Test chaussures Millet Light Rush

MILLET, marque française que l’on connaît d’abord pour ses produits de montagne, a contacté Run in Pyrénées pour proposer ces deux tests sur des produits trail. Test accepté, d’autant que la gamme trail est moins répandue. Curieux, donc, de voir ce que ça donne, et impatient de vous le partager !

[ site internet MILLET ]

Millet est une marque française, née en 1921 près de Lyon, créée par Marc Millet et son épouse. En 1928, la marque rejoint Annecy, puis se développe notamment avec les sacs de randonnée à armatures. Historique

 

P1080283 - Copie (3)

 

Test chaussures de trail Millet Light Rush
[ voir la Millet Light Rush ]

Une nouvelle marque à découvrir, c’est toujours intéressant. Surtout quand la chaussure semble bien pensée comme celle-ci, et pas juste pour apporter une paire de plus dans un marché très concurrentiel.

Une paire avec un drop de 6 mm et un poids de 260 gr est forcément intéressante, si la suite à découvrir est bonne aussi, car on se situe dans des poids où une recherche de légèreté a été faite et où on a un déroulé qui respecte le mouvement naturel. Deux éléments de l’indice minimaliste, qui respectent une foulée plus naturelle, et donc le corps. Sans tirer vers l’extrême. Découvrons ensemble la suite [testeur : 60 kg, entraînement et compétition].

 

Description et premiers essais

Je remarque vite la semelle extérieure Michelin, autre entreprise française, qui est d’abord signe de qualité concernant la résistance à l’usure et l’adhérence. Cependant, les crampons ne sont pas proéminents, et destinent la paire à une certaine polyvalence des sols.

Je ne suis pas habitué à ce type de mesh, au toucher lisse, qui renvoie à une certaine solidité, tout en étant fin. C’est un tissu « Matryx » : tissu polyamide avec fils Kevlar (jaune) insérés et qui permettent plus de solidité. Tissu hydrophobe et normalement respirant. Le contour du mesh, de l’avant du pied jusque sur les côtés, est renforcé avec un film thermo-collé.

Je remarque aussi un laçage type « quicklace », une languette thermo-formée très finement matelassée. Des mousses classiques sont intégrées au chaussant, entourant la cheville.

 

P1080309 - Copie

P1080310 - Copie

 

En les enfilant…

…le pied trouve immédiatement sa place. Pour un pied fin à moyen, le pied est bien calé à l’arrière, sans gêne, et il trouve toute sa place à l’avant. Pas de point de compression ou l’impression que l’on va être contenu. Les premiers sont très agréables, car le pied déroule bien, et la semelle intermédiaire semble proposer un petit amorti en souplesse, tout en étant fine, donc sans excès.

Premiers essais

P1080315 - Copie.JPGElles ont très vite vu les sentiers de montagne. Les premières foulées sont très agréables, car je sens un amorti bien dosé. C’est à dire un peu souple, mais sur une épaisseur plutôt fine à l’avant et un peu plus confort à l’arrière. Avec un drop de 6mm, c’est parfait, car c’est plutôt fait pour une foulée médio-pied, avec un talon qui est utilisé en fonction de la pente descendante ou de la fatigue. Bref, les foulées se font facilement, et le pied prend toute sa place devant. Il n’est pas contraint, les orteils peuvent bouger, la chaussure est plaquée sur le coup de pied.

Les crampons sont découpés façon pneu de VTT, avec un léger dépassement sur les côtés, mais plutôt bas. Sur terrain sec, ça se passe évidemment bien. Pour l’heure, pas d’avis sur une accroche franche ou pas.

Les descentes sont faciles, car quand l’impact est « agréable » et le pied bien positionné dedans, tout s’enchaîne bien. Et pour une paire à 260 gr (j’ai déjà testé plus léger et plus dynamique), elle se débrouille bien.

 

 

Test poussé

Elles ont fait du dénivelé et quelques sorties costaudes, avec du rythme et des descentes engagées.

Le dosage amorti / dynamisme est très intéressant. Ce compromis trouvé en terme de densité de semelle est excellent. C’est un ressenti, que chacun jugera. En ayant testé bon nombre de paires trail, voici enfin un peu de souplesse dans l’amorti de la semelle intermédiaire, et pas seulement de la rigidité parce que c’est « ce qu’il convient » en chaussure de trail. Cette souplesse permet de bien encaisser les chocs, sans aucune impression de s’enfoncer. Le ressenti devant est bon puisque l’épaisseur est modérée, ce qui permet aussi de gagner en information : sentir le sol pour bien réagir, et aussi moins se faire mal. Cette part de souplesse permet d’absorber les aspérités. Quand c’est trop rigide, ça protège, ok, mais ça ne permet pas au pied de bien bouger et de bien sentir, et finalement on ne se protège pas soi-même.

En terme de dynamisme pur et dur, sur du plat, entre deux virages, c’est satisfaisant, mais ça manque un peu de « patate ». Les accélérations se font bien, mais tenir des vitesses hautes (plus de 18 km/h par exemple) coûte un peu d’énergie.

P1080314 - Copie.JPGLe grip reste très intéressant sur les sentiers de montagne, sur les alternances terre sèche, cailloux, gravier. Mais dès que le sol est trop épais, trop labouré, la taille des crampons ne permet pas de faire de miracle. Il manquerait une utilisation en condition très humide, mais je présume bien que ce ne sera pas efficace. L’usure des crampons n’est pas marquée.

 

 

En terme de protection, la fine épaisseur devant avec cette densité de semelle ne permet pas de protéger idéalement des cailloux pointus, des pierres saillantes. L’impact est bloqué, mais on peut ressentir, notamment sur les gros passages de pierrier. Sur l’arrière, aucun problème.

Le mesh Kevlar n’indique aucun signe de faiblesse ni aucun impact. C’est assez rare à signaler ! Je suis léger, un coureur plus lourd sollicitera plus les fibres. Sinon, R.A.S. Il permet de bien négocier les passages humides. Utilisées quand il a fait très chaud, aucune remarque à faire en terme de respirabilité, même si j’y suis moins sensible que d’autres.

Le chaussant pour ma part est plutôt bien dosé. Il tient bien sur le coup de pied, et laisse libre devant. Trop pour certains sans doute, ce qui pourra gêner sur les passages très mouvementés. Je trouve que l’espace à l’avant du pied est important pour éviter les tensions dans la jambe et les mauvaises pose de pied qui en découlent. A juger par soi-même. Ayant un pied fin, j’ai serré le laçage pour bien plaquer la chaussure, sinon le reste du chaussant m’est idéal avec les orteils aptes à bouger. La languette ne bronche pas, elle.

 

 

Bilan

Un produit bien pensé, qui utilise de très bon matériaux, avec le mesh Kevlar et la semelle extérieure Michelin.

Le drop de 6 mm, le poids de 260 gr, la souplesse générale et le compromis dans la densité de la semelle forment un très bon équilibre. Beaucoup de plaisir pris à tester ce produit, que l’on enfile avec plaisir, dans mon cas.

Les coureurs compétiteurs pourront l’utiliser pour tous les trails d’été, en plaine ou en montagne, jusqu’au format marathon, peut être plus selon les affinités. Elle passera bien sur les trails roulants, en fonction du niveau du coureur, mais peut passer du dénivelé sans problèmes.

A découvrir !

 

[ MILLET LIGHT RUSH ]

 

P1080307 - Copie

Un commentaire sur « Test chaussures Millet Light Rush »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s