Minimas 10 km, semi-marathon, marathon : observation et réflexion.

Depuis le 1er novembre, le changement de catégorie est effectif. Et qui dit catégorie, dit minimas qui vont avec. Les chronos sont à réaliser lors des compétitions officielles à label. Avec le nouveau découpage des catégories, de 5 ans en 5 ans, il fallait bien de nouveaux minimas qui collent avec la tranche d’âge. Pour commencer, voici ces catégories qui désormais feront foi. Elles sont calquées sur ce qui se fait à l’international depuis longtemps.

Catégorie FFA 2019--2020

Les coureurs nés en 1985 sont les plus « jeunes » masters (M0). Ensuite, c’est toutes les 5 années.  Ça fera sans doute drôle à ceux-ci de se retrouver master alors qu’ils pensaient avoir encore 5 ans devant eux. Tant pis ! A d’autres, qui se trouvaient sur le point de changer de catégorie, ça fait un saut de deux d’un coup. Et des masters 3 qui deviennent master 6 avec le découpage… Bref !

Même si les plus motivés / les plus entraînés chassent quelques performances et podiums, on court avant tout pour soi. On est d’accord là dessus (peut-être). Mais avec le nouveau découpage, lié à de nouvelles qualif’, durcit pour certains le chrono, et pour d’autre le facilite. Regardons de plus près !

P1090533 (1024x768).jpg


 

10 km
Minimas 10 km 2019
Anciens minimas 2019

minimas 10 km

Il faut rappeler qu’il y a 4 ou 5 ans, les minimas sur 10 km et semi avaient Lire la suite « Minimas 10 km, semi-marathon, marathon : observation et réflexion. »

Entraînement : savoir s’adapter

S’adapter, c’est quelque part tout l’art de l’entraînement, toute l’intelligence dont doit faire preuve (pour lui) le coureur.

Qu’il soit coureur de haut niveau ou amateur, l’athlète doit aussi bien adapter son entraînement à son quotidien et ses contraintes, que l’entraînement doit être adapté au coureur et ses caractéristiques. Si le même schéma devait être donné à tous les coureurs et devait faire fi des toutes ces variantes, on irait vite dans le mur.

 

40474657_864544723738781_8207514036858781696_n

 

Plan d’entraînement : oui, avec de la souplesse

Il ne s’agit pas de devenir une danseuse étoile. Mais dans le cadre nécessaire d’un plan d’entraînement, il faut que ce qui est prévu puisse être modifiable. En cas de progrès, bien sûr, dans ce cas on ré-adapte qualité et quantité.
En cas de fatigue ou de maladie, le coureur prend du retard, et en fonction de la durée ou de la gravité, il peut même régresser. Il est hors de question de continuer sur la même voie. On révise son plan, et en aucun cas il faut reprendre où il s’est arrêté. Même s’il a l’impression d’être guéri ou de se sentir bien. Un coureur non expérimenté peut se tromper là-dessus, et un habitué peut vouloir se bluffer… ça ne marche pas !

Même quand tout va bien, il y a les imprévus du quotidien. Une séance peut sauter, on fait moins de qualité et de volume que ce qui était prévu dans la semaine. Attention là aussi à ne pas Lire la suite « Entraînement : savoir s’adapter »

Réunion-conférence sur l’entraînement en course à pied mercredi 5 décembre 2018

Le mercredi 5 décembre prochain à 19h30 au Casino de Bagnères-de-Bigorre, nous nous retrouvons pour une nouvelle réunion-conférence avec pour thème cette fois-ci : l’entraînement en course à pied.

C’est la 3è du genre après un premier essai le 29 juin 2017, où nous avions traité de la blessure chez le coureur à pied, puis de la nutrition le 9 mars 2018. Une réussite puisque pas moins de 75 personnes étaient présentes sur la première, puis une centaine sur la seconde ! Retour sur cette première réunion, puis sur cette seconde.

 

Réunion ENTRAÎNEMENT 5 décembre 2018 - NEW-001 - Copie

 

 

Nouvelle « édition », au vu de l’intérêt des premières, et grâce au Casino de Bagnères-de-Bigorre qui nous offre toujours d’excellentes conditions, voici donc Lire la suite « Réunion-conférence sur l’entraînement en course à pied mercredi 5 décembre 2018 »

Retour sur l’année running 2017

Oui, nous sommes désormais dans l’ère du « running ». Dans les années 70/80, on le nommait jogging, puis il s’est transformé en footing et enfin running… Bref, c’est toujours de la course à pied, quoi qu’il en soit, qui englobe l’athlétisme avec ses épreuves de course, et la course hors-stade qui comprend les épreuves route, trail, et course en montagne.

Petit retour sur cette année 2017, en commençant par le haut niveau.

 

Athlétisme

Côté athlé, l’immense Usain Bolt a été battu au moment où il avait décidé de quitter la piste. Le trou béant de son absence va-t-il être comblé…? Mo Farah a démontré jusqu’au bout qu’il fallait venir lui prendre ses titres : il était encore au top de sa forme cette année. Il délaisse les pointes d’athlétisme pour les baskets de route. La voie est libre au couloir 1.

P1050049 (619x800) - Copie

 

Course sur route

Sur route, le marathon focalise l’attention. Pourtant, sur le semi-marathon féminin, Joyciline Jepkosgei a étonné tout le monde avec un record du monde en 1h04’51. Passage en 30’09 au 10 km, les 30 min qui n’étaient même plus frôlées, si ce n’est dépassées par un quatuor fou à Rio 2016 avec Almaz Ayana en voiture de tête…. Bref, le record est dépassé. Sur marathon, Mary Keitany, qui oeuvre depuis des années, a voulu braquer le record monstre de Paula Radcliffe à Londres et ses 2h15’25 (2003). Le kenyane était en avance à mi-course, on n’était jamais passé aussi vite. 2h17’01 au final, le 2è chrono de tous les temps, et le 5è derrière elle pour Tirunesh Dibaba (2h17’56), la reine du fond.

Chez les messieurs, Nike a voulu démontrer que l’impossible était Lire la suite « Retour sur l’année running 2017 »

Sur la route de Nicolas Bouvier-Gaz

Nous terminons cette fin d’année comme nous l’avions commencé, avec Nicolas Bouvier-Gaz, traileur du Team New Balance. Ce premier interview nous avait permis de mieux connaître la personne et le parcours du coureur jusqu’à ses performances de haut niveau en trail. Cette fois-ci, c’est sur la route que nous avons eu envie de le questionner, après ces dernières belles performances en fin d’année, ce qui montre qu’il est avant tout un très bon coureur. Entretien avec Nicolas !

 

Bonjour Nicolas ! Merci d’accorder tes propos aux lecteurs de Run in Pyrénées. On te retrouve pour parler route avant tout, même si on te classe tout d’abord dans la catégorie trail.
Tu es monté en puissance progressivement cette année, avant de faire une très belle 7è place à la CCC, et une belle fin d’année sur route (on va y revenir). Tout d’abord, es-tu satisfait de ta CCC, qui était le sommet de ta saison trail ? Est-ce que tes efforts sont bien récompensés ?

Salut Mathieu, la CCC était mon gros objectif de l’année voilà pourquoi j’ai laissé le temps pour trouver la forme en passant beaucoup d’entraînement sur les skis l’hiver dernier. Satisfait de cette 7è place, oui, mais j’ai quand même un goût d’inachevé. Je passe tout le début de course en gestion pour remonter à la 4è place vers la mi-course, il m’en a manqué sur la fin pour préserver cette place. Du coup, j’y retourne l’an prochain parce que je veux un podium à Chamonix ! En général, j’ai un juste retour des choses sur mes courses, le temps passé à l’entraînement sur des séances difficiles me permet d’aller chercher du résultat.

 

photo-loic-thevin

 

Comment s’est passé la transition avec la préparation route ? Tu avais cet objectif de terminer l’année avec des performances sur route ? Lire la suite « Sur la route de Nicolas Bouvier-Gaz »