Test lunettes Cébé S’Track M Polarized

Nous avons déjà testé sur Run in Pyrénées des lunettes de la marque Cébé, une paire similaire à celle-ci : [ Test 2017 Cébé S-Track Pro ]. Le test qui suit se rapproche du précédent et recoupe de nombreuses infos, on vous invite donc à le lire pour compléter !

P1040389

La monture et la technologie de maintien est toujours la même, les verres par contre ne le sont pas.

Dans tous les cas, le contact avec la marque CÉBÉ est très agréable. Le test demandé a été accepté, nous les remercions ! Pour rappel concernant son origine, c’est une entreprise française, née dans le Jura en 1892 (!).

 

Description et première approche

L’atout et l’aspect technique principal de ces lunettes sont la forme et la maintien qui sont conçus pour les visages fins. Cela concerne donc beaucoup de coureurs, au visage « affûté ». Vous avez d’ailleurs des tailles différentes. En tout cas, me concernant, c’est bien le concept de marque qui permet le meilleur maintien. La technologie « SymbioTech » est donc idéale dans ce sens.

 

20181009_114741 - Copie

 

Les branches des lunettes sont arquées et doublées. Deux spatules viennent en contact avec la tête. Un point de contact en milieu de branche permet de les faire basculer contre le crâne. Du coup, il y a deux points de contact et la stabilité est normalement meilleure.

Lors de la première sortie de ces modèles, les cheveux longs (info notamment retournée par les femmes) avaient tendance à s’emmêler avec les branches : ceci a été corrigée et les cheveux longs peuvent donc aussi profiter de cette technologie. (voir ICI avec les S’Spring)

Ayant un recul sur l’usure de la précédent paire, voici le constat :

  • après un an et demi d’utilisation intense (utilisation plusieurs fois par semaine, entraînement et compétitions variés), la monture n’a subi aucune dégradation. Le verre a commencé à se tâcher dernièrement (verre photochromique, changeant de teinte en fonction de la luminosité) sur les bordures. Il semblerait, selon une spécialiste, que ce soit le traitement des verres photochromiques qui saute. L’étui fourni est une coque solide, prenant peu de place. Je les utilise encore sans problèmes, notamment dernièrement pour apporter un comparatif avec cette nouvelle paire et ce nouveau verre.

 

La paire est donc fournie dans son étui en tissu doux et la coque, avec un verre de rechange transparent catégorie 0. Sur la paire précédente variant de 1 à 3, je n’avais pas utilisé le verre de rechange.

Sur la nouvelle S’Track M Polarized, le verre est de catégorie 3 (extérieur ensoleillé). Le verre cat.0 de rechange est donc plus susceptible d’être utilisé, même si la plupart du temps par temps sombre ou nuageux, je ne mettais pas les lunettes.

Les lunettes pèsent 26 gr (un peu plus léger) et les branches sont parfaitement aérée. Il y a une très bonne largeur de vision.

 

20181009_114913 - Copie

 

 

Utilisation intensive et comparaison

20180828_111925 - CopieLe maintien, comme rappelé en début d’article, est parfaitement en place, à haute vitesse, après des sauts ou avec la sueur. Pour l’enfiler, les branches ont une souplesse suffisante pour être écartée puis venir se coller au visage ensuite.

Le verre de catégorie 3 ne permet pas une aussi grande variété d’utilisation, et c’était là le grand atout des verres photochromiques. Elles sont donc utiles pour les météos ensoleillées. Les passages dans les bois, où la lumière s’assombrit tout à coup, imposent de relever les lunettes sur le front. Sauf si les chemins sont tout de même clairs.

En plein soleil, en tout cas, l’efficacité est présente. Les yeux sont bien protégés et on les sent se « reposer » quand les verres protègent. La qualité de vision est bonne, voir très bonne. Même si, en qualité de vue, je n’ai pas constaté mieux que les Carl Zeiss (pour le moment) présents sur les Runnettes Uglow.

L’atout du verre Polarized ? 

« Le verre polarisant fonctionne selon le principe du store vénitien : il bloque la lumière polarisée et ne laisse passer que la lumière transportant de l’information. Ainsi, il améliore l’acuité visuelle en permettant une meilleure lecture de l’information qui atteint l’œil. (c’est un filtre qui élimine les réflexions dues aux surfaces réfléchissantes telles la neige, l’eau, la route…) » 

En situation, en changeant de paire, j’ai effectivement senti une réduction de l’éblouissement avec la « Cébé Zone Polarized » . Egalement, le contraste était un peu plus intéressant, là où le verre précédent était plus clair. Pour les sorties en plein soleil, sur route ou près des lacs qui peuvent refléter la lumière, elles sont donc adéquates. L’oeil se repose plus.

 

IMG_20181010_121221_524 - Copie

 

Bilan

La qualité de maintien est indéniable et devrait convenir à tous les coureurs au visage fin.

Le verre polarisé permet à l’oeil de reposer sa vue en plein soleil, et avec un léger effet de contraste, permet de faire le point plus précisément. La buée ne reste pas.

La limite se situe donc dans les variations de conditions lumineuses, où le verre photochromique est plus technique, et un peu plus haut de gamme (neuf, 120 € contre 150 € à peu près).

Autrement, la qualité est là et l’essentiel est assuré pour le coureur à l’entraînement ou en compétition. Sébastien Chaigneau et François d’Haène pourront vous en dire un mot !

 

Mathieu, Run in Pyrénées.

Cébé S’Track M Polarized

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s