Test Altra Superior 5

INTRO

Altra Running est une marque spécialisée dans le zéro drop (déroulé du pied sans différence de hauteur avant/arrière) et de son concept « Foot-Shape », qui respecte la forme du pied, notamment l’élargissement à l’avant au niveau des métatarses.

J’ai personnellement eu plusieurs modèles de la marque (route, trail) et notamment deux autres versions de cette Altra Superior 5, dont l’avant dernière la 4.5. Une habitude du zéro drop qui demande un peu d’adaptation, mais qui reste plus abordable en trail par rapport à la route. Pourquoi ? Parce que la régularité du bitume et la répétition d’une même gestuelle met plus en charge le tendon d’Achille et le mollet, alors que sur les chemins, les appuis varient sans cesse, et les textures du sol aussi.

Je suis un coureur de 61 kg, habitué des distances en dessous de 30 km.

Superior 5 : drop 0, 21 mm de hauteur, 251 gr

Premiers constats

Je vais pouvoir faire un parallèle avec la 4.5 que je finis d’user, qui d’ailleurs vieillit sans problèmes au niveau du mesh, mais dont les crampons se sont bien réduits.

Au premier abord, il semblerait que la semelle semble un peu plus épaisse, et plus robuste. On s’attend d’ailleurs à avoir une augmentation de poids : eh bien non, sur ma balance, elle est même quelques grammes en dessous. J’appréciais le côté minimaliste de la 4.5, qui était relativement proche du sol et qui permettait de bien laisser passer les informations qui remontaient de l’appui. On pouvait par contre regretter que l’accroche s’usait plutôt vite – à moyennement vite. Ici, les crampons paraissent plus agressifs, notamment la « griffe » à l’avant du pied. Pour autant, ils sont assez peu profonds.

Ce que l’on voit vite, c’est que le mesh et le laçage ont aussi été revus. On va voir si c’est en mieux. Là où le mesh s’avérait trop fermé (mais solide) et peu respirant pour la période estivale, celui-ci en mode « textile » corrigera sans doute le tir. On va bien voir côté résistance. A l’arrière, le maintien avec la coque talonnière est plus ferme, là où on pouvait plier facilement ça avec les doigts sur le modèle précédent.

En les chaussant, on ne peut nier le confort (contact du chaussant avec le pied, l’espace). Comme prévu, on sent moins le côté minimaliste du modèle 4.5 : la semelle extérieure qui tapisse les crampons, notamment au niveau du médio-pied, est plus épaisse. Et puis, en les profilant l’une à côté de l’autre, on voit bien un gain en hauteur. Ce qui me fait d’ailleurs penser que les 21 mm de hauteur sont une erreur : les 4.5 sont annoncées soit à 19 mm, soit à 21 mm, et les 5 sont annoncées à 21 mm. Elles n’ont clairement pas la même hauteur, et je dirai même qu’il y a plus de 2 mm d’épaisseur d’écart ! On pinaille un peu, mais attention, les informations ne filtrent, du coup, pas de la même façon. Les lacets sont très longs. Les oeillets ne sont pas les mêmes des deux côtés : à droite, ils semblent pouvoir bloquer le lacet, à gauche ils font plutôt coulisser.

Les premiers essais confirment que la semelle filtre mieux les cailloux, mais nous donne donc moins d’information. Le déroulé est très agréable, on ne s’enfonce pas dans la chaussure malgré tout. Elle semble bien répondre.

PS : habitué du 44, il faut bien une demie pointure au dessus sur celles-ci !

Test poussé

Je les ai emmenées sur des sorties à 1000 m+ et même en compétition, sur un trail au profil et aux terrains très variés (16 km / 850 m+). Là, on est sûr des capacités et du comportement du produit.

Par rapport à l’ancien modèle, il faut bien cette demie-pointure de plus. Mais j’ai un soucis avec le chaussant / le maintien : ils ont visiblement élargi le produit. Puis le fait qu’à l’avant le mesh soit un peu plus « élastique » et souple, et que le laçage coulisse désormais d’un côté, m’a obligé à passer le dernier oeillet. Là aussi, malgré ce, on perd un cran de serrage… C’est perturbant d’avoir un pied que l’on voudrait serrer plus mais…

Au niveau de la semelle, c’est en effet plus protecteur : la protection StoneGuard, semelle intérieure fine qui peut se rajouter pour aider à filtrer les cailloux, n’est pas utile. On peut passer bien plus franchement sur des zones un peu délicates.

En terme d’accroche, on y gagne un peu mais surtout sur terrain sec. Le cramponnage de la semelle extérieure MaxTrac n’est pas assez profond. Ça gratte correctement sur des pentes raisonnables, mais si on commence à passer sur des montées type KV (plus de 30/40%) ça peut manquer de mordant. La boue n’est pas son terrain, même si on évite de déraper sur les parties juste terreuses.

La stabilité est très bonne, du fait du drop 0 qui met moins à défaut les chevilles, et de la rigidité du bloc semelle qui résiste à la torsion la plupart du temps. Attention, elle reste pliable sans soucis, mais l’indice minimaliste est moins marqué que sur les 4.5. Le fait qu’elle lâche un peu le pied avec cette histoire de serrage (ou alors elle convient à des pieds plus forts qu’avant) peut perturber un peu.

Elle s’en sort correctement sur les parties techniques, si on est soi-même un peu adroit et réactif.

Au niveau dynamisme, par rapport au poids du modèle et à son bloc semelle, c’est plutôt efficace. De toute façon, vous savez bien que sur des trails aux moyennes d’allure basse, le dynamisme pur n’est pas vraiment la priorité. Mais appréciant quand ça court, je n’ai pas eu l’impression d’être pénalisé. On ne s’enfonce pas dans la semelle donc on peut cadencer sa foulée comme on veut. Le retour est bon, le déroulé fluide. On peut dire qu’il y a un peu plus de « rebond » que sur la 4.5, qui était plus neutre.

Bilan global

Ce qui change par rapport à sa précédente version, c’est que l’on a un produit moins « minimaliste » (voir ici). La tenue du chaussant est un peu plus rigide, le bloc semelle aussi, il est également plus consistant, un peu plus haut. Du coup elle permet un comportement plus « aventurier » dans les descentes sans craindre de s’enfoncer quelque chose de trop pointu sous le pied.

Si vous avec un pied fin qui a besoin d’être tenu, ça peut être un frein. J’ai le pied fin, je m’y suis fait un peu, mais ça reste un peu problématique.

Le comportement général est bon, elle est assez dynamique, l’accroche est correcte (sauf sur un sol dur et mouillé (!) ).

La durée de vie sera sans doute plus longue que le précédent. Petit bémol sur la partie avant du mesh qui peut être accrochée dans des buisson épineux ou orties.

Il y a toujours le Gaiter Trap, scratch sur le talon qui permet d’attacher une guêtre, mais… Où est l’attache sur le coup de pied ? Oubliée… Ou alors il faudra un autre système d’attache qui s’accroche aux lacets ou qui passe sous la chaussure.

Un équilibre qui balance entre les atouts et les manques cités. A conseiller pour des trails courts, potentiellement jusqu’au format ou un peu plus. Pour des trails moyennement techniques ou avec de courts passages. Pour des coureurs qui apprécient le zéro drop, ou qui veulent s’initier, et qui peuvent potentiellement en tirer bénéfice pour leurs appuis ou pour aller sur des allures élevées.

ALTRA SUPERIOR 5

4 commentaires sur « Test Altra Superior 5 »

  1. Salut, merci pour ce test.

    Est ce que tu as d’autres idées de modèles dans ce type de produit? Je cherche une successeuse aux Merrell XTR qui semblent très proches de la superior 4.5 (drop0, 19mm très neutre, flexible), hélas c’est devenu compliqué à trouver !

    Bonne course 😉

    J’aime

Répondre à runinpyrenees Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s