Trail des Fleurs, 13 juillet 2019 : interview des Biches&Run et informations !

Le 13 juillet prochain, au départ de Barèges (65), le Trail des Fleurs en sera à sa 2è édition.

> Site Internet Trail des Fleurs

> INSCRIPTIONS

C’est donc un « nouveau-né » dans le trail et dans les Pyrénées, avec un ton à part donné à l’atmosphère. Les courses (solides !) font ensuite place à un repas champêtre, une ambiance festive et musicale.

logo-trail-des-fleurs-e1525086355918

A quoi va ressembler cet événement ? Qui est derrière tout ça ? Justement, on essaie d’en savoir plus avec l’équipe des Biches&Run et le témoignage d’un coureur !

 

– Bonjour Biches & Run ! Qui êtes-vous, d’où venez-vous…bref, qui sont ces biches ??

36064820_2220028461612836_7930113034196877312_o

Bonjour Run in Pyrénées ! Nous sommes 4 amies, de différents horizons mais vivant actuellement sur Bordeaux. Nous nous sommes rencontrées sur la piste du stade Stéhelin lors de la préparation de notre première course il y a 5 ans : le semi-marathon de Bordeaux. Au sein de notre groupe de coureurs on nous a très vite surnommé les biches… allez savoir pourquoi… C’est resté, aujourd’hui même nos familles nous appellent les biches !

 

– Vous organisez le 13 juillet prochain la 2è édition du Trail des Fleurs à Barèges. Racontez-nous un peu comment cette épreuve est née : vos envies, pourquoi à Barèges, pourquoi ce nom…?

Nous avons décidé d’organiser le Trail des Fleurs lors Lire la suite « Trail des Fleurs, 13 juillet 2019 : interview des Biches&Run et informations ! »

Trail des Gypaètes : Clément Barret et Cathy Gastellu brillants sur cette belle 13è édition

Une belle année pour ce Trail des Gypaètes, qui en était à sa 13è édition : 383 coureurs ont franchi la ligne d’arrivée et la compétition a encore été très belle ! L’organisation de Festovalies en Bigorre tente année après année de s’entourer et de proposer quelque chose pour rendre cet événement intéressant, qui, en lui-même, attire déjà les passionnés grâce à son format et son beau parcours.

Aujourd’hui, la météo était parfaite : ciel couvert, temps frais la majeure partie de la journée. Les coureurs sont partis à 9h à l’assaut du pic du Jer, la première difficulté.

P1100145 - Copie.JPG

 

Une course de très bon niveau

Laurent Béziat était le premier à lancer les débats, lui qui était 4è l’an passé. Nicolas Tabarant, Nicolas Alicot et Clément Barret le suivent. Laurence Nogué chez les femmes creuse déjà un petit écart sur Cathy Gastellu et un peu plus loin Marie Vinet.

 

P1100147 - Copie.JPG
Le futur podium à la poursuite de Laurent Béziat

Sur le Béout, Clément Barret, qui était au Team Oxitis-Odlo l’an dernier, teste ses Lire la suite « Trail des Gypaètes : Clément Barret et Cathy Gastellu brillants sur cette belle 13è édition »

Entraînement : savoir s’adapter

S’adapter, c’est quelque part tout l’art de l’entraînement, toute l’intelligence dont doit faire preuve (pour lui) le coureur.

Qu’il soit coureur de haut niveau ou amateur, l’athlète doit aussi bien adapter son entraînement à son quotidien et ses contraintes, que l’entraînement doit être adapté au coureur et ses caractéristiques. Si le même schéma devait être donné à tous les coureurs et devait faire fi des toutes ces variantes, on irait vite dans le mur.

 

40474657_864544723738781_8207514036858781696_n

 

Plan d’entraînement : oui, avec de la souplesse

Il ne s’agit pas de devenir une danseuse étoile. Mais dans le cadre nécessaire d’un plan d’entraînement, il faut que ce qui est prévu puisse être modifiable. En cas de progrès, bien sûr, dans ce cas on ré-adapte qualité et quantité.
En cas de fatigue ou de maladie, le coureur prend du retard, et en fonction de la durée ou de la gravité, il peut même régresser. Il est hors de question de continuer sur la même voie. On révise son plan, et en aucun cas il faut reprendre où il s’est arrêté. Même s’il a l’impression d’être guéri ou de se sentir bien. Un coureur non expérimenté peut se tromper là-dessus, et un habitué peut vouloir se bluffer… ça ne marche pas !

Même quand tout va bien, il y a les imprévus du quotidien. Une séance peut sauter, on fait moins de qualité et de volume que ce qui était prévu dans la semaine. Attention là aussi à ne pas Lire la suite « Entraînement : savoir s’adapter »

Un Trail du Marquisat 2019 au zénith !

Depuis plusieurs jours, les journées sont douces sur les Hautes Pyrénées, et le soleil a été également au rendez-vous ce dimanche matin à Louey. Quelle belle matinée pour courir cette 9è édition !

Par contre, ça n’a pas tardé à chauffer sur les crânes des nombreux coureurs : quasiment 400, soit 100 de plus que l’année dernière ! Signe d’une course attrayante et en bonne santé. Des conditions parfaites sur un terrain sec, avec une première chaleur qui se supporte plus ou moins bien, mais les ravitaillements étaient nombreux : trois sur le 10 km, 6 sur le 24 km ! On pouvait gérer la déshydratation presque sereinement.

Mais… entre deux ravitaillements, se trouvent souvent des bosses, des descentes, et on a le temps d’avoir un coup de moins bien. Bref ! Le 24 km a bien grimpé aux antennes d’Averan (également nommées Crêtes du Miramont) : un passage qui a des airs de Pays Basque avec cette immense bosse bien raide… Une vue pareille sur les Pyrénées, ça se mérite ! Le 10 km, avec ses nombreuses côtes, parfois très cassantes, a également mis quelques cuisses et quelques poumons en feu.

 

24 km : Marie Vinet à son aise | Courbet domine un podium très serré

P1090975 - Copie.jpg

Marie VINET était souriante en haut des antennes : sa course se déroulait parfaitement, avec déjà une certaine avance sur les concurrentes. La suite s’est très bien passée également, jusqu’à la ligne d’arrivée franchie en 2h18’57. Même si la montagne est sa préférence, les trails avec moins de dénivelé permettent de se lancer. Comme sur les Coteaux de Bellevue, qu’elle a remporté en début d’année. On se rappelle aussi sa 12è place en septembre dernier sur la SkyRhune, où le niveau est vraiment très élevé ! Les Pyrénées, elle aime y revenir.
A la 2è place, Lire la suite « Un Trail du Marquisat 2019 au zénith ! »

Cours toujours, tu m’impressionnes !

On court avant tout pour soi, dans un but de compétition, de bien-être et de santé. On court pour dépasser ses limites, tenter des choses qui se sont formées dans notre esprit et que l’on veut voir se traduire concrètement. Elles sont parfois un peu folles, mais après tout pourquoi pas, chacun court pour soi !

Il est rare, ou alors c’est une mauvaise voie empruntée, que l’on parte courir, faire une perf / un défi « dans l’idée d’impressionner » quelqu’un. Par contre, et ce de plus en plus grâce à l’exposition et la visibilité qu’offre internet et les réseaux sociaux, on essaie de susciter l’admiration.

 

P1070335 - Copie

 

C’est un peu le travers de ce tout « statistiques », de chiffrage du nombre de visites, de suiveurs : pour donner de quoi, rendre ses actions intéressantes, on est poussé au défi (indirectement) ou à la tentative d’impressionner. Mais cette façon de fonctionner marche aussi bien à Lire la suite « Cours toujours, tu m’impressionnes ! »