Test Inov8 Road Talon 240

Ce test m’a été proposé par la marque Inov8 et son représentant français Germain Grangier. J’avais déjà testé les Trail Talon 250 (voir ICI) où j’avais pu ainsi apprendre à connaître la marque, sa vision et ses caractéristiques. Les modèles trail sont bien plus répandus que les modèles route, c’est pourquoi j’ai accepté avec plaisir ce test mais aussi avec curiosité, prêt à analyser ce qu’il se passe donc avec ce modèle Road Talon 240.

Coureur sur tous types de terrain (en savoir plus ICI et léger (60 kg).

 

Observation

Le produit est à un drop de 4 mm spécifique (un chevron dessiné sur le talon), posé sur 17 mm à l’arrière et 13 mm à l’avant. J’enregistre un poids de 280 gr (balance alimentaire) en pointure 43 (28 cm). C’est un produit neutre.
Les caractéristiques Inov8 sont donc bien là en terme de drop, de proximité avec le sol, de neutralité et de souplesse. L’avant du pied se plie assez facilement dans les mains, à partir de la base des métatarses.

 

P1060559 - Copie

 

Le mesh est en double couche : une première couche extérieure au dessin alvéolé très aéré, et une deuxième couche plus fermée. Des éléments thermo-collés viennent assurer la résistance sur la protection des orteils ainsi que sur les côtés du coup de pied en prolongement du laçage, ce qui viendra sans doute strapper le tout.
Le lacet est plat et semi-rugueux, les oeillets en lanière résistante, la languette plutôt fine et incurvée à la forme du coup de pied.
Les éléments durs sur la semelle extérieure se situent surtout sur les extrémités (Endurance rubber en noir), en partie intérieure (Soft Endurance rubber en blanc) et au niveau des méta (Soft Blown rubber) en jaune. La partie médiane est occupée par le Dynamism Fascia Band qui est sensé s’étirer pour retourner l’énergie.

P1060560 - Copie.JPG

 

Premiers essais

En la chaussant, je trouve Lire la suite « Test Inov8 Road Talon 240 »

Déjà un an pour Run in Pyrénées !

C’est un anniversaire un peu « symbolique », mais vous venez peut-être de prendre connaissance du site ou de la page qui vont avec.

Pour refaire un peu le chemin, Run in Pyrénées, le site, est né il y a un an. Bien sûr, c’est une idée qui mûrissait depuis quelques temps, mais avant de se lancer il faut trouver un site hébergeur, un nom et son « .com », un logo… Ça, c’est la partie « visuelle ». Mais une fois que l’on a l’idée, il faut surtout voir quoi faire avec.

RUN in PYRÉNÉES

 

Ainsi, l’idée est arrivée après 26 ans de course à pied. J’ai commencé dès le plus jeune à courir les cross, la piste, puis la route et le trail. D’année en année, j’ai été observateur et coureur. Les études de sport (licence Staps) sont passées par là ainsi que les diplômes (jusqu’au moniteur fédéral 1/2 fond – marche, c’était il y à 10 ans). Ça allait bien sûr avec la lecture et le suivi de l’actu en tout genre, locale ou internationale, et s’est poursuivi professionnellement avec un métier de vendeur running (grand magasin et boutique spécialisée).

Ces années m’ont petit à petit amené à écrire sur les sites web, la presse spécialisée. Être sur le terrain et mettre en avant son sport/sa passion… et pourquoi pas ? De plus, quand on est amoureux de ces si belles Pyrénées, plus largement associées au sud-ouest, à nos plaines, à nos villes et villages, pourquoi ne pas mettre tout cela en avant ? Notre sport, notre passion, ainsi que notre territoire, sans vouloir résumer cela à un simple secteur géographique, mais aussi à ce mode de vie tout entier.

p1020689-copie

 

Pour avoir ce relais et apporter un peu de lumière sur tout cela, Run in Pyrénées est arrivé. Je tiens à remercier Lire la suite « Déjà un an pour Run in Pyrénées ! »

Peut-on toujours « faire mieux » ?

On s’entraîne, on s’investit, on se dépouille… et en course, on donne tout ce que le corps a en réserve et on supporte toute la souffrance que la tête nous permet d’endurer.

Quand on arrive au bout d’une course, elle-même située au sommet d’un objectif, il y a d’abord la sentence du chrono ou de la place. Ce, quelque soit l’objectif et le niveau de chacun. Cette sentence, qu’elle soit positive ou négative, ne doit pas faire oublier d’analyser le tout : pas seulement la performance, mais aussi les conditions de course et de préparation, qui ont donné au final tout ce qui s’est produit en course.

Quand on se prépare et que l’on met les ingrédients pour réussir, on a évidemment plus de chance de réussir. Malheureusement, nous ne sommes pas des machines et tout ne se passe pas toujours comme on l’imaginait. Le corps et ses réactions, l’esprit et ses mystères quelques fois indomptables…

Très vite, la réflexion, le doute, reprennent le dessus : et si j’avais pu faire mieux ? Et si, en me faisant plus mal, je passais un cap ? Si je faisais plus attention à la nourriture ? Et si…

 

P1060151 (1024x768)

 

Les « si » peuvent nous emmener très loin. Les rêves sont des « si », les espoirs aussi. On veut tous Lire la suite « Peut-on toujours « faire mieux » ? »

Test sweat-shirt femme Active Merinos, de Brubeck

Nous avions déjà testé la marque BRUBECK, avec le t-shirt 3D Run Pro Athletic. La marque polonaise, qui fabrique ses produits en U.E, met en avant la technicité de ses vêtements avec des fibres et des tissu techniques.

Ce sweat-shirt femme Active Merinos, à l’inverse du t-shirt, est plutôt fait pour la saison actuelle où il faut apporter de la chaleur. Brubeck a proposé ce produit pour les lecteurs de Run in Pyrénées, en avant donc pour un test pratique et concret.

20171008_123648 - Copie.jpg

 

PREMIÈRE APPROCHE

Quatre coloris disponibles pour ce haut manches longues que l’on peut classer dans les premières couches thermiques. Les teintes sont réussies et devraient plaire au public féminin. Le look est plutôt sobre mais prend meilleure forme porté, où l’on peut voir le sens du tissage quand les fibres s’étirent.

Le produit est semi-épais, presque fin pour un produit thermique. Une épaisseur qui semble le destiner au Lire la suite « Test sweat-shirt femme Active Merinos, de Brubeck »

Bien organiser sa semaine d’entraînement

Chacun a ses propres objectifs, chacun fait aussi en fonction de son emploi du temps, de sa famille, et chacun choisit le niveau d’investissement qu’il souhaite consacrer à sa pratique. Nous ne sommes pas tous égaux en terme de qualités physiques (innées) mais nous pouvons tous nous entraîner.

Pour cela, il faut commencer par bien mettre en face de soi des objectifs en rapport avec ses possibilités. Ils peuvent être élevés mais réalistes. Et si vous souhaitez devenir champion olympique, alors il faut tout mettre en place pour tenter d’y arriver !

 

Dans cet article, il ne s’agit pas de donner des plans d’entraînement à tout le monde, mais plutôt d’indiquer comment une semaine d’entraînement doit être construite et avec quels types de séances en fonction du nombre d’entraînement dans la semaine.

 

P1020540 - Copie.JPG

 

A un entraînement / semaine : pour ça, un footing de « décompression » suffit. Allure cool, dans un parc, ça irait très bien. Pas plus d’une heure, car le corps, à cette fréquence n’est pas prêt à subir une fatigue excessive.

A deux entraînements / semaine Lire la suite « Bien organiser sa semaine d’entraînement »