Côte à côte avec Amandine Ferrato, trail & coaching de vie

Voilà un portrait que nous voulions faire depuis quelques temps avec Amandine. Hyper dynamique et avec un emploi du temps bien fourni, cette traileuse de haut niveau a un parcours et une personnalité « atypiques ». Souhaitant partager son savoir faire et son vécu, elle prend en 2019 un tournant dans sa carrière sportive et professionnelle. Jusqu’à il y a un mois où elle se lance complètement dans une activité entrepreneuriale, qui pourrait grandement intéresser les traileurs et les personnes atypiques que vous êtes peut-être, comme elle. Tout en ne renonçant pas à son entraînement et aux compétitions de trail depuis la Drôme, près de Montélimar, où elle vit.

> Côte à côte Coaching avec Amandine
Amandine, on se connaît, mais peux-tu faire un tour d’horizon pour te présenter aux lecteurs qui te découvrent ?

Bonjour à tous, et bien je m’appelle Amandine Ferrato, 41 ans, j’habite près de Montélimar dans la Drôme provençale, je suis aujourd’hui coach trail (hors plan d’entraînement) et coach de vie. A côté de ça en palmarès sportif, j’ai été deux ans en équipe de France en 2017 et 2018, j’ai refusé une 3è sélection pour aller faire les Golden Trail World Series en 2019. En 2017 j’ai été vice championne du monde de trail et championne du monde par équipes, en 2018 j’ai été championne du monde de trail par équipe, et en 2019 j’ai fait top 10 du Golden Trail World Series. Comme autre bons résultats, j’ai fait 2è sur le Marathon du Mont Blanc (2016), 3è à Zegama (qui faisait partie du GTWS), et puis… une 3è place sur l’OCC après un joli combat contre Emelie Forsberg (sourires) ou Elie Gordon nous chipe la première place ! (rires)

Wikipédia

On sent les regrets encore… (rires)

Non pas du tout ! Pour moi le trail c’est un jeu, et pour moi l’idée c’est de mettre du jeu et du plaisir dans cette pratique, et évincer une forme de stress et de pression comme beaucoup s’en mettent régulièrement.

Ah tiens une course qui était assez révélatrice pour moi c’était Sierre-Zinal (3è en 2017), parce que là du coup tu viens chercher une place et un chrono, et j’avais fait un super bon chrono (3h09) ce qui me plaçait 3è française sur Zinal.

Aujourd’hui tu n’as pas arrêté, tu cours encore en compétition

Je continue d’être au contact du terrain, par contre, avec mon activité d’entrepreneur ça prend pas mal de temps, et j’ai envie de transmettre toute mon expérience et mon expertise que j’ai acquises pendant mes années de haut niveau, donc je suis moins sur le terrain. Par contre je fais encore des courses : j’ai gagné le challenge des trails de Provence cette année, donc je suis plutôt sur des formats de 25/30 bornes avec pas mal de dénivelé, et à côté je fais pas mal de VTT aussi.

Je ne suis pas sortie du milieu, mais par contre je répartie mieux mon énergie, je suis moins sur une partie élite… Puis ça me permet aussi de voir l’envers du décor, et d’être peut-être plus accessible. J’ai toujours été accessible, mais parfois certaines personnes n’osent pas t’aborder, et moi j’aime bien le contact, j’aime bien l’humain, être au contact des traileurs (ce n’est pas péjoratif) « populaires ». Parce que quand t’es en élite, tu es dans une autre sphère, une autre façon de pratiquer qui peut avoir tendance à t’éloigner de la réalité de tout un chacun.

« le haut niveau m’attire, j’ai encore envie d’y retourner, par contre je suis bien lucide sur le fait qu’avec mon entreprise ça me prend beaucoup d’énergie »
Lire la suite « Côte à côte avec Amandine Ferrato, trail & coaching de vie »

Les Gabizos 2022 a tenu toutes ses promesses

Photos Guillaume Soler

Remettre le couvert un mois et demi après les championnats de France de course en montagne, il fallait le faire, mais le faire bien. Ce n’était pas une tâche facile pour les Esclops d’Azun, mais toute l’énergie de ses membres et de ses bénévoles a encore fonctionné.

Et pourtant… Deux semaines avant, la commune perdait sur la route deux des siens. Laurent (25 ans) et François (35 ans) faisait partie de plusieurs familles, dont celle des Esclops, comme amis et bénévoles. Nous ne les oublierons jamais…

L’émotion était présente, bien sûr, mais il fallait le faire pour eux et pour les 850 coureurs inscrits !

Les petits à bloc, dès vendredi

Les trois courses de la Manu Lacroix ont compté 90 enfants et jeunes ados ! Avec les parents présents et les coureurs qui passent récupérer leurs dossards, ça en faisait du monde ! Les jeunes talents se sont exprimés, et ont reçus médailles et lots du partenaire Dynafit, avant d’aller goûter. Ils n’ont pas fait semblant, les Esclops non plus.

La mini-Tuque supersonique !

La Mini-Tuque, c’est une vraie course en montagne mais taillée pour les jeunes. Minimes et cadets ont couru les 5,5 km et 280 m+ (pas rien !) à toute vitesse. Tout d’abord, Jean Castaignède, le vainqueur de l’an passé, qui a explosé son chrono de 3 min en 26’02. Mais il était bien poussé par les deux coureurs du CUP (Pau) Niels Coste et Arthur Mazeyrie, sous les 27′ eux aussi. Ensuite, les filles du Tri Athlé 65, et Mia Ressencourt en tête qui réalisé un chrono de « ouf » en 31’11, devant sa copine Louise Cazaux, et Louanne Tribot-Laspiere.

Loïc Robert et Mathilde Sagnes comme l’an dernier, mais pas les mêmes dauphins !

Ce qui pousse les deux vainqueurs, c’est cet esprit club. D’ailleurs, on comptait parmi les bénévoles, en position de serre-file, Didier Zago et Nadège Servant. Didier a arrêté le haut niveau, Nadège Servant poursuit sa carrière… On va dire que Loïc et Mathilde sont les successeurs dans cette nouvelle génération. Mais il faut dire qu’ils ont un calendrier chargé, avec des courses comme Sierre-Zinal dans le viseur, et l’équipe de France de course en montagne et de trail. Rien que ça ! Le maillot bleu qu’ils ont revêtu récemment pour les championnats d’Europe « Off-Road », où Loïc termine 19è et 2è français (montagne) et Mathilde 3è ! (trail) 2è française derrière la championne Blandine L’Hirondel, qui remportait les Gabizos 2019. D’ailleurs, elles sont championnes par équipe ! Bref… Ils étaient là, mais comme à chaque fois, la concurrence n’a pas manqué !

Lire la suite « Les Gabizos 2022 a tenu toutes ses promesses »

Trail du Cabaliros : rendez-vous le 4 septembre à Cauterets !

La ville, qui a vécu il y a peu le Trail des Balcons de Cauterets, va vivre le 4 septembre prochain le Trail du Cabaliros !

INSCRIPTIONS

Le Cabaliros, c’est quoi ?

Un sommet qui se situe à 2332 m d’altitude. Il est situé entre Cauterets et Argelès-Gazost (65). Ainsi nommé pour les pâturages pour les troupeaux de chevaux que l’on y trouve, il domine à l’entrée des Vallées de Gavarnie, tout en restant accessible et en offrant une vue à 360° vers la plaine, les sommets, l’Espagne et les sommets voisins ! Pas possible de se tromper, en haut, avec la table d’orientation. Ainsi, il est un lieu très apprécié pour la randonnée et les traileurs.

Le Cabaliros en approche, côté Arcizan
La course
Lire la suite « Trail du Cabaliros : rendez-vous le 4 septembre à Cauterets ! »

Montan’Aspe 2022 : les coureurs ont fait le plein de plaisir !

On ne peut pas cacher que le Montan’Aspe est difficile. Quand on voit arriver les coureurs, on demande : « alors, ça va ? C’était dur…? ». Et on peut nous répondre : « horrible ! ». Alors, comment trouver du plaisir après ces longues descentes à flan de montagne, parfois pleines de trous…? Eh bien sans doute parce que l’effort en vaut la chandelle, parce que le paysage est magnifique et que les coureurs apprécient le travail des bénévoles.

Photo mjp Berthome

Plus de 1100 participants ont bouclé cette belle journée à Bedous, au coeur de la Vallée d’Aspe. Les conditions étaient très bonnes, bien qu’un peu chaude au milieu de la journée, et malgré le vent qui s’est levé à la fin. Autrement, tout le monde a pu profiter. Même les enfants et la randonnée.

Les deux espagnols impressionnants sur le 35 km

Il y avait un niveau globalement moins haut que l’an passé, sur l’ensemble des épreuves. Par contre, nos deux amis espagnols ont épatés la galerie sur le 35 km.

Ça ne traîne pas. Jusqu’à Aydius, seul Hugo Bucciarelli, à distance, tente de suivre. Julen Larruzea Loroño impose le rythme, restant toujours 2 min devant Iñigo Macias Cipriain. L’autre s’accrochant toujours, jusqu’au bout ! 3h28 et 3h30 à l’arrivée ! Paul Mathou en 2021 (5è des France de trail cette année) avait couru 3h36 ! Florian Marsollier s’invite sur le podium.

Photo mjp Berthome
Lire la suite « Montan’Aspe 2022 : les coureurs ont fait le plein de plaisir ! »

Montan’Aspe 2022 : ce sera complet samedi !

Voilà une excellent nouvelle pour l’organisation : ce sera complet ! Un peu en avance, parfait pour caler encore mieux tout ça avant votre arrivée vendredi pour les dossards, et samedi pour la course.

Pour l’heure, la météo semble bonne, bien qu’un peu chaude. Voici pourquoi le départ du 61 km se fait à 5h30 du matin. Cela vous évitera trop de temps en plein cagnard. Prévoyez de bien vous hydrater, on souffre dans la pente… N’oubliez pas de regarder les barrières horaires : elles ne sont pas là pour rien. Pour vous, mais aussi pour les bénévoles et les secours qui bossent toute la journée. Le Montan’Aspe, c’est dur, mais tellement bien…

=> REVOIR NOTRE PRÉSENTATION DÉTAILLÉE

Samedi 11 juin

  • 5h30 : départ du Raid Aspois 61 km / 4000 m+
  • 7h : départ du Défi de l’Ourdinse 35 km / 2600 m+
  • 8h : départ de la rando 23 km / 1400 m+
  • 10h : départ de la Ronde du Bergout 16 km / 970 m+
  • 10h30 : départ de la Course de Soudious 9 km / 340 m+
Lire la suite « Montan’Aspe 2022 : ce sera complet samedi ! »