Nadège Servant : à bloc avec les Esclops !

Les Esclops d’Azun, c’est une famille qui porte fièrement ses couleurs sur de très grands événements sur le territoire. Si de nombreux coureurs d’excellent niveau revêtissent le maillot vert, ce n’est pas pour rien.

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est img_20200517_105627_21-copie.jpg

L’état d’esprit, l’émulation, la passion, voici quelques unes des raisons pour laquelle Nadège SERVANT a rejoint le club il y a un peu plus d’un an. Ces dernières saisons, la traileuse d’origine ariégeoise a performé jusqu’à faire partie des meilleurs françaises en course en montagne et trail court, jusqu’au format marathon. En témoignent sa 6è place aux derniers France de montagne, sa 5è place sur le Trail Ubaye Salomon, sa 3è place sur la Skyrhune 2019 ou encore la 7è aux France de trail court…

Zoom sur cette athlète souriante et performante, qui nous en dit plus sur son parcours, ses performances et son évolution au sein des Esclops.

Bonjour Nadège ! Début octobre, tu es allée avec les Esclops dans le Dévoluy pour les France de Montagne. L’équipe féminine ramène l’argent, toi aussi en M0, et une 6è place au général. On imagine quel week-end ça a du être pour toi et les filles ! Tu peux nous raconter ?

Un week-end « plaisir » qui a permis de se retrouver pour une compétition (et puis laquelle, enfin un championnat maintenu, merci à l’organisation !) où le club et les coureurs (coureuses) avaient un objectif commun. Objectif qui nous a permis de passer cette période de confinement loin des uns et des autres, où aller s’entraîner n’était pas si simple !

Nous étions logés non loin de la station de Superdévoluy, ce qui nous a permis de jongler avec la météo. Lors de la reconnaissance du samedi, nous avons pu profiter d’une éclaircie pour prendre des informations et emmagasiner de l’énergie en courant dans la neige, de voir des superbes paysages, de partager des moments ensemble à rigoler (j’adore ça) : du plaisir ! Envie de courir le lendemain ! Plus de questions dans la tête, de doute, de peur… Puis s’ensuit, un repas ensemble sur la station et un après-midi « relax » à discuter ensemble, marcher dans le petit village, lire, s’étirer…

Le jour de la course…une question cruciale se pose chez les « Esclops Girls » : short ou pas short ?? Il fait frais (de la gelée est présente), soleil pour l’instant (des nuages arrivent). Cette question nous a hanté jusqu’à 15 minutes avant le départ pour quelques-unes d’entre nous. Je décide de mettre le short (le corps se réchauffe et je commence à me connaître), quelques filles font du coup le même choix, nous mettons de l’huile sur nos jambes (mon petit rituel) et c’est parti pour le départ après quelques dernières accélérations.

Chacune fait sa course avec en tête « chaque place est importante, nous pouvons faire quelque chose ensemble…un podium à ramener dans les Pyrénées et plus précisément pour le club ! Personnellement, ma course commence lors de la 2è montée où j’arrive à me décoincer 😉 ! Je récupère Jade Rodriguez à la fin de la deuxième descente et j’aperçois au loin la 5è fille (surprise pour moi)… J’essaye de revenir sur elle petit à petit… Nos supporters « fidèles » des Esclops d’Azun qui ont fait le voyage, sont là, ils me renseignent, m’encouragent… Je cravache jusqu’à l’arrivée et finis 6è et 2è Master (derrière Dewalle). Contrat rempli ! J’attends à l’arrivée mes coéquipières et là…énorme : Alice (Levron) 21è, Audrey (Carrère dit Coustie) 24è, Olivia (Magnone) 25è se suivent de très près.. .puis Marie-Charlotte (Iratzoquy), les « Véronique » ! (Manaut, Castex). Un groupe au top qui nous a permis de décrocher une magnifique 2è place !

On va revenir aux débuts… Tu es licenciée aux Esclops d’Azun (Hautes Pyrénées), mais tu es une ariégeoise. Peux-tu nous raconter très rapidement ton passé sportif et professionnel ? Quelle est ton histoire jusqu’à aujourd’hui ?

Effectivement, je suis Ariègeoise et plus précisément Couserannaise. J’ai vécu toute mon enfance à St-Lizier et ses alentours. J’ai joué au tennis et fait de la danse durant 12 ans. En parallèle, je faisais du ski alpin et mes parents m’ont fait découvrir la montagne à travers différentes randonnées dans les Pyrénées. Puis je suis partie sur Toulouse en fac, filière STAPS (éducation et motricité) où mes options étaient « Ski alpinisme, raid », toujours un lien avec la montagne, une vraie passion. Mon souhait était de travailler dans le sport et avec les enfants (« d’âge primaire »). J’ai été animatrice dans des centres de vacances, des centres de loisirs puis j’ai passé mon BNSSA pour surveiller en piscine à l’extérieur, l’été. Puis j’ai joué au Handball en pré national avec St-Girons durant 3 ans et ensuite, 4 ans de triathlon où j’ai aimé l’enchaînement des disciplines. Et là, arrêt concernant le sport « en compétition » puisque j’ai eu mon premier enfant en 2011 puis la deuxième en 2015.

Entre les deux grossesses, j’ai fait des trails du côté de chez moi dans le Couserans où je me suis fait plaisir ! J’ai trouvé un sport où je pouvais allier ma nouvelle vie de « maman » et partager ma passion. Je pouvais aller courir et rentrer chez moi, pas trop tard. Voici mes débuts en trail !

Côté professionnel, j’ai passé mon BEESAN (Maître nageur sauveteur), le concours d’ETAPS (Educateur Territorial des APS). En 2016, j’ai été MNS au nouveau Centre aquatique du Couserans (St-Girons) et tout récemment en 2019, j’ai muté au service « Sport scolaire » de la communauté des communes Couserans-Pyrénées où j’enseigne le sport dans les écoles primaires (au côté des enseignants).

Nadège (3è du Montcalm) à mon micro

Comment es-tu arrivée aux Esclops ?

Je ne souhaitais plus me déplacer toute seule sur les courses. Besoin de partager ma passion. Je voyais toujours un vert sur les courses que je faisais. Après les Championnats, à St Gervais (2019) où Pauline Castex m’avait soulevé l’idée de venir au club et à Méribel, et où Nicolas Apiou m’avait encouragé pendant la course, j’ai appelé Philippe Lanne pour lui demander s’ils acceptaient que je vienne chez eux. Si cela était possible ?

« Il y a un « bon état d’esprit », une cohésion de groupe. Des personnes qui s’occupent du club et qui nous soutiennent »

Et c’était bien sûr possible ! Il y a pas mal de coureurs et de coureuses qui ne sont pas du coin. Comment l’expliques-tu ?

Je viens d’arriver dans le club (en septembre 2019), je ne sais pas vraiment. Les Esclops d’Azun est un club référence dans les Pyrénées (spécialisé « montagne »). Il y a un « bon état d’esprit », une cohésion de groupe. Des personnes qui s’occupent du club et qui nous soutiennent.

C’est vrai que quand on regarde de l’extérieur, on voit bien qu’il y a un dynamisme, une émulation. C’est comment, justement, à l’intérieur du groupe club ?

Il y a de nombreux rassemblements comme cette année un stage « cohésion » à Torla (pas très loin de l’autre côté de la frontière), un autre fin juillet « week-end Gabizos », et des propositions de sorties montagnes les dimanches matin. Je suis allée faire quelques sorties chez certains et certaines. Ils m’ont fait découvrir leur région (et moi, bientôt la mienne). Entre filles, nous avons des échanges réguliers à travers la création d’un groupe sur les réseaux sociaux. Tout cela emmène un dynamisme. Il y a un souhait de partager cette passion du trail et de la course en montagne qui est commun à l’ensemble des licenciés.

« Je ne me considère pas comme « leader » avec les filles. Nous nous enrichissons mutuellement »

Le président m’a confié que tu faisais partie des cadres. Quel est ton rôle en tant que « leader » avec les filles, sur le plan sportif et peut-être plus largement…?

Je ne me considère pas comme « leader » avec les filles. Nous nous enrichissons mutuellement. Je suis naturelle, avec le sourire et très envie de partager ma passion . Je découvre la discipline au fur et à mesure des années. Je m’enrichis au contact de Didier Zago et des coureurs qui sont dans le milieu depuis certaines années.

On peut dire que ça fait 4 ans maintenant que tu fais partie des meilleures. De quel(s) résultat(s) es-tu la plus satisfaite ?

La 3è place à la Skyrhune : un déclic.
J’étais fière de faire un premier podium sur une telle course, entourée de grandes championnes. Petite anecdote: le matin même, j’ai dit à ma « petite famille », vous ne m’en voudrez pas si je fais 10è 😉!

Photo Pierre Ezcurra

Tu as 39 ans : quelle victoire ou quel résultat voudrais-tu atteindre dans les années qui arrivent ? Que peut-on te souhaiter ?

J’aimerai faire un top 10 en skyrunning dans une grande course internationale comme La Comapedrosa (en Andorre), un titre en « Skyrunning France » et faire un podium au championnat de France de course en montagne à la maison dans les Pyrénées (chez les verts 💚)  

Comment vois-tu l’évolution du groupe de filles au club ? Et le tiens ? 

Un groupe est né, il va évoluer encore pour aller chercher une place en équipe, voir un titre. Un petit noyau s’est formé. Des nouveaux moments de partage nous attendent 😍 ! Pour la prochaine saison, nous avons l’arrivée de la jeunesse avec une recrue de qualité en la personne de Mathilde SAGNES. Me concernant, j’apprends tous les jours et je cherche à évoluer… L’émulation du groupe m’aide à aller de l’avant. Continuez à me faire plaisir comme cette année (même si elle a été si particulière).

Quelque chose à ajouter ?

Gardons le plaisir de se retrouver ensemble autour d’une sortie montagne avec la banane !

3è place à la Skyrhune 2019 (photo : Run in Pyrénées)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s