Un an après, revoici Yann, le traileur aux pieds-nus !

L’an dernier, sur la Rhune, il s’était fait remarqué par le public en courant la SkyRhune pieds nus. A l’époque, je m’étais empressé de lui « tendre le clavier », car de multiples questions trottaient dans ma tête, comme je l’imagine dans celles de ceux qui l’ont vu dévaler les pentes pierreuses du massif basque.

Comment pouvait-il courir en montagne pieds nus ? Qui était-il ? Pourquoi et comment en était-il venu là ? Si vous voulez retourner sur ses réponses post-Rhune, c’est ICI. Un an après, alors que l’événement arrive dans moins de deux mois, j’avais envie de voir si quelque chose avait changé ou évolué. Voici donc l’échange avec Yann, ce va nu-pied, le coureur « barefoot ».

14457468_1269101323120130_5588388620433019273_n
Salerno Photo

 

– Bonjour Yann et merci de répondre à Run in Pyrénées ! On s’était entretenu l’an dernier car tu avais surpris tout le monde à la SkyRhune (21 km / 1700 m+) : tu avais couru pieds nus tout en obtenant un bon classement ! (117è en 2h52). Que devient Yann en 2017 ? Toujours coureur pieds nus ?

Bien le bonjour !!! Oh que oui, toujours pieds-nus, par tous les temps et en toutes saisons. Je continue les sorties trails ou randonnées pieds-nus. Et j’ai même eu la chance, au mois de juin, de pouvoir encore goûter à la neige au col d’Arraillé dans la vallée de Gaube !

 

Tu avais été déçu de ton résultat à la SkyRhune 2016. Est-ce que tu t’es préparé encore plus cette année ? Comment, et quel objectif vises-tu ?

Oui il y a eu préparation, suffisante je ne sais pas, on verra le 30 septembre ! Mon objectif, sans viser les 2h30 et un fameux pottok d’or, j’aimerais au moins tourner aux alentours de 2h40, comme à l’entraînement .

 

– Revenons un peu sur ta façon de courir… elle découle de ta façon d’être ? On te faisait remarquer l’an dernier, comme un clin d’oeil, ton imposante barbe. Tu nous disais être végétarien… Explique-nous ce cheminement qui semble te lier de près avec la nature ?

Sans partir dans de grandes envolées philosophiques, oui je me sens proche de la Nature. J’aime m’y retrouver seul, que ce soit en courant, en marchant, en canoë ou en vélo (j’ai traversé l’Espagne à vélo cet hiver et j’ai découvert le centre du pays, bien plus sauvage et désertique que la côte Est).

« Pour moi les chaussures, ce serait comme vivre avec des gants de boxe ! »

Les gens me posent souvent la question, en m’imaginant pratiquer le yoga, la méditation ou même le bouddhisme, mais je crois que je les déçois en étant bien plus terre à terre. Je vis pieds-nus « seulement » pour ressentir notre bonne vielle Terre sous mes petons, ses textures, le froid ou le chaud, la neige ou la boue, l’herbe ou les roches. En chaussures , et je dois malheureusement en mettre de temps en temps, je deviens « aveugle » car je ne ressens plus rien. Pour moi les chaussures, ce serait comme vivre avec des gants de boxe ! Et dans notre société matérialiste et superficielle, j’aime pouvoir montrer aux gens qui veulent le voir qu’on peut être heureux en étant soi-même !

 

15107443_717607918404422_2190344637114085865_n
Photo : Christophe Dauphin

 

– Comment les gens réagissent autour de toi ? Famille, amis, coureurs… Y’a-t-il de la curiosité, de l’étonnement… Suscites-tu éventuellement des vocations ?

Les gens réagissent de façons différentes… de l’étonnement surtout ! Certains hurlent de douleur en me voyant débouler à fond sur les sentiers pierreux. D’autres me félicitent pour mon « courage ». Chez les coureurs, hormis deux-trois bonhommes à ma première course de la Rhune en 2015, qui se sont moqués de moi en me prenant pour un néophyte qui n’y connaissait rien au trail et à la Rhune, j’ai toujours eu un très bon accueil, très respectueux. J’ai l’air un peu fermé au premier coup d’oeil mais je suis ouvert à la discussion si jamais des coureurs sont curieux.

« On ne court pas pieds-nus comme on court en chaussures ! »

Pour les vocations, ça ne me déplairait pas de rencontrer d’autres va nu-pieds !!! Mais j’ai entendu dire que d’autres personnes tentaient la Rhune pieds-nus !

Mais, comme je le répète, si jamais des personnes voulaient tenter l’expérience, prenez votre temps, renseignez-vous sur la pratique, c’est important. On ne court pas pieds-nus comme on court en chaussures !!!

 

14502888_1263132223739126_3135321442179968038_n

 

– Revenons sur la course pieds nus. Un an après, tu as un peu plus d’expérience. Est-ce que tu as évolué ou progressé, et de quelle façon si c’est le cas ?

D’un point de vue du pied, après 8 ans de randonnée pieds-nus dont 5 ans de trail, je ne pense pas que mes pieds vont continuer à se durcir , peut-être vont-ils encore s’élargir ?!… J’arrive maintenant à faire des choses incroyables avec, de vraies chaussures !! Je peux passer une journée dans la neige des Pyrénées, ou sur les rochers brûlants de l’Andalousie !

Pour ce qui est du trail, je peux encore faire des progrès ! La course de la Rhune est devenue pour moi mon parcours de « base » que je peux faire plusieurs fois par semaine, et ça se ressent aux chronos en 2015 et 2016. J’aimerai bien allonger les kilomètres, je fais des sorties de 30 km environ, mais je pourrais facilement agrandir les distances et pourquoi pas un jour sortir sur de plus grandes courses !! La SkyRhune est déjà un très beau challenge.

 

« Maintenant que mes pieds me permettent de vraiment faire ce que je veux, l’idée de grimper de grands sommets est assez tentant aussi ! »

– Que va devenir le fameux traileur pieds-nus dans le futur : as-tu des objectifs personnels, des objectifs de course…?

Continuer à progresser déjà ! Passer le cap et vouloir sortir sur d’autres courses, mais je reste quelqu’un de discret qui préfère courir dans son coin, même si je commence à prendre goût à la bonne ambiance des courses de montagne. Maintenant que mes pieds me permettent de vraiment faire ce que je veux,  grimper de grands sommets est assez tentant aussi !

 

– Je dis « fameux », mais ce n’est peut-être pas le cas : est-ce que ta façon de courir a dépassé les contreforts de la Rhune ?

A ma connaissance, je n’ai jamais entendu parler de coureur en montagne pieds-nus. Des marathoniens, oui, mais pas de confrères !

 

– Allez, un dernier mot pour terminer cet interview ?

Soyez et restez vous-même , mangez la vie , et dépassez vous !

 

Encore un grand merci de partager tout ça avec nous ! Bon courage pour la SkyRhune le 30 septembre prochain !

Mathieu, Run in Pyrénées

2 commentaires sur « Un an après, revoici Yann, le traileur aux pieds-nus ! »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s