La cote ITRA est-elle fiable ?

Vaste sujet que la côte ITRA, qui fait pourtant des efforts pour rendre les choses visibles. Mais, qui comprend vraiment comment elle se calcule, et qui cherche vraiment à le comprendre…? On va essayer d’aborder le sujet, sans rentrer dans les plus fins détails, et en le mettant toujours en relation avec du concret…

Cette côte ITRA est elle un retour fiable du terrain ? Après la diffusion du classement des traileurs et traileuses français selon leur côte, diffusé par Trails Endurance Mag, et quelques discussions auprès d’athlètes, voici ce qu’il en ressort…

> voir le classement des traileurs / traileuses français 2018

 

L’ITRA, c’est quoi ?

ITRA = International Trail Running Association (voir site).

 

Sans titrez

 

« Né en Juillet 2013, l’ITRA a pour objectif de donner une voix aux acteurs du trail running afin de promouvoir ses fortes valeurs, sa diversité, la sécurité des courses et la santé des coureurs, de contribuer au développement du trail running et de favoriser le dialogue avec les institutions nationales ou internationales intéressées par ce sport. »

Il y à 14 membres fondateurs : statisticiens, organisateurs, membres de la FFA, créateur de marque ou présidents d’associations…

Parmi ses missions : santé, sécurité, évaluation des trails, athlètes de haut niveau. N’hésitez pas à voir toutes les infos possibles sur le site.

 

Comment fonctionne cette cotation ?

Tout d’abord, l’idée d’une cotation pour déterminer la valeur d’un athlète (et donc d’une hiérarchie) a le mérite d’exister et d’avoir été mis en oeuvre. Ça existe déjà du côté de l’athlétisme pour classifier les performances. Mais le trail, du fait de la diversité des distances, des dénivelés, de leur répartition, des sols et des conditions sur le terrain, rend les choses beaucoup plus complexes.

La cotation comprend tous les types de format de trail (des distances courtes aux plus longues). Il existe des catégories pour ces formats.

 

Explication du calcul : tout est expliqué ICI

La cote a un maximum de 1000 points. Ces « 1000 points » représentent un temps de référence, la performance idéale (maximale et quasi inatteignable) sur cette épreuve (en tenant compte du dénivelé et du terrain).

Pour calculer la cote, on prend donc la performance (le temps de l’athlète sur sa course) en rapport avec la distance et le dénivelé de celle-ci.

En gros, cet indice de performance est calculé selon la moyenne pondérée des 5 meilleurs résultats d’un coureur sur les 36 derniers mois (cette période permet à un coureur qui se blesse de maintenir son indice grâce à ses performances antérieures, par exemple).

 

P1040909 (800x539) - Copie

 

Pour calculer la partie « distance et dénivelé » d’une course :

Pour calculer la cote de chaque course, ils se basent sur la distance et le dénivelé fournis par les organisateurs. Pour les organisateurs ayant fait évaluer leurs courses par l’ITRA ils utilisent les données obtenues après l’évaluation de ces courses. Si la course n’a pas fait l’objet d’une évaluation, ils utilisent les données renseignées par l’organisateur. (ps : il ne faut pas être membre de l’ITRA pour faire calculer sa course : soit on paye pour la faire évaluer, soit on pense à fournir les données à l’ITRA).

Ils remettent alors cette distance « à plat » via une formule empirique proche de la distance en km + le centième du dénivelé en mètres.

En fonction de cette distance remise à plat, chaque résultat (temps) est alors comparé à une meilleure performance maximale théorique. Dans une première étape de calcul, la cote d’un résultat est donc un nombre de points qui correspond au ratio entre le temps mis et la performance maximale théorique (ce dont on parle juste avant).

Dans une deuxième étape, et de manière à prendre en compte les spécificités sur trail liées au parcours et aux conditions de course, ils appliquent un coefficient de réajustement. Il est calculé de façon à ce que la moyenne des cotes ITRA obtenues par l’ensemble des coureurs à l’arrivée multipliée par ce coefficient, soit égale à la moyenne des cotes ITRA des coureurs au départ.

Le classement n’est absolument pas pris en compte dans le calcul d’une cote.

Pour résumer : la cote dépend de votre chrono obtenu, comparé à un perf’ maximum, sur le profil distance / dénivelé de la course. Des coefficients et des moyennes sont appliqués pour lisser le résultat obtenu. Ceci est fait sur le résultat des trois dernières années.

 

P1060075 (1024x737) - Copie

 

A quoi peut servir ce classement et cette cote ?

« Voilà une question qu’elle est bonne! »

Si vous avez déjà compris le principe du calcul de la cote, c’est très bien. Au final, c’est complexe, mais plutôt juste par rapport à la complexité d’évaluer une perf’ en trail.

Donc à quoi sert cette cote ? Déjà, elle permet d’établir donc ce classement entre les traileurs. Cela permet de se situer, de comparer. C’est le seul connu à ce jour. Il compile énormément de données.

Pour certaines inscriptions, quand vous avez une cote élevée, elle vous permet d’éviter d’être obligé de passer par un tirage au sort (gros événement). Vous vous inscrivez en payant normalement, mais sans cette loterie du tirage au sort.

Certaines organisations peuvent inviter des athlètes de valeur, selon leur politique. Cet athlète peut éventuellement faire valoir son niveau avec cette cote qui en est un indicateur.

Certaines marques, pour leur sponsoring, ou certains teams pour leur recrutement, vont porter de l’intérêt à des athlètes qui ont une bonne cote. Ils se renseigneront sur la personne et si son profil correspond à la marque, mais l’indicateur de « performance », c’est cette cote.

Concrètement : les gens qui peuvent « utiliser » leur cote à ces fins sont peu. Autant dire que pour la majorité de nous tous, à part nous comparer entre nous, elle ne sert… à rien.

Pour les courses, quand elles ont fait la démarche de donner les infos pour le calcul de la cote, elle peut inciter des coureurs à choisir ces courses pour soigner leur cote.

 

P1050235 (1024x813) - Copie

 

Est-elle fiable ?

Vous avez pu voir que les calculs sont faits pour que le résultat final soit un maximum fiable et juste. Et que, pour les coureurs « performants », elle pouvait être importante ! Mais, est-elle vraiment fiable ?

Premier point, vous l’avez lu juste avant, il faut qu’une orga renseigne à l’ITRA ses données. Et toutes ne le font pas. Donc, si pour vous, une course qui constitue un objectif majeur où vous êtes particulièrement préparé, n’a pas renseigné ses infos… et bien votre résultat ne rentrera pas dans le calcul de la cote. De plus, un coureur n’organise quasiment jamais son calendrier en fonction d’une cours cotée. Il choisit plutôt un endroit qui lui plaît, un profil qui lui convient, une concurrence intéressante, et autres critères… La cote, au final, est peu représentative de votre saison. Peut être avez-vous été en forme sur une course dure où votre chrono a été bon, mais ces données ne seront pas enregistrées…

Deuxième point : sauf quand l’orga a payé le service d’évaluation de sa course, elle doit fournir elle-même ses mesures. Là aussi, en fonction de la trace que l’organisateur a enregistré sur son GPS, les mesures peuvent différer d’une autre personne qui l’aurait enregistrée avec un autre GPS, d’une autre marque, dont la fiabilité est également dépendante de la technologie… La marge d’erreur peut être importante, à 1 ou 2 km près et à 100 / 300 m de D+ près, par exemple. Ces variations vont jouer sur le calcul, et donc sur le résultat, et on sait que des fois à quelques points près c’est gagné ou perdu. Quand on regarde le classement, à 20 pts près, vous avez… 300 coureurs !
Si, d’une année à l’autre, le parcours change un peu, mais que l’organisateur ne pense pas à fournir les nouvelles données, ou alors ne pense pas à réévaluer son parcours car les infos datent et les technologie GPS entre temps se sont améliorées… Bref, vous comprenez l’histoire.

Troisième point : les coefficients du calcul varient d’une année à l’autre, et sont d’ailleurs souvent revus à la baisse. Pourquoi ? Si une moyenne est établie sur une année où les conditions météos (chaleur, froid, vent, sols détrempés, boue…) ont été difficiles, la performance rendue n’est pas la même. Si, un jour, une grosse performance d’un élite « étire » les valeurs, la cote est recalculée et vous pouvez en pâtir… A savoir, également, qu’une grosse performance féminine a emmené à recalculer les valeurs (les meilleures sont autour de 800 pts). Ou encore, que le calcul des cotes à l’étranger diffère quelque peu pour les inciter à ouvrir nos courses à ces coureurs…

 

P1010209

 

Conclusion

Comme on vous le disait, au final, l’utilisation de cette cote concerne peu de coureurs en rapport à la quantité qui pratiquent le trail.

Pour autant, cette cote et ce classement a le mérite d’exister et de tenir compte de nombreux paramètres. Ce qui le rend, globalement, plutôt « juste ». Vous pouvez vérifier votre cote ICI, en rentrant votre nom dans la barre de recherche.

Ce classement, au final, compare des coureurs… qui ont des qualités et des profils totalement différents ! Un coureur de trail court qui aime les trails rapides et techniques, un coureur d’ultra qui a des aptitudes pour les terrains montagneux, etc… C’est comme si on comparait les performances (pas les titres) d’Usain Bolt et de Gebrselassie par exemple.

Et comme dans ce fin calcul (mine de rien un peu opaque), il peut y avoir des marges d’erreur, et que à peu de choses près, ça change beaucoup de choses… C’est donc à prendre avec des pincettes !

Et ça ne devrait pas vous empêcher d’aller courir demain.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s