Mélody Julien : un bel avenir devant elle !

Mélody Julien est une jeune femme promise à un bel avenir. Découverte (pour ma part) il y a 5 ans sur le 10 km la Méridienne à Ibos (65), où elle passait sous les 36 min au 10 km alors qu’elle n’était que junior, la tarnaise peut désormais viser les étoiles. Et pourquoi pas en 2024, ou plus tard, les Jeux Olympiques ?

Contactée après son impressionnant 1h11’07 sur semi-marathon à Séville, on a préféré attendre et la laisser préparer son marathon. On a bien fait : 2h31’37, qualification pour les championnats d’Europe ! En tout cas, on la remercie d’avoir pris le temps de nous écrire à son retour de Séville. Une ITW où vous en saurez un peu plus sur ses performances et ses objectifs !

Bonjour Mélody, très gentil à toi de répondre à Run in Pyrénées ! Une petite présentation rapide pour les lecteurs ?

Quel âge tu as, où tu vis, quel est ton travail, et puis ton parcours sportif jusqu’à ce que tu deviennes une coureuse de haut niveau ?

Bonjour, j’ai 22 ans. J’habite à Montredon-Labessonnié (dans le Tarn). Je suis étudiante en Master MEEF 1er degré à la Faculté de l’Education de Montpellier, dans le but de devenir Professeure des Ecoles. J’ai commencé l’athlétisme en 2015 quand mon entraineur Max LESAUVAGE a créé l’Association Multisports Montredonnaise dans mon village. J’y suis allée avec mes frères et sœurs. Je m’entrainais une fois par semaine autour du barrage.

J’ai fait ma première compétition au 10 km de Castres en 2015 en 55’30. J’étais partie trop vite, j’avais marché plusieurs fois pendant la course. A la fin de la course mon entraineur m’encourageait, j’ai sprinté, il ne s’y attendait pas. Après la course, il m’a dit : « C’est bien, on peut faire de belles choses, je vais t’entrainer ». Ensuite, tout est allé très vite. En 2016, j’ai eu ma première sélection en équipe de France en Course de Montagne. Je me suis entrainée plus. Les sélections et les performances se sont enchainées. Aujourd’hui, j’ai 10 sélections en équipe de France (dont 2 en France A). J’ai eu des sélections sur 5 km, 10 km, Cross, 10 000 m et semi-marathon. J’ai un record à 32’31 au 10 km.

« C’était la première fois que je passais sous les 36 minutes. J’en garde un bon souvenir. Le parcours est rapide. En plus de faire une bonne performance, j’avais gagné un vélo. Depuis, mon entraineur m’accompagne sur les footings longs avec ce vélo. »

Je me souviens t’avoir vu courir à la Méridienne en 2017 (10 km FFA). Tu passes sous les 36 min (35’59) alors que tu n’es que junior. Tu avais impressionné ! Est-ce que pour toi, c’était comme un déclencheur en terme de performances ? Tu en gardes un bon souvenir ?

C’était la première fois que je passais sous les 36 minutes. J’en garde un bon souvenir. Le parcours est rapide. En plus de faire une bonne performance, j’avais gagné un vélo. Depuis, mon entraineur m’accompagne sur les footings longs avec ce vélo.

Lire la suite « Mélody Julien : un bel avenir devant elle ! »

Loïc Robert et Nadège Servant illuminent la 9è Nocturne du Béout !

Elle aurait pu ne pas se faire, mais le club d’Endurance 65 a tenu bon ! Il a fallu un peu modifier les choses : pas de duo sur 25 km, et pas de Béout pour des raisons administratives. Pas question pour autant de proposer un événement au rabais ! « Endu » s’est retroussé les manches pour trouver un autre circuit qui allait offrir aux coureurs de la variété, du challenge, des surprises, le tout à la sauce « route et chemins » pour que tout le monde y trouve son compte !

Un parcours de 11,5 km / 480 m+ plein de surprises

Pour pimenter ce début de course : le tour du village, quelques hectomètres au sprint pour récompenser le meilleur « starter » qui devait, tout de même, finir l’épreuve. Avant le départ et sur leur passage, ambiance bandas et fumigènes pour donner le ton !

Une première partie sur le début du Soum d’Eich, ça grimpe, avant d’apercevoir les premières frontales, sans avoir à bouger sur la place d’Omex. Direction le sud et un véritable passage de montagnard, ou tout le monde a dû poser les mains sur les genoux. Un spectacle lumineux visible de loin, avant d’entamer une descente rendu glissante par la météo des derniers jours, alors que le soir même, tout s’était calmé.

Une course courte et intense qui a réservé de nombreuses surprises, parmi lesquelles la présence d’une « fan zone » sur la partie haute du parcours, une ambiance DJ à un autre endroit, et quelques « hallucinations » qui n’en étaient pas : des chevaliers, un ours, un fantôme, un radar, ou encore dans un ruisseau un kayakiste dans son embarcation ! Voilà dans quel esprit s’est déroulé la course.

Lire la suite « Loïc Robert et Nadège Servant illuminent la 9è Nocturne du Béout ! »

La Nocturne du Béout en Approche ! Présentation de la 9è édition

Les dossards, c’est par là !

Les infos, par ici
Photo Philippe Faudouas
Samedi 19 février – 19h

Il reste un peu plus de 15 jours, et environ 100 dossards à accrocher ! La Nocturne du Béout a bien faillit ne pas avoir lieu. Les contraintes sanitaires et autres joyeusetés administratives…

Mais elle sera bien là le 19 février prochain, à Omex ! Près de Lourdes. Et bien que sur cette édition il n’y aura pas le duo habituel, le passage au sommet du Béout, ou encore les enfants, Endurance 65 a planché en express et en qualité sur cette 9è édition. Vous verrez que le circuit proposé et l’animation autour de l’épreuve vous réservent bien des surprises… On va vous en dévoiler un bout, mais pas tout ! Un conseil : il vaudra mieux être là avec un dossard !

Au programme, un parcours de 11,5 km qui va envoyer ! Départ 19 H

Si vous vous dites que c’est un simple parcours de remplacement… Vous verrez que non ! Le précédent : 12 km / 570 m+.

Cette année : 11,5 km, 480 m+. Un parcours nerveux, avec des relances, des passages « raidasses » et quelques trouvailles dont vous nous dirait des nouvelles. Il faudra envoyer, certes, mais avec un peu de ressource tout de même. La commune d’Omex regorge d’endroits sympas dans cette vallée de Batsurguère.

Lire la suite « La Nocturne du Béout en Approche ! Présentation de la 9è édition »

Trail des Fleurs : la 4è édition est en route ! RDV le 16 juillet à Barèges

La date est fixée : le 16 juillet 2022 à Barèges (65), le Trail des Fleurs revient pour la 4è édition ! Les Biches sont supers motivées à l’idée de vous proposer leur trail à la sauce « montagne fleurie ». Et cette année à priori, ce sera le retour du repas festif, avec l’ambiance qui va bien en soirée d’été ! Avec un jeudi 14 juillet férié, il ne faudra pas hésiter : quelques jours de bonheur en Pays Toy à cocher !

Notez le rdv 2022 : samedi 16 juillet !

– INSCRIPTION –

SITE INTERNET DU TRAIL DES FLEURS
L’esprit Trail des Fleurs

Imaginez qu’en année « covid » en 2021, il y a eu 330 coureurs qui ont franchi la ligne d’arrivée. Et pourtant, les conditions n’étaient pas simples. L’équipe des 4 biches a tout de même tenu à vous offrir sa montagne fleurie (et elle l’était !) bien qu’en version « allégée ».

Si l’adhésion est là, c’est que le coin est beau, bien entendu, que la parcours propose assez de challenge et de plaisir, et qu’elles ont su insufflé un « truc » : un mélange de joie de vivre, de festivité, d’accueil, d’état d’esprit ! Bref, ça marche, et tant mieux !

Voilà donc dans quelle ambiance vous allez courir : pour le plaisir ou pour vous challenger (ou les deux !) dans une ambiance musicale, une arrivée bucolique à la ferme Saint Justin, et pour ceux qui voudront prolonger en soirée, il y aura de quoi faire à Barèges !

Le programme
Lire la suite « Trail des Fleurs : la 4è édition est en route ! RDV le 16 juillet à Barèges »

Test casque audio Aeropex Aftershokz

Pas adepte de courir en musique, mais toujours curieux, cet AEROPEX de la marque AFTERSHOKZ est tout de même passé entre quatre oreilles.

Vous savez ici que les tests sont tout à fait neutres : il n’empêche que les retours des utilisateurs (sondés entre autre sur les réseaux sociaux) sont enthousiastes. Mais, comme toujours, on pointera les qualités, les limites, et son secteur d’utilisation pour vous renseigner au mieux !

Aftershokz est une marque américaine crée en 2011

Découverte et premiers essais

Si vous êtes habitués aux casques audios ou aux oreillettes sans fil, l’Aeropex n’est ni l’un, ni l’autre… Le design est fin, minimaliste et assez contenu, et les lignes sont sans fioritures. Pour autant, on identifie très bien le produit parmi les autres. Les couleurs grises et noires sont plus discrètes, mais le rouge convient bien pour un petit objet qu’il vaut mieux repérer pour ne pas le perdre.

Seulement 26 gr : le poids d’une paire de lunettes (comme celles-ci). L’arceau est en titane, il reste flexible mais reste, solide, il ne casse pas pour autant. Le design est ergonomique, et conviendra à toutes les « dimensions » de crâne.

Au 1er coup d’oeil, on cherche les boutons, et on se demande d’où peut bien sortir le son. Le bouton de réception des appels est à gauche sur l’oreillette, ceux pour monter et baisser le son à droite, sur le corps du produit juste avant l’oreille. Au même endroit, la micro prise de recharge.

Il fonctionne en Bluetooth avec votre smartphone, connectivité 5.0 (jusqu’à 10 m). L’appairage a été réussi simplement, et du 1er coup : il suffit d’activer votre bluetooth sur le smartphone, de faire une petite manipulation avec le casque comme indiqué sur le livret (ou sur internet), et c’est bon.

Lire la suite « Test casque audio Aeropex Aftershokz »