Run in Pyrénées : infos et anecdotes

Pour tous ceux qui sont curieux, qui aiment les anecdotes diverses et variées, qui aiment la transparence et savoir comment ça se passe un peu en « coulisse », voici un petit article pour vous parler de tout ça. J’aime (Mathieu) rester proche des coureurs et j’essaie régulièrement de me mettre à la place des gens. Alors pour ceux qui suivent de près, ou qui regardent tout ce qui se passe autour de Run in Pyrénées de loin, ce qui vient est aussi pour vous !

 

Anecdotes sur les courses et coureurs

P1090027 (768x1024) - CopieLa première qui me vient en tête, c’est lors de cette SkyRhune 2018 surchauffée. Je suis derrière la ligne d’arrivée, je prend les photos et recueille les sentiments des coureurs. Nicolas Martin l’emporte et se met vite à l’ombre. Le jeune Julien Michelon crée la surprise, il termine second. Je vais le voir, le félicite et… il me demande combien il a terminé ! Je lui répond 2è… Il me demande si j’en étais sûr. Oui, Nicolas Martin vient de gagner, il était bien second. Le jeune homme était passé en tête au sommet, fait presque toute la descente devant, termine second, mais ne s’en était pas rendu compte ! Il pensait qu’il était dans les 10… L’effort et la chaleur l’avaient quelque peu perturbé !

Championnats de France de 10 km en octobre à Canet-en-Roussillon. Je termine à 7h l’animation (nuit comprise) du 100 Miles Sud de France. Les France de 10 km sont à 20 km. J’étais fatigué, mais pas grave, je vais jeter un coup d’oeil aux France ! Je me place d’un côté sur le passage du 1er tour, d’un autre sur le rond point précédent l’arrivée. Et j’ai bien fait ! Car ce rond point avec plusieurs sorties avait besoin d’être mieux indiqué ! Une seule personne était présente. J’ai contribué quelque part à ces France en aidant la course, et quelques coureurs qui prenaient la mauvaise direction. Quelques fois, le hasard fait bien les choses…

Trail Gravona 2019 en Corse. Des organisateurs sympathiques, des personnes très accueillantes. Nous n’avions pas de véhicules pour bouger entre la zone de la course et notre logement. Un monsieur nous a laissé sa voiture. « Tiens, prends les clés, si tu peux passer mettre un coup pour regonfler la roue à droite…« . Voilà voilà !

P1100366Trail Montan’Aspe. Run In Pyrénées partenaire communication. Le jour J, je pars avant les coureurs pour les prendre en photos après 3 km, puis je reviens, et j’attend le premier coureur pour partir avec lui sur la 2nde boucle. Au total c’est 53 km / 3500 m+. Je peux vous dire que ce n’est pas facile de les suivre, même s’ils ont des kilomètres dans les pattes ! Deux années de suite, Guillaume Ducasse, qui apprécie la compagnie, mais qui est dur à suivre… et pour prendre les photos, il fallait sprinter pour prendre 30m d’avance, le flasher, repartir à sa poursuite, et recommencer… 600 m+ dans ces conditions, c’est largement suffisant !

Semi des 13 villages 2018. Après avoir donné le départ du 10 km, je suis montée à l’arbre pour détacher la corde de l’arche (de départ), puis on a ramené les sacs des coureurs dans une voiture, tout pile : j’avais des sacs sur moi et devant ma tête !

Trail du Hautacam 2018. Discussion avec un américain qui attendait sa femme, en course. La discussion a dérivé sur la NBA, entente cordiale, discussion sympa… »nice to meet you Ron ! ».

Trail du Cagire. Au moment où les cuistots commencent à préparer le repas, le courant saute et l’arche se dégonfle… Micro à la main, j’ai soutenu l’arche et commenté l’arrivée des coureurs. Heureusement ça ne dure quelques secondes.

Cagire 2017.JPG
L’arche qui se dégonfle, c’est aussi arrivé sur le Trail de Gruissan. Après avoir couru le 25 km, on attend impatiemment l’arrivée du TTN long. Je sors pour prendre en photo Benoît Cori, ce que j’ai réussi à faire, mais en même temps j’ai tenu l’arche qui flanchait à ce moment-là.

Je vous en passe et des meilleures !…

 

Run In Pyrénées, comment ça marche…?

Pour s’occuper des réseaux sociaux, vous proposer des sujets d’article, c’est évidemment beaucoup de temps. Normal, si on veut que ça marche bien.

En premier lieu, c’est la présence sur le terrain. A commencer par aller courir soi-même. En compétition comme, je cours souvent 4/5 fois par semaine. Route, ou trail. Quelques fois moins, quelques fois en repos, tout d’abord pour le plaisir. En courant, on réfléchit, on revient avec de nouvelles idées, on pose les choses, on se projette. La compétition comme coureur, c’est avant tout pour soi, pour aller chercher quelque chose, presque philosophique. On est au coeur de l’action ! Au micro, on sait un peu mieux ce qui se passe devant nos yeux. En prenant des photos ou en spectateur, on a un peu de recul. Comme ça, on voit toujours les choses d’un angle différent, ce qui permet de parler à tous.

Ensuite, c’est beaucoup de veille, de lecture. Bien sûr, la source numéro 1, ce sont les réseaux sociaux. Info partagée, résultat, photo, sujet soulevé, il faut prendre le pouls général de tout ce qui se vit et se passe. La lecture, c’est aussi les revues spécialisées. Un petit feuilletage en presse, un livre sur la course à pied, quelques reportages TV ou Youtube. Par exemple, je replonge en ce moment sur la « Bible du Running » de Jérôme Sordello.

Le travail de speaker ne se fait pas que sur les heures de présence sur la course. A la maison, des fiches sont programmées avec le programme de l’événement, et quand le listing est disponible à l’avance, j’essaie toujours d’en tirer des favoris et de me renseigner sur leur palmarès, petit ou étoffé. Ce travail peut prendre déjà plusieurs heures et permet de rentrer dans l’événement. Bien sûr à force on connaît de plus en plus de coureurs, mais il n’y a pas de magie, et trop de monde à repérer : les fiches sont là pour ça ! En tout cas, c’est autant du sérieux, qu’un moment agréable à faire passer aux coureurs et aux spectateurs. Commencez à venir prendre date pour 2020 !

La communication sur les courses ou autre aspect adressé au public Run In Pyrénées, c’est aussi du sérieux. La connaissance du milieu, attirer votre intérêt, mettre en avant la chose sur les réseaux sociaux. Ça se pense, c’est du temps. Il faut savoir bien tourner la chose, publier proprement et aux bonnes heures… Bref, avoir une stratégie. Je suis là pour ça !

A la maison, c’est comme tout le monde. Il faut s’organiser et s’adapter. Quand on bloque sur un texte, quand on manque d’idée, il vaut mieux quelques fois laisser tomber et avancer sur le quotidien, ou en profiter pour aller courir par exemple !

P1100240 - CopiePour ce qui est des tests produits, plus on est à suivre et à s’intéresser, plus c’est simple d’en proposer. On peut soit en demander aux marques, voir aux agences de com, soit se faire contacter pour. Il faut être très attentif, avoir une certaine sensibilité, juger du comportement ou des limites. Inutile de tailler ou d’encenser, il faut rester neutre. C’est le lecteur qui doit ensuite se faire son idée. Les produits sont soient usés jusqu’à la corde par la suite, surtout s’ils conviennent, ou bien je préfère les donner à qui pourrait en avoir besoin. Ça peut être un avantage, mais ça ne tombe pas tout cuit : il faut écrire des mails et des mails, quelques fois ils n’arrivent jamais, ou bien la réponse est négative…

Pour ce qui est des sorties proposées, il y en a eu un peu moins cette année, tout simplement car mon organisation personnelle ne l’a pas permis. C’est pourquoi je vous invite, de temps à autre, à écrire par message FB sur la page, et proposer, au moins trois jours avant, une date, un lieu, une heure, et un léger descriptif de sortie. Ce, que vous soyez d’une de nos deux régions du Grand Sud, du Pays Basque à la Méditerranée. Il y en aura d’autres bien entendu ! Léger footing ou petite sortie trail, avec toujours de la simplicité et une ambiance bon enfant.

Pour l’instant, pas de conférence programmée comme ça avait déjà été le cas. Entraînement, nutrition, santé etc… Une centaine de participants avaient répondu présent. Avoir une salle, des chaises et un micro, comme au Casino de Bagnères (65), c’est bien sûr la logistique qui prime. Si nous trouvons des conditions similaires, ça pourrait à nouveau avoir lieu !

28958756_10155769523174930_1666529589536489472_o - Copie

La vente de t-shirt Run In Pyrénées cette année a été un succès avec près de 75 ventes ! Pourquoi pas refaire ça à nouveau, si vous êtes demandeurs.

Il y aura encore des articles, des portraits, des tests produits, des courses à vous présenter et avec qui nous travaillons, des publications, de belles images, des partages de résultats, et plein de bonnes choses à venir ! Vous êtes de plus en plus à suivre, le réseau s’agrandit et je vous en remercie. Que tous ceux qui veulent participer librement à l’aventure, ou professionnellement lèvent le doigt !

Sportivement, Mathieu

 

LESCUN 2019 (2) - Copie.jpg
Un bonheur de croiser Dawa Sherpa, chaque fois !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s