Minimas 10 km, semi-marathon, marathon : observation et réflexion.

Depuis le 1er novembre, le changement de catégorie est effectif. Et qui dit catégorie, dit minimas qui vont avec. Les chronos sont à réaliser lors des compétitions officielles à label. Avec le nouveau découpage des catégories, de 5 ans en 5 ans, il fallait bien de nouveaux minimas qui collent avec la tranche d’âge. Pour commencer, voici ces catégories qui désormais feront foi. Elles sont calquées sur ce qui se fait à l’international depuis longtemps.

Catégorie FFA 2019--2020

Les coureurs nés en 1985 sont les plus « jeunes » masters (M0). Ensuite, c’est toutes les 5 années.  Ça fera sans doute drôle à ceux-ci de se retrouver master alors qu’ils pensaient avoir encore 5 ans devant eux. Tant pis ! A d’autres, qui se trouvaient sur le point de changer de catégorie, ça fait un saut de deux d’un coup. Et des masters 3 qui deviennent master 6 avec le découpage… Bref !

Même si les plus motivés / les plus entraînés chassent quelques performances et podiums, on court avant tout pour soi. On est d’accord là dessus (peut-être). Mais avec le nouveau découpage, lié à de nouvelles qualif’, durcit pour certains le chrono, et pour d’autre le facilite. Regardons de plus près !

P1090533 (1024x768).jpg


 

10 km
Minimas 10 km 2019
Anciens minimas 2019

minimas 10 km

Il faut rappeler qu’il y a 4 ou 5 ans, les minimas sur 10 km et semi avaient Lire la suite « Minimas 10 km, semi-marathon, marathon : observation et réflexion. »

France de 10 km à Canet : les jeunes montrent les crocs

Les championnats de France se sont déroulés ce dimanche 6 octobre à Canet-en-Roussillon (66). Un parcours plat sous forme de deux boucles, qui longeait le bord de mer. La météo était bonne puisque le vent est resté plutôt très léger alors que ça souffle plutôt fort ici d’habitude. La température était bonne, entre 13 et 17°C, même s’il a commencé à faire plus chaud vers 11h, départ de la course sénior hommes. Voilà pour le décor, avec les Pyrénées qui se jettent dans la mer à quelques kilomètres de là !

 

Cadet, juniors et masters
P1100993 - Copie.jpg
Pierre Bordeau et James Theuri à la lutte

On savait les juniors ou cadets capables de réaliser de bonnes performances, mais là ils ont épatés ! Dès le premier tour, ils sont quatre à se détacher. Que des jeunes aux côtés de James Theuri (41 ans, Sco Ste Margeurite Marseille). D’ailleurs, Pierre Bordeau (Bordeaux athlé) aura le dernier mot au sprint face à lui, réalisant un sacré chrono de Lire la suite « France de 10 km à Canet : les jeunes montrent les crocs »

Théo Détienne : la jeunesse flamboyante !

THÉO DÉTIENNE n’a que 20 ans. Ce jeune coureur venu des Pyrénées-Orientales est un talent brut. Il sait courir vite, très vite, que ce soit sur son terrain préféré en montagne, ou bien sur le plat (cross, route) qu’il utilise pour progresser. En général, ni une, ni deux, il se place devant dès le départ. Son allure est aérienne, il impressionne. Facile à reconnaître avec sa chevelure blonde, il est en train de signer des performances qui ne vont pas (ou plus) le faire passer inaperçu : champion de France de course en montagne junior à Arrens-Marsous et 2è junior aux France de KV à St-Lary (2018), il a ensuite été admirable aux France de cross court en terminant 15è (12 français, 4è espoir) et couru un impressionnant 30’20 aux 10 km de St Médard-en-Jalles (3è au bilan français sur cette discipline)…

Alors que j’ai croisé plusieurs fois Théo sur les courses pyrénéennes (France de Montagne, KV, Montcalm), l’ayant pour la dernière fois au micro de l’Argelès Nature Trail il y a un mois (20 km qu’il avait remporté), j’ai eu envie de vous le faire découvrir et il a accepté de se livrer à Run in Pyrénées. Hier, son talent a éclaté au niveau international, en terminant 2è de la SkyRace des Matheysins en Isère (28 km / 1900 m+) étape du circuit mondial (et français) de skyrunning.

 

41467975_1925731227729840_3987020906835738624_o - Copie
France KV 2018 – St-Lary   |   Xavier Billet

Le voici en interview, comme en vrai : rugissant en course et sur les podiums, abordable et calme au micro.

 

Salut Théo, merci de permettre aux lecteurs de te découvrir !

– Beaucoup te connaissent depuis l’été dernier, lors des championnats de France de course en montagne à Arrens-Marsous, où tu gagnes en junior. Peux-tu nous raconter comment tu as vécu cet événement, ta course, et puis ce titre ?

J’ai vécu cet événement comme quelque chose qui a marqué la première page, j’espère, d’une longue et belle aventure. Il s’agissait d’une course très rapide avec deux montées et deux descentes. Parti prudemment, je me suis échappé à la fin de la première montée pour continuer de creuser l’écart jusqu’au bout de la course. Ça a été pour moi une consécration, je ne m’y attendais absolument pas et cela a rendu ce titre d’autant plus beau que la surprise a été générale, même pour moi ! Ça a été l’élément déclencheur de la suite de la saison.

 

20180603_134353 - Copie
Champion de France junior de course en Montagne ! Arrens-Marsous (65)

– Depuis ce dimanche 19 mai, tu as réalisé une performance de très haut niveau en terminant 2nd de la SkyRace des Matheysins en Isère ! (28 km / 1900 m+ (Manche de coupe du Monde SkyRunning). Tout d’abord, un grand coup de chapeau… Fantastique performance ! Ta réaction sur ta course, le résultat que tu obtiens ?

60362152_2332816943405419_8270057719990321152_n
Photo FB Skyrunning

C’était une course de folie ! Mon objectif était de Lire la suite « Théo Détienne : la jeunesse flamboyante ! »

Entraînement : savoir s’adapter

S’adapter, c’est quelque part tout l’art de l’entraînement, toute l’intelligence dont doit faire preuve (pour lui) le coureur.

Qu’il soit coureur de haut niveau ou amateur, l’athlète doit aussi bien adapter son entraînement à son quotidien et ses contraintes, que l’entraînement doit être adapté au coureur et ses caractéristiques. Si le même schéma devait être donné à tous les coureurs et devait faire fi des toutes ces variantes, on irait vite dans le mur.

 

40474657_864544723738781_8207514036858781696_n

 

Plan d’entraînement : oui, avec de la souplesse

Il ne s’agit pas de devenir une danseuse étoile. Mais dans le cadre nécessaire d’un plan d’entraînement, il faut que ce qui est prévu puisse être modifiable. En cas de progrès, bien sûr, dans ce cas on ré-adapte qualité et quantité.
En cas de fatigue ou de maladie, le coureur prend du retard, et en fonction de la durée ou de la gravité, il peut même régresser. Il est hors de question de continuer sur la même voie. On révise son plan, et en aucun cas il faut reprendre où il s’est arrêté. Même s’il a l’impression d’être guéri ou de se sentir bien. Un coureur non expérimenté peut se tromper là-dessus, et un habitué peut vouloir se bluffer… ça ne marche pas !

Même quand tout va bien, il y a les imprévus du quotidien. Une séance peut sauter, on fait moins de qualité et de volume que ce qui était prévu dans la semaine. Attention là aussi à ne pas Lire la suite « Entraînement : savoir s’adapter »

Courir à Pau : belle participation pour ce 10 km désormais officiel

Proposer une course officielle n’est jamais évident car elle implique quelques adaptations au règlement que préconise la FFA.

A Pau, l’ASM a sans doute bien fait de proposer un 10 km officiel car il en manquait dans les environs, le plus proche et de cette envergure, c’est la Méridienne à Ibos début novembre. Et au final les compétiteurs étaient au rendez-vous, puisqu’on compte 627 classés, avec également 40 équipes relais (2 x 5 km) et 67 marcheurs.

Pour ceux qui ont réalisé le temps de qualification pour les France de 10 km (6 octobre à Canet en Roussillon – 66), cela fait 67 qualifiés :

  • 2 espoirs garçons
  • 5 séniors F et 16 séniors H
  • 6 masters 1 F et 11 masters 1 H
  • 4 masters 2 F et 8 masters 2 H
  • 4 masters 3 F et 8 masters 3 H
  • 3 masters 4 H

(minima France sur 10 km)

 

P1090522 (1024x768) - Copie

 

La course : Lasserre et Chapeau devant

On craignait de voir Lire la suite « Courir à Pau : belle participation pour ce 10 km désormais officiel »