Germain Grangier : en vrai, en décalé, et avec de nouveaux projets !

Germain Grangier, vous le connaissez via son humour, son sourire malicieux, ses morceaux en musique… Si vous le rencontrez, vous verrez que c’est tout naturel. Un garçon vrai.

L’athlète est aussi et avant tout très performant, un des meilleurs français en trail dans sa discipline : 3è de l’OCC 2015, 4è des France de Trail en 2016, 1er de la 6000D en 2017, 1er de la Maxi Race, de l’Ultra Madeire 85 km et 5è de la CCC 2018. Avec Katie Schide, qui partage sa vie, ils ont gagné la Pierra Menta été et la Transrockies Run. Katie, elle-même une des meilleures féminines sur le circuit, était 6è des Templiers en 2016, et a été depuis 1ère de la Maxi Race, de l’Ultra Madeire 85 km et 2è de la CCC, entre autre.

La performance d’abord, s’entraîner tout en cherchant toujours comment être le plus efficace. Puis la vie autour, l’humour, le partage, et des projets à venir comme le ONE&1  que nous allons évoquer.

 

Petite présentation de Germain :

« J’habite les Alpes maritimes et le Mercantour où je skie, roule, court, crapahute au jour le jour ! J’ai donc commencé par le ski et les sports de montagne pour migrer sur du VTT et du vélo de route (DN1). C’est à la suite d’une blessure que je délaisse le vélo qui ne matchait également plus trop avec mes envies du moment. Retour en Isère pour continuer mes études. C’est donc après une licence physique à Nice que je me lance dans un cursus d’ingénieur en géologie à Grenoble afin de clore cette formation scientifique. Je me remets à l’escalade puis surtout au trail pendant l’obtention de mon diplôme. C’est l’occasion d’allier l’utile à l’agréable car j’étudie les terrains sur lesquels je cours, autant en hiver qu’en été. Cette quête du sportif conscient de son corps et des éléments qui l’entourent me passionne. Je pratique le trail comme également un moyen d’observer la nature et d’essayer l’appréhender »

 

35757872_10157013643579316_8614410206165598208_n

 

Germain, puis Katie par un pyrénéen, son ami Julien Jorro :

Alors je vais être honnête mais à l’instant où j’écris ces quelques mots, je viens de lire ce qu’a dit Germain à mon sujet. Donc je ne peux qu’écrire des choses gentilles. 

Germain, c’est le gars que tu rencontres à l’improviste, et qu’au final ça devient ton ami. Ma relation avec Germain c’est l’amitié. C’est la simplicité. En fait, on ne se voit pas beaucoup dans l’année malheureusement. Mais à chaque fois c’est direct les gros délires. On n’a pas besoin de se concerter longtemps. Ça peut partir en vrille de suite. On a le même humour débile. Nous partageons un truc hyper rare aussi c’est l’amour de la musique et ça c’est aussi kiffant que d’aller crapahuter ensemble.

J’étais musicien avant plus qu’être sportif. Après je suis devenu l’inverse. Aujourd’hui avec lui, nous sommes les deux. Et ça nous va bien. On aime être sérieux sans se prendre au sérieux. Et on aime en faire des vidéos pour partager avec les autres ces moments complètement fous. Pour ce qui est des combinaisons, ça c’est le délire ultime. Et je ne peux faire tout ça qu’avec lui. Sport, nutrition, musique, délires…

Aujourd’hui, Germain a passé un cran dans son niveau sportif et je suis très fier de lui et de ses résultats. C’est vraiment un grand coureur.

Pour ce qui est de Katie, c’est simple : je peux pas l’encadrer. Elle m’a volé Germain… non évidemment je déconne ! Il m’en a parlé à peine leur rencontre effectuée. Il avait les yeux qui brillaient quand il parlait d’elle.
Je l’ai rencontrée quelques mois après. La barrière de la langue fait qu’au début le contact était plus difficile pour lui expliquer nos délires. Mais elle m’a fait progresser en anglais. Et c’est une personne que j’apprécie énormément. J’adore quand elle dit « sac a dos » avec l’accent du Maine.
C’est la meuf hyper chiante, il faut dire : une beauté naturelle car elle n’a pas besoin de mettre d’artifices. (A l’image de Flo mon épouse). Elle est très intelligente (à l’image de Flo mon épouse 😉 ), mais le plus rageant c’est qu’elle court de mieux en mieux (à l’image de Flo… ah ben non).
Et ma hantise maintenant c’est qu’elle me double. Je sais que ça va arriver. Sa course à la CCC a été énorme. J’ai été très fier d’elle. Je l’estime beaucoup Katie. J’avais apprécié cet été ne partir qu’avec elle pour aller courir. Je n’avais pas de traductrice et j’ai du me débrouiller seul pour papoter. Et j’ai appris un peu plus à la connaître.

Voilà, mon seul souhait avec Germain et Katie, c’est qu’on se voit d’avantage les mois qui suivent pour passer du bon temps et délirer (et qu’ils déménagent ENFIN dans nos belles Pyrénées !).

 

– Germain : tu as fait une belle année, avec de belles victoires et des duos avec Katie. Quel bilan fais-tu sur 2018 ?

En effet, qui dit bilan, dit synthèse synthétique en 3 parties. Pour commencer, Lire la suite « Germain Grangier : en vrai, en décalé, et avec de nouveaux projets ! »

Le KV – Kilomètre Vertical : une discipline à part (2) – Témoignages d’Adrien Perret et d’Axelle Mollaret

Dans le précédent article, on vous présentait cette discipline si particulière, entre description, explications et avis d’un passionné à travers les réactions de Thomas.

[ relire la première partie ]

Et puis on s’est dit que les témoignages de deux acteurs majeurs de la discipline en France et dans le monde, s’ils voulaient bien nous répondre, seraient sans aucun doute très éclairants ! A vous d’en juger… Puisqu’ils nous ont répondu très gentiment ! On les remercie vraiment pour cette disponibilité !

Avec tout d’abord Adrien PERRET, athlète de haut niveau ambassadeur Hoka, entraîneur, record en 32’04 au KV, 3è / 4è / 2è des France de KV 2015 – 2016 – 2017.

Et puis ensuite Axelle MOLLARET, athlète de haut niveau et skieuse alpiniste de l’équipe de France avec plusieurs titres mondiaux, 3è en 2016 et 2nde en 2017 des France de montagne, vice championne de France de KV 2016, qui a battu récemment le record du monde du KV en 34’36.

 

Adrien PERRET

– Adrien, tu fais partie des meilleurs français en KV, avec un record en 32’04. Finalement, tu n’es pas si loin que ça du record du monde (28’53, Philip Götsch en 2017)… ou alors penses-tu qu’il y a un gouffre ?

Effectivement ce n’est que 3′ mais en faisant un ratio c’est assez énorme ! Le gouffre est énorme et pour tous les gars qui sont spécialisés là dedans le temps paraît stratosphérique ! 1′ de mieux que Urban c’est dingue. Pour arriver à des chronos comme ça il faut être en bonne condition au bon moment et surtout être audacieux, faire le pari de partir sur les bases d’un record pour peut être imploser avant la fin et finir dans les choux… Après, les records sont faits pour être battus comme on dit !

 

41328274_2149423811974238_5548884088988893184_o
Adrien Perret aux France de St-Lary | Romain Turbiez

– Tu es encore jeune : penses-tu à améliorer ton record, et si oui, combien aimerais-tu aller chercher ?

Ce serait frustrant de se dire que je n’améliorerai jamais mon chrono, je suis sûrement Lire la suite « Le KV – Kilomètre Vertical : une discipline à part (2) – Témoignages d’Adrien Perret et d’Axelle Mollaret »

La montagne : en quelques foulées, le paradis…ou l’enfer

Réagir à l’actualité demande beaucoup de soin, qui n’est pas toujours pris sur les réseaux sociaux. Surtout quand cette actualité est malheureuse. Nous concernant (course à pied, trail) celle-ci est toujours immensément triste quand on apprend le décès d’un jeune homme qui redescendait le Mont-Blanc façon « trail ». Tout d’abord, permettons-nous d’envoyer une pensée à la famille touchée par ce drame.

 

1319798511_1208070560BI

L’enquête n’est pas encore terminée qu’il faut juger ou pas de l’imprudence de cette personne. Peut-être qu’il était parti trop léger mais qu’il serait rentré chez lui sans problèmes ? On ne sait pas. Un regard sur le paysage, sur la montre, un sursaut suite à un bruit, un coup de vent, un seul appui mal placé, 2s enfoui dans ses pensées… tant de choses que l’enquête ne pourra même pas révéler. Quelques fois, les choses arrivent fatalement. Combien de guides expérimentés, équipés, ou avertis se sont déjà tués en montagne ?

 

Alors deux traileurs de suite sur le Mont-Blanc (à quelques jours près), forcément, on crie à l’imprudence.C’est fort possible. N’oublions jamais que derrière le drame, il y a des familles. On incrimine volontiers Kilian Jornet, fin connaisseur du sommet (et capable aussi de grimper deux fois l’Everest en une semaine) de se mettre en scène en haute montagne et de faire penser que c’est accessible à tous, en short et chaussures de trail. C’est la critique venue du maire de Saint-Gervais qui a fait du bruit dans les médias à ce sujet, réagissant à l’occasion en imposant par un arrêté un matériel obligatoire aux personnes souhaitant aller sur cette montagne, dont l’accès par sa commune est un des principaux passages. Kilian Jornet est un sportif aux capacités incroyables, qui vit et se meut en montagne depuis toujours. Ses images partagées et ses vidéos sont tout à fait impressionnantes, voir dangereuses pour quiconque. Par contre, Lire la suite « La montagne : en quelques foulées, le paradis…ou l’enfer »

2è place pour Guillaume Beauxis à l’UT4M

Guillaume Beauxis, membre du Team Hoka et licencié au Tarbes Pyrénées Athlétisme, est en très bonne forme. Après une 8è place à l’High Trail Vanoise (3è français) début juillet, il monte sur le podium de l’UT4M à Grenoble en prenant la 2è place ! Voici quelques questions adressées au pyrénéen et ses impressions.

 

21015195_1265014623610755_459698755_n (1)
Photo : UT4M

 

– Bonjour Guillaume ! Tu viens de terminer 2nd de l’UT4M (l’Ultra Tour des 4 Massifs) du côté de Grenoble, très belle performance ! Décris-nous en quelques mots les particularités de cette épreuve et dis-nous pourquoi tu t’y es aligné ?

Cette épreuve est un peu particulière ! Il s’agit d’enchaîner en 4 jours 170 km et 11 000 m+ ce qui correspond à des étapes comprise entre 40 et 48 km et entre 2500 m et 3300 m+. Ce format est très sympathique car on peut récupérer un peu entre chaque étape (ce qui permet de faire un joli chrono final). On se retrouve avec les même coureurs et on accumule surtout moins de fatigue que de faire le parcours en une fois.
Je m’y suis aligné car je sais que j’ai de bonne faculté de récupération et ça m’a permis aussi de faire un gros bloc pour mon gros objectif qui est la Réunion.

– Tu fais donc second : comment tu juges ton résultat ? Peux-tu nous raconter rapidement comment ça s’est passé ?

Lire la suite « 2è place pour Guillaume Beauxis à l’UT4M »