Demain, à nouveau « libres »

Le temps du dé-confinement arrive. Vous avez tous pris connaissance des nouvelles règles, et de ce à quoi va ressembler la course à pied les prochaines semaines. Deux mois que nous sommes chez nous. Certains avec un jardin, et un environnement campagne / montagne proche, d’autres dans leurs appartements, avec pour seul coin vert le gazon entre deux immeubles.

Ce confinement, il semblerait qu’il ait été respecté dans son ensemble. Même si quelques dépassements de temps ou de zone ont sans doute eu lieu… Il est vrai que les plus chanceux au fin fond de leurs campagnes n’étaient pas bien dangereux. Malgré tout (vive les réseaux sociaux !) il y a bien des malins qui se sont permis d’exploser les compteurs, voir de s’en vanter. Pas terrible… Bref, passons.

 

P1060385

 

Alors voilà, ce confinement se termine (on espère pour toujours) et nous allons pouvoir sortir, tout en faisant attention. Cette période, quel que soit le contexte du foyer et le contexte professionnel, on ne l’a sans doute pas vécu de la même façon. Et on va vivre cette sortie de façon inégale, aussi. Quoi qu’il en soit, espérons que chaque coureur savoure sa liberté, bien presque aussi précieux que la santé. Mais pas uniquement demain. Pas seulement à sa première sortie en montagne. Tous les jours.

Courir est une chance. Le dossard, franchement, on s’en fout, dans l’immédiat. Les courses reviendront. En août, en septembre, plus tard… Mais elles reviendront. Des organisateurs motivés seront prêts, après avoir slalomé autour de multiples contraintes, à vous offrir une compétition, quel que soit son format, son contexte. Mais là, on s’en balance. Pourtant, je suis moi-même coureur, appréciant de varier les terrains et les compétitions. Je suis également rédacteur, et pour le moment il n’y a quasiment plus d’actualité, d’idées inspirées d’une sortie, d’un contexte, d’une rencontre. Je suis également speaker, je ne travaille plus, le terrain me manque comme à vous, les échanges aussi. Mais là, d’abord, on va savourer. Et puis on essaiera, même inconsciemment, de se le répéter à chaque sortie.

On va juste rappeler de faire attention en reprenant. Qualité, intensité, volume, si vous ne voulez pas vous péter et revenir à la case départ, soyez prudents, attentifs aux signaux de votre corps. Vous trouverez quelques conseils d’Emeline Oudet, kiné, pour réussir la transition. Et puis, même si la « déesse Strava » vous tente, rappelez-vous que courir, c’est avant tout pour soi et contre soi, ce n’est pas un concours de celui ou celle qui a la… basket la plus… rapide. Quoi que… vous aurez compris !

Le corps, c’est le lieu de l’être. Penser son bien-être, sa façon de courir, c’est déjà de l’introspection, c’est en apprendre plus sur soi. Repousser ses limites pour expérimenter, pour vivre intensément. C’est à la fois la chose la plus simple et la plus profonde, celle qui a permis à l’être humain de survivre. Profitons-en ! Simplement…

Un commentaire sur « Demain, à nouveau « libres » »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s