Mylène Da Costa Reis : à fond dans le triathlon !

Vous l’avez peut-être croisée sur un cross, une course sur route, sur un vélo ou bien à la piscine… Mylène est une jeune femme triathlète en pleine progression et qui vit sa passion à fond, en parallèle de son travail. Voici quelques questions que nous lui avons posé pour mieux la connaître.

12308769_978283448910324_2826156926595513836_n

Salut Mylène ! Tu es une coureuse et triathlète de 28 ans, et en ce moment ça marche bien pour toi. Avant ça, pour ceux qui ne te connaissent pas, peux-tu nous décrire ton parcours sportif en quelques mots ?

J’ai commencé en école d’athlétisme en catégorie benjamine avec le club du C.A.Moissac (82) puis j’ai déménagé dans les Hautes-Pyrénées, je me suis licenciée ensuite au club du TPA (Tarbes Pyrénées Athlétisme, anciennement UAT) . J’ai fait un peu de piste sur 800 m puis je me suis spécialisée en cross. Je suis ensuite partie en pôle sportif, au lycée de Font-Romeu, où j’ai pu intégrer un sport étude.

14358845_1188346621237338_8977026648574452333_n
Victoire au triathlon de Saint-Jean de Luz (64)

Ensuite, j’ai fait une petite « pause » lors de mes études d’infirmière, puis j’ai repris une activité sportive et me suis orientée vers la pratique du triathlon car j’aimais bien la natation. Cela fait maintenant sept ans que je pratique ce sport. Depuis trois saisons, j’ai repris le cross en préparation de mes échéances en triathlon qui débutent au mois de mai. Lire la suite « Mylène Da Costa Reis : à fond dans le triathlon ! »

Course à pied : tous ces efforts que l’on ne voit pas

 

Landes...La plupart du temps en course à pied, pour les médias et le grand public, ne sont visibles et significatifs que les apparitions au podium et les victoires. C’est bien normal me direz-vous ! Et il faut faire honneur aux vainqueurs, qui ont su exprimer au mieux leur potentiel, leur investissement…

Investissement ? Parlons-en un peu. Oui, parce que même si l’on se doute bien qu’on n’y arrive pas sans efforts, c’est quand même la base de tout. Encore que, vous en trouverez pour croire que les personnes qui sont aux avant-postes profitent surtout d’un don du ciel, et que finalement il y a des gens plus méritants ! Des gens avec moins de talents, qui travaillent et qui s’entraînent… Surtout, ne pas croire que le coureur de Team profite d’un don et d’un statut pour se la couler douce. De professionnels, il n’y en a quasiment pas. Les moyens matériels reçus doivent être rendus sous forme de publicité (image) et de résultats. Le don, il ne peut s’entretenir qu’avec des heures d’entraînement et des efforts pour maintenir un niveau, et encore plus d’efforts pour arriver jusqu’au résultat que vous remarquerez en feuilletant un magazine.
Lire la suite « Course à pied : tous ces efforts que l’on ne voit pas »