraînement : oui, avec de la souplesse

Il ne s’agit pas de devenir une danseuse étoile. Mais dans le cadre nécessaire d’un plan d’entraînement, il faut que ce qui est prévu puisse être modifiable. En cas de progrès, bien sûr, dans ce cas on ré-adapte qualité et quantité.
En cas de fatigue ou de maladie, le coureur prend du retard, et en fonction de la durée ou de la gravité, il peut même régresser. Il est hors de question de continuer sur la même voie. On révise son plan, et en aucun cas il faut reprendre où il s’est arrêté. Même s’il a l’impression d’être guéri ou de se sentir bien. Un coureur non expérimenté peut se tromper là-dessus, et un habitué peut vouloir se bluffer… ça ne marche pas !

Même quand tout va bien, il y a les imprévus du quotidien. Une séance peut sauter, on fait moins de qualité et de volume que ce qui était prévu dans la semaine. Attention là aussi à ne pas Lire la suite « Entraînement : savoir s’adapter »

Le gainage, pourquoi faire ? Explications côté kiné

Le gainage, on en entend parler, on pratique plus ou moins, par période de motivation… Mais comme tout entraînement, c’est une histoire de régularité, et il faut bien le pratiquer pour ne pas se faire mal. Car pour la course à pied comme pour la santé, c’est un atout indéniable.

C’est mieux de bien comprendre pourquoi en faire, du coup, on a demandé à Emeline Oudet, notre intervenante kiné sur Run in Pyrénées, qui pratique aussi le trail. Elle complète, d’un point de vue kiné, l’article que nous avions écrit il y a un an et demi, et qui avait intéressé beaucoup de monde. Place aux explications !

 

QU’EST CE QUE LE GAINAGE ?

Le gainage est le maintien de la sangle abdominale et des muscles du dos. Par définition, les muscles abdominaux les plus profonds (le transverse par exemple) maintiennent le squelette. Ainsi ils permettent de maintenir des postures et conditionnent ainsi les mouvements.

Petit cours d’anatomie :
Plus précisément, il existe 3 couches d’abdominaux : une profonde (le transverse), une moyenne (les obliques), une superficielle (les grands droits)

anatomie-abdo

Schéma planche anatomique abdominaux

La couche profonde : le muscle transverse est transversal comme son nom l’indique, il fait le tour du tronc jusqu’au carré des lombes, ainsi il peut s’apparenter à une gaine que les femmes mettaient autrefois, ou encore une ceinture lombaire. C’est en fait votre ceinture lombaire physiologique !

Il possède 3 actions : Lire la suite « Le gainage, pourquoi faire ? Explications côté kiné »

Cours toujours, tu m’impressionnes !

On court avant tout pour soi, dans un but de compétition, de bien-être et de santé. On court pour dépasser ses limites, tenter des choses qui se sont formées dans notre esprit et que l’on veut voir se traduire concrètement. Elles sont parfois un peu folles, mais après tout pourquoi pas, chacun court pour soi !

Il est rare, ou alors c’est une mauvaise voie empruntée, que l’on parte courir, faire une perf / un défi « dans l’idée d’impressionner » quelqu’un. Par contre, et ce de plus en plus grâce à l’exposition et la visibilité qu’offre internet et les réseaux sociaux, on essaie de susciter l’admiration.

 

P1070335 - Copie

 

C’est un peu le travers de ce tout « statistiques », de chiffrage du nombre de visites, de suiveurs : pour donner de quoi, rendre ses actions intéressantes, on est poussé au défi (indirectement) ou à la tentative d’impressionner. Mais cette façon de fonctionner marche aussi bien à Lire la suite « Cours toujours, tu m’impressionnes ! »

Entraînement : c’est quoi une bonne séance ?

Une bonne séance, en soi, serait un entraînement qui s’est achevé sans blessures, dans les intensités ou dans les temps espérés. Avec une certaine fatigue bien sûr, provoquée par les efforts fournis, où l’on a eu de bonnes sensations et du plaisir malgré la souffrance que cela a généré.

Quelques fois les attentes sont même dépassées, le corps répondant mieux que ce qui était attendu. Une certaine facilité peut être ressentie alors que l’intensité effective se situe dans le haut de vos standards. Quand le corps est disposé à tout encaisser, c’est le pied ! Mais ça résulte aussi de toutes les adaptations que vous lui avez demandé jusqu’alors.

 

Une séance bien construite

Une bonne séance, au sens pratique, doit pouvoir comporter une phase d’échauffement, un corps de séance et une phase de récupération.

Pour une séance de fractionné sur piste ou une sortie en nature avec changement de rythme, l’échauffement ne doit pas être négligé, même quand on a peu de temps devant soit. Il vaut mieux un corps de séance court mais avec un bon échauffement, qui sert aussi de montée en puissance, et une bonne récupération, qui permet au corps de revenir au calme. Ces deux phases ont aussi pour but de respecter le corps et ses fonctions, et donc d’éviter les blessures !

 

45414770_2175568532693865_5117745251657711616_n - Copie

 

Un bon échauffement, c’est Lire la suite « Entraînement : c’est quoi une bonne séance ? »