Entraînement : savoir s’adapter

S’adapter, c’est quelque part tout l’art de l’entraînement, toute l’intelligence dont doit faire preuve (pour lui) le coureur.

Qu’il soit coureur de haut niveau ou amateur, l’athlète doit aussi bien adapter son entraînement à son quotidien et ses contraintes, que l’entraînement doit être adapté au coureur et ses caractéristiques. Si le même schéma devait être donné à tous les coureurs et devait faire fi des toutes ces variantes, on irait vite dans le mur.

 

40474657_864544723738781_8207514036858781696_n

 

Plan d’entraînement : oui, avec de la souplesse

Il ne s’agit pas de devenir une danseuse étoile. Mais dans le cadre nécessaire d’un plan d’entraînement, il faut que ce qui est prévu puisse être modifiable. En cas de progrès, bien sûr, dans ce cas on ré-adapte qualité et quantité.
En cas de fatigue ou de maladie, le coureur prend du retard, et en fonction de la durée ou de la gravité, il peut même régresser. Il est hors de question de continuer sur la même voie. On révise son plan, et en aucun cas il faut reprendre où il s’est arrêté. Même s’il a l’impression d’être guéri ou de se sentir bien. Un coureur non expérimenté peut se tromper là-dessus, et un habitué peut vouloir se bluffer… ça ne marche pas !

Même quand tout va bien, il y a les imprévus du quotidien. Une séance peut sauter, on fait moins de qualité et de volume que ce qui était prévu dans la semaine. Attention là aussi à ne pas Lire la suite « Entraînement : savoir s’adapter »

Repousser ses limites : Jean-Christophe Holzerny et Jocelyne Pauly témoignent

Jeudi 14 février au Lycée Théophile Gautier à Tarbes, le triathlète Jean-Christophe Holzerny et la traileuse Jocelyne Pauly ont tenu une conférence avec pour thème « repousser ses limites ». Ces deux athlètes d’endurance, professeurs de philosophie (Holzerny) et d’éducation physique (Pauly), étaient parfaitement à-même de témoigner de leur expérience devant des élèves du lycée et des personnes présentes, qui n’ont pas manqué de leur poser des questions.

Cette conférence s’est tenue dans le cadre de Génération 2024 (JO de Paris) et du Lycée ouvert à la cité.

Jean-Christophe Holzerny (JCH) a eu un passé de haut niveau en natation avant de courir et se mettre au triathlon. Il s’est qualifié à l’Iron Man d’Hawaï (13 octobre 2018) et y a établi son record en 9h24 (40-45 ans).

Jocelyne Pauly (JP) était handballeuse avant de fonder une famille puis se mettre à courir il y a 12 ans. Passée par la route, elle s’est ensuite mise au trail où elle a réalisé ses plus belles performances en terminant 3è de l’UTMB puis de remporter le Grand Raid de la Réunion.

 

20190214_182536 - Copie

 

JCH a souligné d’ailleurs qu’on ne repoussait pas ses limites (mentales, physiques voir éthiques) mais Lire la suite « Repousser ses limites : Jean-Christophe Holzerny et Jocelyne Pauly témoignent »

Entraînement : c’est quoi une bonne séance ?

Une bonne séance, en soi, serait un entraînement qui s’est achevé sans blessures, dans les intensités ou dans les temps espérés. Avec une certaine fatigue bien sûr, provoquée par les efforts fournis, où l’on a eu de bonnes sensations et du plaisir malgré la souffrance que cela a généré.

Quelques fois les attentes sont même dépassées, le corps répondant mieux que ce qui était attendu. Une certaine facilité peut être ressentie alors que l’intensité effective se situe dans le haut de vos standards. Quand le corps est disposé à tout encaisser, c’est le pied ! Mais ça résulte aussi de toutes les adaptations que vous lui avez demandé jusqu’alors.

 

Une séance bien construite

Une bonne séance, au sens pratique, doit pouvoir comporter une phase d’échauffement, un corps de séance et une phase de récupération.

Pour une séance de fractionné sur piste ou une sortie en nature avec changement de rythme, l’échauffement ne doit pas être négligé, même quand on a peu de temps devant soit. Il vaut mieux un corps de séance court mais avec un bon échauffement, qui sert aussi de montée en puissance, et une bonne récupération, qui permet au corps de revenir au calme. Ces deux phases ont aussi pour but de respecter le corps et ses fonctions, et donc d’éviter les blessures !

 

45414770_2175568532693865_5117745251657711616_n - Copie

 

Un bon échauffement, c’est Lire la suite « Entraînement : c’est quoi une bonne séance ? »

Un brin de nostalgie…

Les fins d’année sont propices à quelques remémorations et donc un peu de nostalgie.

En ce moment, je partage sur Facebook quelques photos de l’année qui vient de se passer et j’essaie de remonter plus loin, histoire de rappeler quelques souvenirs aux coureurs déjà présents à l’époque et aux « nouveaux » pour leur monter ce qu’il s’est passé avant leur arrivée dans ce sport.

Quand je me replonge dans mes albums je revois des visages qui me disent quelque chose, mais je ne les croise plus sur les courses. Plus le temps ? Blessés ? La santé, la famille…? Bref. J’ai même des photos de courses qui n’existent plus ! Vous savez (ou vous ne le savez pas) il n’y avait pas de classement chrono par puces… Il y a quelques temps (10 ans ou plus) on faisait encore avec les noms sur les dossards, qu’on mettait sur une pique dans l’ordre d’arrivée…

Quelques fois, le temps passe trop vite, et on n’y peut rien même si on court après lui ! C’est drôle quand on y pense. Il passe trop vite car nos souvenirs sont encore très marqués alors que le calendrier a défilé : on se souvient de la performance, du déroulement de la course, de la place… Et puis en se remémorant on se dit : « Wouaw, mais j’étais en forme là ! Comment je faisais ? C’est si dur maintenant, et pourtant, j’ai l’impression de faire autant d’effort… ». Il y a des périodes de plénitude physique, sans douleurs, sans blessures, où tout est facile et où la performance tombe « comme ça », alors que quelques années après, on apprécie la valeur de chaque effort, de chaque résultat obtenu. Il faut souvent un peu de bornes derrière soi pour le réaliser !

 

normal_P1010793-w - Copie
Trophée de l’Oussouet, Astugue (65) en 2009

 

Ce qui manque, Lire la suite « Un brin de nostalgie… »

Paul Boussemart et Pyrénées Personal Training : pour vous accompagner dans tous vos objectifs

Pyrénées Personal Training est le nom qu’a donné Paul Boussemart à son activité de coaching (d’entraînement) pour vous aider à vous faire atteindre vos objectifs, qu’ils soient de compétition ou de bien-être, tout simplement !

En devenant partenaire de Run in Pyrénées, il souhaite se faire connaître du public attentif et nombreux qui nous suivent. Evoluant sur la région paloise, il coache aussi à distance. Pour nous, c’est aussi comme cela que Run in Pyrénées peut faire profiter de son réseau où se croisent de nombreux acteurs de notre sport.

Bien sûr, nous souhaitions aussi mieux vous le faire connaître, voici donc une présentation sous forme d’interview. Merci pour votre intérêt !

36362519_805426042983983_6098872891967799296_n

 

– Bonjour Paul ! Tu as contacté Run in Pyrénées car tu proposes des activités de coaching. Avant tout, on en a discuté ensemble, peux-tu te présenter aux lecteurs à travers ton parcours sportif ?

Bonjour à tous, et merci Run in Pyrénées de me donner l’occasion de parler de mon activité et de ma passion pour le sport en général. Côté sportif, je suis une sorte de couteau suisse, un touche à tout ! Plus jeune, j’ai pratiqué l’athlétisme, le football, l’équitation, du golf, etc… jusqu’à découvrir à 17 ans les arts du cirque, et je me suis alors pris de passion pour la discipline du Main à Main (portés acrobatiques) que j’ai pratiqué pendant 7 ans. J’ai eu également la chance à travers mes études d’avoir la possibilité de découvrir et pratiquer une multitude d’activités diverses : escalade, rugby, danse, gymnastique, judo, musculation, volley, badminton, kayak, etc… la liste est longue !

C’est à l’entrée Lire la suite « Paul Boussemart et Pyrénées Personal Training : pour vous accompagner dans tous vos objectifs »