Trail Bagnères-Lourdes : changement de sens pour la 4è édition !

Du côté de l’organisation, on avait envie de changer, de surprendre les coureurs. On voulait aussi inverser les rôles au niveau des villes d’accueil et d’arrivée. Après trois éditions de Lourdes-Bagnères, ce sera donc Bagnères-Lourdes pour cette 4è édition !

=> INSCRIPTIONS INTERNET !


 

P1060408 - Copie - Copie.JPG

Après une longue trêve hivernale, les « Die Jolins Stones » repartent à l’organisation de la nouvelle édition de Lourdes-Bagnères trail !  Cette année, Bagnères-Lourdes

Le trail aura lieu le samedi 14 septembre 2019.
Le parcours reste inchangé 45km et 3000m de dénivelé à réaliser en solo ou en relais.

Le parcours (45 km / 3000 m+)

Changement de sens, voici donc les lieux de passage :

  • Bagnères de Bigorre (Départ 8 H) – Vierge du Bédat – Le Tucou – Le Monné – Plaines d’Esquiou… Parking du Couret – Croix de Béliou – Pic de l’Oussouet – Cuq Crémail – Couret de Gaille… [ 1ère partie ]
  • Village de Germ’s sur l’Oussouet – Pic de la Clique – Auberge de Castelloubon – Le Tucoulet -Lieu-dit Léret – Pic du Jer – Gare d’arrivée du Pic du Jer – Col des 3 Croix – Gare de départ du Pic du Jer – Lourdes, Square Charles de Gaulle [ 2è partie, arrivée] .

Le circuit pour les relais est Lire la suite « Trail Bagnères-Lourdes : changement de sens pour la 4è édition ! »

Le coureur, tel un phénix ?

Dans la tête du coureur, des kilomètres d’aller-retour émotionnels, qui usent autant que le corps se déplume, au fur et à mesure… J’arrête, j’arrête pas, je passe à autre chose, j’ai besoin de pause…

Courir léger, aérien, avec cette sensation de voler et de ne plus pouvoir s’arrêter, ça n’arrive pas si souvent qu’on le croit. Quand on y pense, sur toutes ces heures à courir, combien nous emmènent à cet état d’extase ? Très peu. Bien sûr, il y a d’autres satisfactions, plus immédiates, comme suer un bon coup et expulser toutes ces petites choses négatives qui nous envahissent. Entretenir son physique, sortir prendre l’air. Mais on ne court pas pour que la souffrance nous tienne en et s’impose à nous. On sait qu’il faut pouvoir se bagarrer, la surpasser et essayer de la maîtriser dans un but de progression. Ça ne s’obtient dans la facilité et l’immédiateté. Mais courir simplement pour souffrir, dans la contrainte, non.

PHOENIX

Courir c’est se libérer, se sentir puissant et léger, être maître de ses capacités. On court pour aller chercher ces sensations là. Et c’est pour ça qu’on y retourne. L’espoir fait courir. On est prêt à échanger des heures beaucoup moins positives pour un peu de ce bonheur-là.

Pourtant, Lire la suite « Le coureur, tel un phénix ? »

Trail les Gabizos : une 5è arrosée et des champions épatants!

Dans la semaine précédent la course, c’était canicule. Des journées à 38°C, un « four » dès qu’on allait dehors. Quasi impossible de s’entraîner, si ce n’est le matin avant 10h. Dans les maisons, il fait 25 à 29°C… difficile à supporter ! Usant. Les traceurs des Esclops, notamment Daniel et Clément, étaient sur le massif des Gabizos en short / t-shirt. Et puis…

Le jeudi, on se rend bien compte que le temps est en train de changer. Les orages arrivent. De gros orages. Daniel prend la décision de modifier totalement le parcours. Ils vont aller du côté de Couraduque, du Pic de Bazès, et reprendre ensuite le tracé de la Tuque. Bien trop risqué de laisser des coureurs grimper à 2400 m par ce temps. La course est samedi. En si peu de temps, il faut tout réorganiser, parcours et équipes. Il faut que l’information passe. Pas de problème, c’est validé. La veille, c’est le déluge sur la route d’Arrens-Marsous ! Mais il est temps… Prêts pour un 5è Gabizos bien humide, mais passionnant !


 

Samedi matin, crachin. Quelques fois, ça s’arrête, avant de reprendre. Les coureurs savent ce qui les attend : une météo humide, et un terrain gras. Les 28,5 km / 1900 m+, qui semblent moins durs que la Gabizos Skyrace, ne vont pas être si simples. Certaines portions sont cassantes, les descentes glissantes, et si ce n’est en début de course et le passage entre les deux boucles, ça ne va pas être de la tarte.

 

67241576_10156262943216835_2587913045053276160_o - Copie.jpg

 

Avant le départ, je prend le temps de citer Yann Mondot, local de l’étape, deux fois vainqueur, Robin Juillaguet en invité, dans les meilleurs sur le territoire dans cet exercice, et puis bien entendu Blandine Lhirondel, « notre » championne du monde de trail, que l’on fait s’avancer car bien discrètement positionnée à l’intérieur du peloton. C’est parti !

Ensuite, place à la Tuque. Didier Zago, Lire la suite « Trail les Gabizos : une 5è arrosée et des champions épatants! »

Test t-shirt homme Running Air Pro – Brubeck

On continue les tests avec la marque BRUBECK qui nous vient de Pologne. Ce n’est pas la première fois que vous voyez des tests produits la concernant sur Run in Pyrénées [ voir ici ]. Elle nous sollicite pour des tests, en retour on vous les fait connaître et on les teste de façon tout à fait neutre, comme d’habitude.

Produits thermiques homme ou femme, accessoires… Elle se spécialise dans les produits thermiques et techniques : tissage et assemblage selon une expertise propre et dans leurs usines en Europe. Produit en circuit court et pas de stock démesuré, voilà qui va dans le bon sens !

Voici donc le test du T-SHIRT RUNNING AIR PRO. Produit première couche, on va donc voir ce que vaut ce nouveau produit en situation.

61921181_368261687153469_4577466175734153216_n - Copie - Copie

 

Découverte, description

Je ne me lancerai pas dans des critères esthétiques, car chacun à les siens. Je dirai simplement que la couleur et l’imprimé sont plutôt réussis, mais ce qu’il faut savoir techniquement c’est que l’impression est durable et ne partira pas après 15 lavages.

A première vue, t-shirt simple, mais en y regardant de plus près, Lire la suite « Test t-shirt homme Running Air Pro – Brubeck »

Le soleil et les coureurs ont brillé sur le Montan’Aspe 2019 !

Quand vous arrivez en vallée d’Aspe au petit matin, il se dégage une atmosphère particulière… L’humidité se dégage des champs, tandis que le soleil commence à caresser les cimes environnantes. Il fait frais, sans plus, la nature se réveille en douceur alors que les coureurs ont un peu forcé leur nature au réveil.

P1100357.jpg

Il le faut, départ à 6h30 pour le 53 km. Mais bizarrement, on sent une envie de courir et d’aller voir si c’est beau plus haut. Bien sûr que c’est beau ! De tous les côtés, des sommets, des perspectives dans les vallées, ce coeur dessiné sur la montagne… Bref, si on veut oublier la douleur, il n’y a qu’à perdre son regard.

Et c’est utile : la douleur, il y en a ! Ça grimpe, on emprunte les sentiers de montagne que les vaches ont bien martelé qui plus est. Les descentes ne permettent pas le repos : il faut se concentrer, jusqu’au dernier moment.

Mais le soleil, une fois de plus, était de sortie, et ça simplifie tout ! Surtout quand il ne tape pas trop fort, et c’était le cas ce matin. Bien sûr, le mercure grimpe un peu par la suite, mais ceux qui ont couru il y a deux ans vous diront qu’il faisait bien bon à côté de l’autre fois !

 

Ducasse encore plus rapide, Irigoyen de Mendizabal pas loin du chrono de Pauly

P1100366Guillaume Ducasse n’a pas fait de détail. Il grimpe bien le Layens, et vite. Au ravitaillement à la salle de Bedous, ça ne traîne pas non plus. Je Lire la suite « Le soleil et les coureurs ont brillé sur le Montan’Aspe 2019 ! »